RAIL et MEMOIRE

RAIL et MEMOIRE

ARNAULD Marcel

ARNAULD Marcel


 

Facteur Mixte à ROBERT Espagne  (55)


 

Date de naissance : 03 Juillet 1910

Lieu de naissance : Chalons sur Marne  (51)

Date de décès : 29 aout 1944

Lieu de décès : Robert-Espagne.

Circonstances : Fusillé (Exécuté)

 

 

Méthode  de recherche Rail & Mémoire pour cette notice :

 

CAH SNCF le Mans cotes 118LM 


Site Internet Mémorial GENWEB

Site internet     Service Historique de la défense

http://www.servicehistorique.sga.defense.gouv.fr/Confrences.html

Site internet Robert Espagne

---------------------

 NB: son nom est orthographié de DEUX façons différentes , mais au vu de la date de naissance et des éléments recueillis , il s'agit bien de la même personne .


--------------------

 

 

 

 

Enquête sur le massacre de la vallée de la Saulx, 12 avril 1945 

Après Oradour-sur-Glane (Haute-Vienne), Maillé (Indre-et-Loire), Tulle (Corrèze) et Ascq (Nord), la tuerie de la vallée de la Saulx (Meuse), au cours de laquelle des soldats allemands tuèrent 86 habitants de quatre villages (Robert-Espagne, Beurey-sur-Saulx, Couvonges et Mognéville) le 29 août 1944, figure parmi les cinq grands massacres commis en France par des soldats allemands en 1944. Alors que les premiers sont l’œuvre des SS, ce dernier a été commis par des militaires de la Wehrmacht.

 

 

 Première page du procès-verbal de gendarmerie sur les massacres de la vallée de la Saulx

 

Page 2 du rapport; Ce document est conservé au SHD, dans le fonds de la gendarmerie sous la cote 55 E 432. 

Le document présenté est un procès-verbal de 29 pages en date du 12 avril 1945 rédigé par le maréchal des logis-chef Léon Hurel, commandant de la brigade de Robert-Espagne (Meuse). Cette procédure est exécutée à la suite d’une commission rogatoire du 13 mars 1945 adressée par le délégué régional du service des recherches des crimes de guerre ennemis (SRCGE). 

Après l’exposé réglementaire à toute procédure précisant les nom et qualité de l’enquêteur, et le cadre juridique de son action, le sous-officier rappelle les faits (exposé des faits), fourni les renseignements recueillis susceptibles d’en déterminer les auteurs (renseignements) et donne la liste des 52 victimes assassinées le 29 août 1944. Suivent ensuite onze procès-verbaux d’audition. Les huit premiers ont été rédigés entre le 20 mars et le 11 avril 1944. Les trois derniers, l’audition de témoins appartenant à la Résistance locale, rédigés le 14 avril, complètent cette enquête. 

Le 29 août 1944, dans la matinée, des militaires allemands surgissent brutalement dans la vallée de la Saulx. Quatre villages sont particulièrement visés : Robert-Espagne, Beurey-sur-Saulx, Couvonges et Mognéville. A chaque fois, les soldats empêchent toute personne d’en sortir ou d’y pénétrer. A Robert-Espagne, Couvonges et Mognéville, des hommes sont raflés et rassemblés sous bonne garde. Dans les deux premières localités, ils seront abattus dans la journée à l’aide de mitrailleuses. A Robert-Espagne, trois gendarmes sont victimes de ces exécutions : le maréchal des logis-chef Robert Delahaye (commandant de la brigade) et les gendarmes Raymont Billot et Gaston Dagonnet ; les deux autres gendarmes (Albrecht et Hubert) ont réussi à s’enfuir et à se réfugier dans la forêt voisine. A Mognéville, le courage d’un notaire qui n’hésite pas à parlementer avec les militaires permet aux otages de retrouver la liberté. Néanmoins, deux hommes et une femme sont tués dans ce village au cours de l’opération. Partout des habitants sont abattus par les soldats alors qu’ils tentaient de se sauver : cinq hommes et une jeune fille à Beurey, un homme à Robert-Espagne, un autre à Couvonges. Dans ce village, deux hommes sont brûlés vifs dans leur domicile que les militaires allemands incendient. A Pont-sur-Saulx, localité voisine des quatre villages sinistrés, une jeune fille a la malchance de croiser sur son chemin des militaires en patrouille : elle aussi, malgré son jeune âge, est tuée. La journée du 29 août coûte ainsi la vie à 86 habitants de la vallée. En même temps qu’ils commettent ces assassinats, les soldats allemands pillent les maisons avant d’y mettre le feu. Les dégâts sont particulièrement importants à Couvonges (54 maisons sur 60 sont détruites), à Robert-Espagne (200 maisons sur 300) et à Beurey (75 maisons sur 100). D’autres communes de la Meuse et de la Marne subissent, le même jour ou les jours suivants, des exactions identiques commises par ces mêmes militaires.

