RAIL et MEMOIRE

RAIL et MEMOIRE

APACK André

  

APACK  André

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                               

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

André APACK ,( photo prise en 1936 sur son lieu de travail)

© Photo Propriété famille APACK pour R&M

     N’est pas réutilisable sans le consentement de son propriétaire.

 

 

 

 

 

 

 

Ouvrier aux Ateliers de MARSEILLE-PRADO (13003)

 

 

Date de naissance : 02 mars 1914

Lieu de naissance : SMYRNE (Turquie)

Date de décès : 24 août 1944

Lieu de décès : Marseille (13)

Circonstances : Tué aux combats de la libération

 

 

Méthode de recherche Rail & Mémoire pour cette notice :

Relevé du monument aux morts SNCF de Marseille (13)

Et de l’ancienne plaque de Marseille-Prado, Entrée de l'Entretien de Marseille, 38 rue Guibal.

voir cette plaque > MARSEILLE-GUIBAL

 

Contact Famille APACK, avec tous nos remerciements pour les informations et la photo fournies.    (Cette photo est la propriété de la famille APACK elle n’est pas réutilisable sans le consentement de son propriétaire.) 

 

 

Site Internet : http://desinroc.free.fr/chrono3/chrop031.html#resist

 

http://sudwall.superforum.fr/t3766-mar-116-flak-du-racati-pres-gare-de-marseille-13

 

 

 

 

------------------------------

 

André APACK est né à Smyrne (Turquie) le 02 mars 1914.

 

 Il est cheminot ; Ouvrier aux ateliers SNCF de  Marseille-Prado.

Marié à Henriette CAZESOFF, le couple a deux très jeunes enfants,  Monique née en mai 1939 et Jean né en mai 1941. Ils sont domiciliés au 132 Avenue de Toulon à Marseille.

 

 La guerre venue, il rejoint les rangs de la Résistance et appartient à un groupe FTP.

 

 Il participe activement  avec ses compagnons d’armes FTP / FFI, aux combats de la libération de Marseille qui vont durer quatre jours.

 Le 24 août 1944, à proximité de la gare Saint Charles, ils se regroupent avec les éléments du  3 bataillon  / 7eme Régiment de Tirailleurs Algériens du général de Montsabert, débarqués en Provence le 15 aout.

  Rues par Rues, ils progressent,  afin de réduire les derniers secteurs tenu par les allemands.

Ils encerclent les deux blockhaus semi enterrés de la  batterie allemande « du RACATI », situés sur la butte à l’emplacement de l’école maternelle ST Charles à l’angle de la rue Lucien Rohmer, batterie qui  domine les alentours et prend la rue Racati en enfilade...

Un tir Allemand parti de là,  touche le véhicule FFI dans lequel il se trouvait. Grièvement blessé, André APACK  fut immédiatement transporté dans un hôtel proche et rendit son dernier souffle dans le hall.

 

. Une plaque rappelant l'évènement était présente sur un escalier proche du drame, malheureusement, celui-ci semble avoir disparu aujourd'hui…

 

 --------

 

 

Sa fille ainée, Monique Gallician, fut présidente des Comités d’Intérêts de Quartiers de Marseille dans les années 90 et reçu, au titre de son action, la légion d'honneur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 



15/06/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 112 autres membres