RAIL et MEMOIRE

RAIL et MEMOIRE

BARRÉ Pierre

BARRÉ Pierre Michel

OUVRIER au Dépôt de THIONVILLE (57)

Date de naissance : 25 janvier 1909

Lieu de naissance : KÉDANGE SUR CANET (57)

Date de décès : 22 février 1945

Lieu de décès : GUSEN - MAUTHAUSEN 

Circonstances : Mort en déportation

Méthode  de recherche Rail & Mémoire pour cette notice :

Relevé de la plaque du MAM* de la gare de  THIONVILLE

Site Mémorial Gen Web http://www.memorial-genweb.org/html/fr/resultcommune.php3?id_source=4892&ntable=bp01

Livre Mémorial FMD

CAH SNCF LE MANS

Journal officiel du 12 juillet 2007

 

http://www.canner.fr/expo/page30.html

Pierre BARRE est Employé au dépôt SNCF à Thionville - Résistant il est arrêté le 05/07/1944 par la Gestapo pour avoir fait évader son beau -frère mobilisé dand l armée allemande

Interné au camp de Woippy, puis transféré successivement à Natzweiller-Struthof arrivé le 31 juillet 1944, enregistré sous le matricule 20971, puis transféré à DACHAU les 4 et 5 septembre 1944, puis Gusen-Mauthausen à la mi-septembre ou il décède le 22 février 1945.

Il laisse 2 enfants en bas age , son épouse est elle meme déportée à Ravensbruck

 

Le convoi II 28 :    22 hommes ; personnes arrêtées en zone annexées

 

La population qui compose les arrivées au KL Natzweiler entre le 9 juillet et le 10 aout 1944 est arrêtée pour des motifs divers. On y retrouve 6 réfractaires a` l'incorporation dans la Wehrmacht, 5 personnes ayant apporte leur aide à des réfractaires, 1 passeur, mais aussi 2 otages et 1 droit commun. Le motif de deportation des 7 derniers demeure inconnu.

Les détenus, extraits du camp de Woippy ou du Fort de Queuleu, sont déportés en deux journées : 12 le 9 juillet et 9 le 31. Pour le dernier déporté une incertitude demeure. L'étude du registre matriculaire reconstitué semble indiquer qu'il a été déporté  autour du 10 août 1944, avant le transport du 17 aout 1944 au départ de Metz.

Comme lors des arrivées precedentes2, les arrestations de réfractaires sont individuelles et ont été opérées à la frontière, dans des gares lors de contrôles d'identité ou en zone occupée, en Meurthe-et-Moselle mais aussi dans les départements proches de la frontière espagnole comme la Haute-Garonne ou les Pyrénées Orientales3. Une personne est ainsi arrêtée à Perpignan lors d'un contrôle d'identité  mosellane, elle est retenue par les autorités allemandes.

Ces dernières s'aperçoivent alors qu'elle est réfractaire à la Wehrmacht et qu'elle est munie de faux papiers. Les arrestations des personnes qui ont apporte´ leur aide à des réfractaires à la Wehrmacht et des prisonniers de guerre évadés sont toutes effectuées en Moselle.

Concernant les deux otages, l'un est arrêté le 3 juin 1944 dans la grande rafle de Longueville-les-Saint-Avold, l'autre le 9 mars 1944 en représailles a` la suite de la désertion de son fils de la Wehrmacht. Si 2 déportés sont transférés dans le Kommando de Schomberg, les autres sont envoyés au KL Dachau les 4 et 5 septembre 1944 : 5 gagnent ensuite le Kommando d'Allach le 8 septembre, puis celui d'un Haslach-Sportplatz le 18 septembre pour 4 d'entre eux ; 4 sont transferes au KL Mauthausen a` la mi-septembre 1944 ; les autres au KL Dachau ou` ils restent au camp central.

Cedric Neveu



10/06/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 116 autres membres