 

L'enquête permit d’identifier les auteurs du massacre comme appartenant au 29e régiment de la 3e division de Panzer-Grenadiers, commandée par le generalmajor Hans Hecker : une unité de la Wehrmacht. L’affaire fut confiée au tribunal militaire de Metz qui identifia 8 militaires allemands (sur la cinquantaine qui aurait participé aux exactions). En 1950, l’instruction s’acheva mais les 8 inculpés (4 officiers, 2 sous-officiers et 2 soldats) étaient en fuite. Le jugement fut rendu le 28 mai 1952 et les condamnations furent prononcées par contumace : 4 condamnations à mort et 4 condamnations aux travaux forcés à perpétuité.

Site internet     Service Historique de la défense

http://www.servicehistorique.sga.defense.gouv.fr/Confrences.html

 

------------------------------------

 

 

 

FUSILLÉS DU 29 AOUT 1944 au village de Robert Espagne (entre saint Dizier et Bar le Duc)

Tout acte suppose un mobile, dit-on souvent. Or, quelle est la cause de cette tuerie du 29 août 1944 ? Qu'est-ce qui a pu amener les Allemands à mettre à feu et à sang cette riante vallée de la Saulx ?
A Couvonges, nous l'avons vu, l'officier prétendit que des coups de fusil avaient été tirés sur ses hommes. Nous pouvons affirmer sur l'honneur et tous les habitants avec nous: aucun coup de feu n'a été tiré sur les troupes allemandes, ni à l'intérieur de Couvonges, ni à l'intérieur de Beurey, ni à l'intérieur de Robert- Espagne.

 

Lors des préparatifs de cantonnement à Mognéville -qui fut en partie livré aux flammes le 29 août - plusieurs personnes ont remarqué sur les cartes des sous-officiers un cercle au crayon rouge entourant les villages de Robert-Espagne, Couvonges, Beurey et Mognéville. Nous pouvons donc dire, que le Haut Com- mandement avait prémédité à l'avance les criminelles exécutions, sans doute pour intimider les F. F. I. qui tenaient la forêt de Trois-Fontaines ou pour se venger des attaques, dont un officier et quelques soldats avaient été l'objet sur les routes environnantes ou sur la ligne de chemin de fer….

 

…Quelques minutes après le massacre de la gare, Mme B..., qui avait vu, de sa fenêtre, tomber son mari, est chassée, avec Mme p ... et Mme D... de sa maison et obligée de passer devant le monceau de suppliciés sanglants. Elle y voit son mari ; Mme D... son mari, son fils, son gendre; Mme p ..., son fils et son mari. Au même instant le feu commence ses ravages dans la maison qu'elles viennent de quitter . Une femme de Couvonges qui s'était cachée dans le fossé à quelques mètres du champ tragique- demanda à un S.S. ce qu'étaient devenus son fils et son mari ; froidement, le S.S. lui répondit: « Nous les avons tués ». Les deux vieillards de Couvonges, qui ont été brûlés vifs, étaient impotents et âgés de 88 et 78 ans. Quand le feu fut mis au village, plusieurs femmes voulurent les sauver; mais les soldats s'y opposèrent en disant qu'ils se chargeraient de les transporter hors du danger. Seuls, quelques vertèbres, un tibia et un crâne en furent retrouvés.
    II n'est pas nécessaire de donner d'autres détails : tel est le sadisme dont firent preuve à Robert-Espagne, Couvonges, Beurey les soldats assassins du Ille « Grand Reich allemand ». Certains prétendent qu'il s'agit :
 

            -des S.S. du 151è Bataillon pour Robert-Espagne ;    
            -des éléments de la Feldpost 18.846 B. pour Beurey ;
            -des hommes de la 29è Division blindée pour Couvonges.

