RAIL et MEMOIRE

RAIL et MEMOIRE

ASCH Alphonse

ASCH Alphonse

 

Commis de 2ème Classe à Saint Malo (35)

 

Date de naissance : 28 octobre 1889

Lieu de naissance : BISCHEIM (67)

Date de décès : 25 mars 1943

Lieu de décès : LUBLIN-MAIDANECK (Pologne)

Circonstances : Mort en déportation

 

 

 

 

Méthode  de recherche Rail & Mémoire pour cette notice :

 

Relevé de la plaque du MAM* de la gare de SAINT MALO

Site => http://perso.orange.fr/memoiredeguerre/ccmr/p6-list-a.htm

Journal « notre métier » nov. 1946

Site http://judaisme.sdv.fr/histoire/shh/deportes/stbg1.htm

Site http://www.mortsdanslescamps.com/pdf/1988/JO1988p05961-05963ALL.pdf

Site http://www.deathcamps.org/reinhard/memorbook.html + renseignement donnés par M Georges ASCH

Site: Mémorial de la Shoah 

http://www.memorialdelashoah.org/b_content/getContentFromNumLinkAction.do?itemId=170&type=1

 

 

 

 

 

 

Alphonse ASCH né le 26 octobre 1889 à Bischeim (Bas-Rhin). Arrêté le 19 février 1943 à Saint-Malo. Déporté par le convoi n° 53 parti de Drancy le 25 mars 1942 vers Sobibor.

 

Il fut arrêté et déporté tout comme son épouse parce qu'ils étaient Juifs.

 

Asch (Alphonse), né le 26 octobre 1889 à Bischheim (Bas-Rhin), décédé le 25 mars 1943 à Lublin-Maïdaneck (Pologne).

 

Son épouse, ASCH Marthe, sera aussi  déportée.

Asch, née Mosbacher (Marthe), le 23 décembre 1892 à Metz (Moselle), décédée le 25 mars 1943 à Lublin-Maïdaneck (Pologne).

 

 

 

 

 

 

extrait du registre de Drancy  / Mémorial de la Shoah 

Site:

http://www.memorialdelashoah.org/b_content/getContentFromNumLinkAction.do?itemId=170&type=1

 

 http://bdi.memorialdelashoah.org/internet/jsp/core/MmsRedirector.jsp?id=2434&type=VICTIM

 

Alphonse ASCH était avec son épouse domicilié au 13, av. Marville à SAINT MALO. (France)

 

La maison en 2015  

asch_maison.jpg

 

--------------------

 

 

feuille de témoignage à Yad VAshem par Welsch Irène, Sa Nièce .

 

site:

http://db.yadvashem.org/names/nameDetails.html?itemId=4425008&language=en#!prettyPhoto

 

Alphonse Asch est né à Bischheim, France en 1889, pour Pauline. Il était un Bookeeper. Avant la Seconde Guerre mondiale, il a vécu à Strasbourg, France. Pendant la guerre, il était à Saint-Servan-sur-Mer, France. Alphonse a été assassiné en 1944 à la Shoah. Cette information est basée sur une page de témoignage , présenté par sa nièce.

 

Source: Pages de Témoignage
Nom de famille: Asch
Prénom: Alphonse
Prénom de la mère: Pauline
Sexe: Mâle
Date de naissance: 1889
Lieu de naissance: Bischheim, Bas-Rhin, France    Recherche de toutes les victimes enregistrées comme né à cet endroit    Affiche l'emplacement sur la carte et infos sur le lieu (si disponible)
Prénom du conjoint: Marthe
Nom de jeune fille du conjoint: Mosbacher
Lieu de résidence permanent: Strasbourg, Bas Rhin, France  Rechercher toutes les victimes enregistrées en tant que résidant dans ce lieu  Affiche l'emplacement sur la carte et infos sur le lieu (si disponible)
Profession: Bookeeper
Lieu au cours de la guerre: Saint-Servan-sur-Mer, Ille et Vilaine, France  Rechercher toutes les victimes enregistrées en tant que présent dans ce lieu pendant la guerre  Affiche l'emplacement sur la carte et infos sur le lieu (si disponible)
Date du décès: 1944
Type de matériel: Page de Témoignage
Nom de famille Envoyé le: Welsch
Prénom Envoyé de: Irene
Lien avec la victime: NIÈCE
ID article: 4425008 

 

 

 

 

 Détail plaque gare de Saint Malo

Photo Rail et Mémoire

 

************************

 

 

 

 

LE CAMP DE Lublin-Maïdanek 

 

Tout d'abord camp de prisonniers de guerre, ou en 1941 furent exterminés 5000 soldats soviétiques, il conserve curieusement cette appellation une fois peuplé de concentrationnaires, juifs pour la plupart.

C'est seulement à partir de mai 1942 que les S.S. lui donnent le nom de K.L Lublin, il se trouvait en effet à 2 km de cette ville. Mais, pour les habitants de la région, qui l'avaient baptisé au départ, il restera toujours Maïdanek, du nom du village proche.

Les plans de construction établis en 1941 prévoyaient la création d'un camp géant. Sur une superficie de 270 hectares, entièrement clôturés d'une enceinte électrifiée, devaient s'aligner plus de 500 blocks. Une partie seulement du projet fut réalisée : 120 blocks. Les travaux d'aménagement occupèrent durant quatre années 35 000 à 40 000 détenus.

A la libération du camp, on découvrit des magasins entiers remplis des dépouilles des victimes, parmi lesquelles des monceaux de valises portant les noms de leurs propriétaires.

Après l'installation des chambres à gaz et des fours crématoires, Maïdanek, sans atteindre l'importance d'Auschwitz-Birkenau, remplit la double fonction de camp de concentration et de camp d'extermination.

Au minimum 50 000 victimes, dont un grand nombre de juifs du ghetto de Varsovie, périrent à Maïdanek : la plupart par les chambres à gaz, mais aussi par d'autres moyens. C'est ainsi que le 3 novembre 1943 eut lieu un massacre à la mitrailleuse, couvert sous des flots de musique joyeuse, qui coûta la vie à 18 000 personnes, cette journée fut baptisée par les S.S "Erntefest" (fête des moissons).

La majorité des victimes était originaire de Pologne. On en comptait aussi de vingt-six autres pays, dont la France. Quatre mille hommes, femmes et enfants juifs, partis du mois de mars 1943 de Drancy, Gurs et Marseille, trouvèrent ici une fin atroce. 

Dès avril 1944, les S.S entreprirent l'évacuation des détenus de Maïdanek vers les camps de concentration d'Allemagne. Les derniers convois partirent vers Auschwitz en juillet, quelques jours avant l'arrivée des troupes soviétiques qui y trouvèrent le camp intact et d'immenses charniers. 

source => http://www.fndirp.asso.fr/lublin.htm



19/12/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 116 autres membres