RAIL et MEMOIRE

RAIL et MEMOIRE

BAZOUIN Jean Louis

 

BAZOUIN Jean Louis

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commis de 1ere classe à MARMANDE (47)

 

 

Date de naissance : 15 juillet 1892

Lieu de naissance : Longueville (47)

Date de décès : 15 novembre 1944

Lieu de décès : Hersbruck (Allemagne)

Circonstances : Mort en Déportation

 

Méthode de recherche Rail & Mémoire pour cette notice :

 

Relevé de la plaque SNCF de MARMANDE (47)

Site internet Mémorial GENWEB

Livre Mémorial de la FMD

Archives municipales en ligne, Longueville/1892 AD / Lot et Garonne

CAH SNCF  le Mans

Journal officiel de la république française page 08045.

Arrêté du 20 mai 1987 relatif à l'apposition de la mention « Mort en déportation »

Résistance Unie n°0 - Mai 1987
Cahiers de la Résistance Gironde n°33, février 1977   http://www.ffi33.org/Communes/33540.htm

 

---------------------

 

 

 

 

 Jean Louis Bazouin est né le 15 juillet 1892 à LONGUEVILLE, commune située près de Marmande, dans le lot et Garonne, il est le fils de Jean BAZOUIN et de Marie MARQUE.

Il s embauche aux chemin de fer le 02 février 1920 , (très certainement ds la région parisienne , à préciser)

Il se marie le 15 juin 1920 à Paris 16eme arrondissement, avec Jeanne SARRE. Le couple a deux enfants nés en 1921 et 1922.

En 1944, La famille réside à Marmande au 68 rue Pasteur.

 

 Jean Louis Bazouin est résistant, il est arrêté le 15 juin 1944 par les autorités allemandes . il est déporté le 28 juin 1944 par le convoi I 233 parti de Bordeaux,  pour le camp de concentration de Dachau où il est enregistré  à l arrivée, le 07 juillet 1944, sous le numéro de matricule  78132.

Fin Aout 1944, il est transféré avec un groupe de 150 Détenus au KL de  Flossenburg puis  au kommando de Hersbruck* à quelques kilomètres au Nord Est de Nuremberg  où  Il décède le 15 novembre 1944 .

 

Il est decoré de la Légion d'Honneur, Médaille Militaire, Croix de Guerre, Médaille de la Résistance

 

 

 

*Hersbruck : Aménagé entre mars et septembre 1944 sur un ancien terrain du service du travail allemand, à 30 km à l'est de Nuremberg, ce Kommando a été créé pour installer une usine souterraine fabriquant des moteurs d'avion. Le travail des détenus consiste à déblayer les roches, préalablement dynamitées, afin d'aménager les galeries. 10000 détenus environ sont passés par ce camp annexe, 4000 y sont morts.

 

 

NB/ le nom de Bazouin est cité dans un rapport des Cahiers de la Résistance n°33, février 1977   http://www.ffi33.org/Communes/33540.htm ; ainsi que dans un forum ; consacré aux maquis de Lorette situé géographiquement  à la limite de la gironde et du Lot et Garonne à 5  Kilomètres de Marmande : http://maquisardsdefrance.jeun.fr/t12795-maquis-de-lorette

Est ce le même ?

 

« Dans la nuit du 7 au 8 juin, il est décidé de faire sauter la voie ferrée entre Mongauzy et la Flaüta. C'est Bazouin qui mène l'opération à son succés, prolongé par la destruction du pont enjambant la "Lagupie", à 500 mètres du cantonnement installé à la "maison du lierre", où les résistants Gageac et Delech venaient d'être arrêtés. »

 

 

"Soleil de la liberté dans un hameau réolais.

En suivant les ruisseaux frangés de faibles arbustes balancés par le vent, on découvre de petites maisons basses accrochées à flanc de coteau. L'automne et l'hiver 1943 réduisent ces hameaux à une paisible existence. On imagine la nature et les hommes endormis, avant le grand réveil printanier. Le troupeau de moutons de papa Faux court dans le décor vallonné du Réolais. Mais dans le cheminement des grandes prairies, le long de la voie ferrée, aux abords des sentiers et des routes de graviers, la tache mouvante et fidèle fait une grappe autour du gardien, pour une rencontre fortuite avec le bûcheron, le monteur des P.T.T., le cheminot, le cantonnier et le planteur de tabac. La Résistance tisse ses liens. Déjà, de Saint-Macaire à Gironde, de Saint-Exupéry à Monségur, de Sainte-Bazeille à La Réole, le réseau Buckmaster a enveloppé ses avant-postes des consignes d'organisations. A quelques kilomètres, Couthures, Lagupie, Marcellus, Sainte-Bazeille s'éveillent aux mêmes préoccupations que le groupe de papa Faux.

