RAIL et MEMOIRE

RAIL et MEMOIRE

ALAGIRAUDE Gustave

ALAGIRAUDE Gustave Joseph Auguste

 

 

 

 

 

 

 

 

Elève conducteur à DOLE (39)

 

 

Date de naissance : 03 octobre 1899

Lieu de naissance :

Date de décès : 24 octobre 1943

Lieu de décès : ROCHEFORT SUR NENON (39)

Circonstances : tué au cours du sabotage de son train

 

Méthode de recherche Rail & mémoire pour cette notice

 Relevé de la plaque SNCF de >DOLE (39)

Contact famille Son petit fils Hervé ALAGIRAUDE et sa mere la  belle fille de Gustave , JEANINE ALAGIRAUDE

Site Internet : http://www.cheminotcgtbfc.fr/accueil/communiques/481-cheminots-de-dole-dans-la-resistance

 

La Bataille du rail en Franche-Comté: cheminots et Résistants - Page 312

Jean Cuynet - 1997

 

CAH SNCF LeMans

 

 

-------------------------------------

Gustave ALAGIRAUDE  était élève conducteur au dépôt de DOLE dans le jura . il était marié et le couple avait 3 enfants. la famille résidait rue Claude Lombard à DOLE .

 

 Il était résistant, « Le premier acte de résistance connu survient alors que Dole est déclarée ville ouverte et sera occupée le 17 juin à 4H, quelques agents du dépôt de Dole prennent l’initiative d’évacuer l’outillage et organisent un convoi spécial qui quitte Dole vers minuit, passe par Saint Amour et Mâcon, où il subit un bombardement pour finir par être rattrapé par les allemands à Saint-André-Le-Gaz.

Ce déménagement fût couvert par Monsieur Michel Chef de Dépôt à l’époque. Le Conducteur était Gustave Alagirande, qui sera tué lors du déraillement à Rochefort en 1943. Faits rapportés par Jean Gautheron ex-apprenti du Dépôt de Dole Résistant Commandant du Bataillon FTP 4 « Pierre Semard » basé à Fontainebrux dans le Jura. »

http://www.cheminotcgtbfc.fr/accueil/communiques/481-cheminots-de-dole-dans-la-resistance

 

le 24 octobre 1943, il accepte, avec son conducteur,  Fernand CHEVALME,  de conduire le train SF 81 avec la machine 231- D – 169,  en sachant qu’un sabotage de voie, organisé par ses camarades de Résistance, aura lieu à 5 kilomètres de la gare de Dole , à Rochefort sur Nenon .

 il en connait les risques, «  si je vois une coupure je me tiendrai aux tubulures de la cabine de conduite, répond il au camarade qui le prévient, cela ne suffira pas à lui sauver la vie… »

 

 

«  Mon beau père était résistant, il avait été avisé du sabotage de son train et des circonstances précises, Le train était un train de permissionnaires allemands et devait etre déraillé à 5 kms de Dole ; en fait l’équipe chargée du sabotage, a commis une erreur de procédure et a déboulonné les rails du coté ravin . Le convoi entier a chuté dans le ravin , le conducteur et Gustave, son élève Conducteur chauffeur ont été tués sur le coup,

 Gustave Alagiraude a eu la jambe sectionnée très haut  et le corps n’a pas été retrouvé immédiatement.

 Les allemands sont venus tres rapidement à son domicile pour l’arrêter et ont perquisitionné la maison en présence de son épouse et du fils âgé de 4 ans à l époque des faits, ( le mari de Jeanine )

 

Une stèle commémorative  érigée à l emplacement du déraillement  a été relevée et déplacée au cimetière communal suite aux travaux de modernisation de la voie de la SNCF .

 

 

 

NB :  le frère de Gustave Alagiraude était Emile , Le colonel Montcalm dans la resistance .

Emile Alagiraude « l'une des figures charismatiques dans le département de L'Aube dont il est le chef de l'A.S. Début 44 il est à la tête du maquis de Mussy Grancey implanté dans le massif forestier entre la vallée de la Seine et la vallée de l'Ource. » (site internet MEMORESIST)

 

------------------------------



27/05/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 114 autres membres