    Le Service des Crimes de guerre approfondira la question. En tout cas, il s'agit de trois groupes de criminels, trois groupes de fidèles disciples de la doctrine nazie; doctrine barbare, doctrine païenne, stigmatisée , avec tant de vigueur, dès 1937, par Sa Sainteté le  Pape Pie XI dans sa célèbre Encyclique.

 

 

Monument de Robert Espagne (55)

 

 

Cheminots fusillés à Robert Espagne ce 29 août 1944

 

ARNAULD Marcel

BOURGEOIS Léon

BRIARD Georges

COUCHOT Pierre

DAIMÉ Daniel

FAUCHOT Marcel

GUISCHEN René

MENOU Pierre

PAUMIER Norbert

SIMONET Roger

THOMASSIN Georges

Paul Durand relatera dans son ouvrage le massacre de Robert-Espagne:

"Le 29 août 1944, vers 12 heures, le 15e Bataillon de SS, transporté par fer, en retraite, irrité par les sabotages des voies autour de Saint-Dizier, ordonna aux 53 hommes, tous en service, se trouvant en gare et à 4 agents de la voie, de creuser une tranchée, de s'y adosser sur trois rangs. Ils furent tous fusillés, les blessés étant achevés sauvagement au son d'un phonographe devant les femmes. Le village fut incendié quasi totalement et la division, contraindre de prendre la route, multiplia ses violences notamment à Noyers-le-Val et à Auzécourt (Meuse)."

 

COMITE DU SOUVENIR DE LA VALLEE DE LA SAULX. - Préfaces de Mgr Georges PETIT et Louis JACQUINOT.

29 AOUT 1944 LIBERATION SANGLANTE. JOURNEE TRAGIQUE POUR QUATRE VILLAGES MEUSIENS : ROBERT-ESPAGNE - BEUREY-SUR-SAULX - COUVONGES - MOGNEVILLE.

Ouvrage édité sous le Patronage du "Comité du Souvenir de la Vallée de la Saulx" au pofit des familles des victimes et sinistrés. Préfaces de Mgr Georges Petit (Evêque de Verdun) et Louis Jacquinot (Député de la Meuse). Imprimerie Saint-Paul, Editeur Bar-le-Duc 1946. Broché In-8 (158x242). Couverture imprimée du titre en rouge et noir. XIff. + 63 pages. Illustré de 8 planches photos nb hors-texte et une carte. (En appendice : rapport fourni au service des recherches criminels de guerre par Alfred Schaeffer, jeune alsacien enrôlé de force dans la Wehrmarcht, et extrait de la déposition faite devant la Chambre civique de la Cour de justice de Strasbourg par Joseph Schmitt, alsacien enrôlé dans la Wehrmarcht et faisant partie de l'unité qui opéra le 29 août 1944 à Couvonges). Minimes rousseurs sur la couverture. Bon exemplaire accompagné de son bandeau annonce : "ouvrage honoré d'une lettre du Général de Gaulle du 11 mai 1946".  -  Prix : 38,00 EUR Commander

La tragédie du 29 août 1944 dans la vallée de la Saulx - Robert-Espagne - Liste des fusillés de Robert-Espagne - Encore une victime - Beurey-sur-Saulx - Liste des fusillés de Beurey-sur-Saulx - Couvonges - Liste des fusillés de Couvonges - Mognéville : journée du 29 août 1944 - Liste des fhttp://www.livre-rare-book.com/cgi-bin/lrbcgi?ke=%22-%22&ch_aut=%22VALLEE%20J%22usillés de Mognéville - Appendice.

http://www.livre-rare-book.com/cgi-bin/lrbcgi?ke=%22-%22&ch_aut=%22VALLEE%20J%22

 

 

http://www.sceren.fr/memoire/liberation_territoire/college/documents/CollegeT2_Robert-Espagne_2.pdf

 

 

http://www.cndp.fr/memoire/liberation_territoire/college/repli.htm

 

 

Bibliographie :

- Libération sanglante de quatre villages meusiens. 29 août 1944. Imprimerie du Barrois. 2ème édition, 1969.

- Pierre Mangin . De la Meuse à la Moselle avec l'armée Patton (septembre-octobre 1944). Verdun, 1997.

- Jean-Pierre Harbulot. Les massacres du 29 août 1944 dans la vallée de la Saulx. Actes des XXIIèmes Journées d'études meusiennes qui se sont tenues à Ancerville les 1er et 2 octobre 1994. Société des Lettres, Sciences et Arts de Bar-le-Duc, 1999

 



08/05/2008
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 112 autres membres