Le père Constans, Elie Chaumet, Durèche ont vécu la Grande Guerre. Autour de ces solides paysans, dressés aux premières heures contre l'occupant, de jeunes étudiants et S.T.O.: Dhortet, Constant fils, Ballou, Robert Liarçou, Leber et d'autres apportent leur enthousiasme. Et, de part et d'autre des limites départementales, un homme a pris son bâton de pèlerin. Avec délicatesse et intelligence, il galvanise les énergies, conseille et organise: c'est le capitaine Lévy, responsable de l'armée secrète, héritier de l'unificateur Jean Moulin.

Dans le tumulte des idées, en dépit des crises intérieures des mouvements, de l'habile manoeuvre des hommes de la Gestapo, les hommes de Lorette et de Couthures, que tout rapproche, admettent de cloisonner leur action pour mieux préserver leur force.

Si Lorette vit en Gironde, son coeur bat en Lot-et-Garonne, au point que les charges de plastic posées sur la voie Bordeaux-Sète par les hommes de Faux, proviennent de l'équipe de parachutage de Constans. Si la vigilance, l'organisation des filières préoccupent ces deux groupes, la guérilla demeure ici la règle du combat clandestin. Chaque action est la contribution commune des deux groupes.

Les sabotages intriguent les Allemands. Mais quand, en ce début d'année 1944, une forteresse s'abat du côté de Cours-de-Monségur, la Gestapo, présente dans le secteur, truffe la région d'une dizaine de ses agents. L'un d'eux va jusqu'à revêtir la tenue d'officier canadien pour provoquer la capture des maquisards et de leurs chefs. C'est un nommé Combeau, inscrit à la Gestapo sous le matricule Bx 172 et travaillant sous la direction de l'officier nazi Olff.

Très adroitement, Combeau s'introduit chez quelques paysans, réclamant l'hospitalité et un contact possible avec le capitaine Lévy.

Il l'obtient sous le fallacieux prétexte de remettre une somme d'argent pour le maquis. Mais le chef de la Résistance flaire le piège, il se fait aider et tente de maintenir le faux officier canadien Peters en état d'arrestation. Démasqué, l'homme propose de révéler sa mission menée avec l'aide d'un autre agent, le nommé Lartigues. Pressé de questions, il livre un code allemand. Au cours du déplacement, les maquisards se heurtent à un barrage et Combeau réussit à fuir. Il organise alors une expédition qui aboutit quelques jours après à l'arrestation de Lévy par la gendarmerie.

Quand la nouvelle de l'arrestation et de l'exécution de Lévy par la Gestapo de Toulouse parvient dans le Réolais au début mars, ses amis se lèvent de plus en plus nombreux.

Le groupe de Lorette, qui garde de ce chef un souvenir impérissable, reporte désormais sur sa courageuse famille l'affection destinée à leur camarade. Mais sa belle-mère, Mme Weill, une personne âgée et infirme, est aussitôt soustraite aux recherches et accueillie quelques semaines à Lorette.

C'est le colonel Becq-Guérin qui succède à Lévy. Il poursuit l'organisation des maquis. A Couthures et Sainte-Bazeille, les groupes s'étoffent et s'arment. Une partie des sept tonnes de munitions stockées par les hommes de Constans et que le silence de capitaine a préservée; est acheminée à la ferme de Carnelos, au-dessus de Lorette, à la côte 112. C'est un bâtiment aux murs épais, entouré de tranchées aménagées en postes de tirs. Depuis les petites ouvertures des combles, véritables observatoires, de F.M. peuvent balayer la campagne sur le nord-ouest. a la maison des Faux, toujours occupée par sa femme et sa fille, un autre poste de F.M a été installé derrière les murs qui ceinturent le puits. Le groupe de Couthures est venu en renfort.

Dans la nuit du 7 au 8 juin, il est décidé de faire sauter la voie ferrée entre Mongauzy et la Flaüta. C'est Bazouin qui mène l'opération à son succés, prolongé par la destruction du pont enjambant la "Lagupie", à 500 mètres du cantonnement installé à la "maison du lierre", où les résistants Gageac et Delech venaient d'être arrêtés. "

 

Extrait de : Cahiers de la Résistance n°33, février 1977   http://www.ffi33.org/Communes/33540.htm

 



27/03/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 116 autres membres