RAIL et MEMOIRE

RAIL et MEMOIRE

BARBIER Jean

BARBIER Jean

BARBIER Jean portrait.jpg

 




 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photographie Coll Famille Pacaud Barbier pour R&M

 

 

Cheminot, Cantonnier à Marans ( 17)

 

Date de naissance : 17 mars 1910

Lieu de naissance : Marans (17)

Date de décès : 23 avril 1945           

Lieu de décès : Sebnitz Tchécoslovaquie     

Circonstances : Mort en Déportation

 

Méthode de recherche Rail & Mémoire pour cette notice :

 

Centre Archive Historique SNCF le Mans ( en ligne)  cote   CXXV.2 118LM108/1

Dictionnaire de la FMD  Transport I 74  parti de Compiègne le 24 janvier 1943

et Mémorial  d’Oranienbourg Sachsenhausen de Jean Bezaut.

SACHSO édition Terre humaine chez MINUIT /  PLON  page 499

 Contact Famille : sa fille ;   Jeannine Pacaud , avec tous nos remerciements pour la photographie de son Père et les informations fournies .

---------------------------------------------------

 

 

 

 

Jean barbier est né le 17 mars  1910 à Marans en Charente Maritime. il était cheminot, Cantonnier à Marans, embauché au chemin de fer le 3 mars 1937.

 Il se marie le 27 septembre 1932 avec Maria  BOURASSEAU née le  13 fevrier 1912 en Vendée ;  père d'une enfant, Jeannine,  agée de 8 ans en 1942, la famille résidait au passage à niveau  128 à l' Ile d'Elle sur la ligne de Saintes à Marans .

 Début septembre 1942, il rejoint la Résistance, " sa mission étant l 'établissement de faux papiers d'identité et cacher des agents en danger "

le 23 septembre 1942 la Gestapo  se présente une première fois au domicile familial en demandant à voir Jean Barbier , c est lui qui les reçoit, , jean barbier déclare que « Mr Barbier est en congé » , la gestapo revient une semaine après, perquisitionne et  l’emmène directement, son arrestation a lieu sous les yeux de son épouse et de sa fille jeannine , ( pour UN MOTIF INCONNU selon la fiche de renseignement SNCF) ,  (sympathie communiste,  dénoncé par un collègue de travail, DxxxS,  qui travaillait à la même brigade d’ouvrier /  arrestation   le même jour de Mr Gaboreau de Marans et de sa fille qui  habitait Surgères, liés à la même affaire, )

incarcéré à la prison Lafont à La Rochelle, il est tres rapidement  transféré au Fronstalag 122 à Compiègne.

Il est déporté par le convoi I 74 parti le  24 janvier 1943 pour le camp de concentration de Sachsenhausen où il est enregistré sous le numéro de matricule  58084 à son arrivée.

 Affecté au kommando Heinkel dans l'usine de production d'avions.

 

 Il est assassiné par un SS  le 23 avril 1945 à Sebnitz à la frontière Tchécoslovaque lors de l’évacuation du camp au cours des Marches de la Mort.

 

 

 

   Dans SACHSO édition Terre humaine chez MINUIT /  PLON  il est cité page 499,

 

 « le 4 avril 1945, un des derniers transport à quitter Sachsenhausen est contitué de 480 hommes du kommando Heinkel ;  la marche devient de plus en plus meurtrière pour les hommes sous alimentés. Le cinquieme jour, entre Unter-Heimdorf et Oberkreinitz, au cours d’ une pause sur les bords d' un torrent, le commandant SS Blaeser cingle à grands coups de badine  le visage de Alfred Kapelke, un détenu allemand responsable de l’organisation clandestine qui signale que si les détenus avaient recu le ravitaillement , il y aurait moins de morts ;  la faim la soif et les coups  …

 Au cours de cette étape, Jean Barbier de Charente Maritime, veut prendre un peu d’eau dans le torrent , il sort des rangs et est assassiné par un SS à coup de baton sur le crâne . Gachy subit le même sort pour avoir voulu ramasser des feuilles de pissenlit « 

 

 

Une Rue Jean Barbier honore sa mémoire à Marans .

 

-----------------------------------------

BARBIER Jean 005.jpg

 

 

 

 



17/06/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 116 autres membres