RAIL et MEMOIRE

RAIL et MEMOIRE

BAUDEZ André

BAUDEZ André, Emile

 

Capture.JPG3.JPG

 

 

Chef d'arrondissement à St QUENTIN (02)

Cadre supérieur

 

Date de naissance : 25 mars 1892

Lieu de naissance : REIMS (51)

Date de décès :1er mai 1945

Lieu de décès : BERGEN-BELSEN

Circonstances : Mort en déportation

 

 

 

Méthode  de recherche Rail & Mémoire pour cette notice :

 

Le Maitron => Cheminots et Militants, un siècle de syndicalisme ferroviaire, sous la direction de Marie-Louise GOERGEN, Collection Jean MAITRON (Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, Les Editions de l'Atelier, 2003

Site sur SAINT QUENTIN  http://pagesperso-orange.fr/jean-claude.gallochat/principe.htm

 Notre Metier

Capture.JPG

suite Capture.JPG1.JPG

 

André BAUDEZ  mutilé d'un bras en 14-18 (cadre supérieur), nommé chef d'arrondissement à ST QUENTIN en 1942  ,  arrêté en mars 44 pour avoir modifié l'étiquetage des wagons afin de désorganiser l'approvisionnement de l'ennemi, déporté à BERGEN-BELSEN où il décède le 01 mai 1945.

 

 

Une place porte le nom d' André Baudez

 à coté de la gare en centre ville de Saint Quentin.

 

André Emile BAUDEZ

(25 mars 1892 Reims - 1er mai 1945 Bergen-Belsen (Allemagne))

Cadre supérieur ; cofondateur du Syndicat du personnel d'inspection et de direction (SPID).

André BAUDEZ débuta à la Compagnie du Chemin de fer du Nord le 18 février 1919, en gare de Laon (Aisne), à l'issue de la guerre 1914-1918, d'où il revint mutilé d'un bras.
Admis à l'école des cadres du réseau Nord à Dunkerque (promotion 1935-1936), il en sortit avec les félicitations du jury. Cofondateur du Syndicat du personnel d'inspection et de direction (SPID), André BAUDEZ était en poste à Paris-Nord lorsque survint la Seconde Guerre mondiale. 

Fervent patriote, sa première initiative fut d'afficher dès 1940 les portraits de Foch, Gallieni et Clemenceau dans son bureau.

 En août 1942, il fut nommé chef d'arrondissement à Saint-Quentin. En dépit d'une arrestation pour avoir refusé de participer à une cérémonie officielle en présence des occupants allemands, il n'hésitait pas à se rendre de nuit au triage de Tergnier (Aisne) où,  sous couvert de tournées d'inspection, il modifiait l'étiquetage des wagons afin de désorganiser l'approvisionnement de l'ennemi. Suite à la découverte de ses activités dans la Résistance, il fut arrêté en mars 1944, puis déporté au camp de Bergen-Belsen, établi par les nazis en 1943 près de Celle (région de Hanovre), où il décéda.

Notice de Patrick GAILLARD dans "Cheminots et Militants : un siècle de syndicalisme ferroviaire" sous la direction de Marie-Louise GOERGEN, Collection Jean-MAITRON, Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier Français aux éditions de l'Atelier.



19/06/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 112 autres membres