RAIL et MEMOIRE

RAIL et MEMOIRE

BARTHELEMY Henri

BARTHELEMY Henri

Ajusteur au Dépôt du réseau Etat à Niort (79)

Sous Chef de Brigade au Dépôt de Thouars (79)

Date de naissance : 2 avril 1884

Lieu de naissance : LE LONGERON (49)

Date de décès :  22 octobre 1941

Lieu de décès : CHATEAUBRIANT (44) 

Circonstances : Fusillé

Méthode  de recherche Rail & Mémoire pour cette notice :

Relevé de la plaque du MAM* de la gare de Nantes

Le Maitron => Cheminots et Militants, un siècle de syndicalisme ferroviaire, sous la direction de Marie-Louise GOERGEN, Collection Jean MAITRON (Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, Les Editions de l'Atelier, 2003

Site =>

 http://www.pedagogie.ac-nantes.fr/23776312/0/fiche___ressourcepedagogique/&RH=1160251854265 pour la lettre du préfet et la liste

Photos de notre correspondant Carlos FERNANDEZ de Nantes / Pays de Loire

Photos de Christian LE ROUX de Nantes pour les photos de Thouars


Ajout photos le 5 février 2013

 

BARTHÉLÉMY HENRI, JOSEPH, CÉLESTIN.

Né le 2 avril 1884 au Longeron (Maine-et-Loire), fusillé le 22 octobre 1941 à Châteaubriant (Loire-­Inférieure) sous-chef de brigade; militant syndica­liste et communiste des Deux-Sèvres.

Petit-fils d'un cultivateur et fils d'un garde-barrière, Henri Barthélémy participa à des réunions socialistes et syndicalistes avant la Première Guerre mondiale. Au congrès constitutif de l'Union départementale CGT, tenue à Niort (Deux-Sèvres) le 13 juillet 1913, il fut élu trésorier adjoint. Après la scission de Tours en 1920, il passa au Parti communiste dont il demeura adhérent jusqu'à sa mort.

En 1918, Henri Barthélémy était ajusteur au dépôt du réseau État à Niort. Il militait à la Fédération natio­nale des travailleurs des chemins de fer, section de Niort, et fut révoqué après la grève de 1920. Parallèle­ment, en 1919, il fut candidat socialiste aux élections législatives et obtint 4915 voix sur 76089 suffrages exprimés. En mai 1935, Henri Barthélémy, sous-chef de brigade au dépôt de Thouars, fut élu conseiller municipal de cette ville. Aux élections législatives de mai 1936, il fut candidat du Parti communiste dans la circonscription de Bressuire (Deux-Sèvres) ; il recueil­lit 1789 voix (dont 1 100 dans le canton de Thouars) sur 21661 suffrages exprimés.

Son attachement au communisme lui valut d'être interné en 1941 à Châteaubriant. Dans Ceux de Châ­teaubriant, Fernand Grenier dit de lui: « C'est un géant qui les dépasse tous. Une sorte d'hercule aux cheveux blancs, estimé de tous pour son bon sourire, son naturel très doux, sa gentillesse de chaque instant. » Le responsable du camp, Touya, lui propo­sant la libération sous condition d'une déclaration favorable à Pétain, il aurait répondu: « Je suis entré ici la tête haute, j'en ressortirai de même. » Henri Barthé­lémy fut l'un des 27 fusillés du 22 octobre 1941. Une rue de Thouars porte son nom. Il s'était marié en juillet 1907 à Prahecq (Deux-Sèvres) avec Adeline Ayraud.

Sous l'Occupation, son fils Henri faisait l'intermé­diaire dans le recrutement de résistants pour le Front national régional en Normandie. Il participa à la Résis­tance aux côtés d'Henri Neveu, en organisant l'héber­gement de responsables clandestins régionaux et inter­régionaux, en prêtant sa carte SNCF et en participant à la reconstitution de la CGT clandestine des chemi­nots de Caen (Calvados) en 1943. Il fut membre de la Commission départementale de reconstitution des organisations syndicales de travailleurs en 1945, au titre de la CGT.

Surveillant au service électrique à Caen, il fut élu délégué du 4' degré en avril 1951 au titre de l'Union Ouest, puis réélu en mai 1955.

SOURCES: Arch. Nat. F7/13130 et 13621. - Arch. Dép. Deux-Sèvres, E M 11/36 et 11/41, 4 M 11/3 et 11/4. -Arch. Fédération CGT des cheminots. - Les cahiers de l'Institut (IHS­

CGT Cheminots), n° 13, 31 trimestre 2001, p. 5. - Notes de Jean-Pierre Bonnet et de Gilles Morin. - Renseignements communiqués par Evelyne Maine-Opezzo. - EC.

Jacques Blanchard et Marie-Louise Goergen

« Le Maitron » : Cheminots et Militants, un siècle de syndicalisme ferroviaire, sous la direction de Marie-Louise GOERGEN, Collection Jean MAITRON (Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, Les Editions de l'Atelier, 2003

page 62

 

    

        Lettre du Prefet annonçant la liste que les allemands dresseront

                                                    (voir ci dessous )

      

  

 

Rue Henri BARTHELEMY ( rue du Dépôt SNCF à THOUARS (79)

Maison de Henri BARTHELEMY à THOUARS (79)

Plaque apposée sur la maison où vécu Henri BARTHELEMY à THOUARS (79)

 

Après affiche ci dessous , photos Stelle et cimetière

 

 

Plaque du Cimetière de Ruffigné (44) où furent répartis 3 des 27 de Châteaubriand

                  Monument aux Morts de Thouars (79)

             en bas à gauche le nom de Henri Barthélémy

Sépulture de Henri Barthélémy au cimetière de Thouars (79)



Ajout photos le 5 février 2013




Extraite du Livre de Maurice ROUZIER (cf biblio cliquez ici )


Extraite du Livre de Maurice ROUZIER (cf biblio cliquez ici )


01/05/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 118 autres membres