RAIL et MEMOIRE

RAIL et MEMOIRE

BECAR Jean

BECAR Jean Maurice

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Manœuvre Aide Ajusteur au dépôt de LONGUYON (54)

 

 

 

Date de naissance :15 Janvier 1910

Lieu de naissance :LONGLAVILLE (54)

Date de décès : 09 MAI 1942

Lieu de décès : CAEN (14)

Circonstances : Fusillé

 

 

Méthode de recherche Rail & Mémoire pour cette notice :

 

Relevé de la Plaque commémorative SNCF de Longuyon (54)

 

 CD AERI CALVADOS Archives de Jean Quellien

 

Site Internet CHRONOLOGIE DE L'OCCUPATION A CAEN //sgmcaen.free.fr/chronique-occupation.htm

 

 CAH LE MANS

 

 

Jean Becar était manœuvre au dépôt de Longuyon, embauché à la SNCF le 15 Décembre 1936, il est commissionné le 18 février 1937,il est domicilié au 35 rue de Metz. Il est révoqué le 15 septembre 1941 (en application du décret Loi du 09 avril 1940 interdisant le Parti Communiste )et arrété ce meme  jour .Le 4 Octobre 1941 , il est condamné à 5 ans de travaux forcés pour distribution de tracts communistes par la section speciale de la cour de Nancy.

 Il est incarcéré à la prison de la maison centrale de Beaulieu à CAEN (14) et fusillé comme otage le 09 mai 1942 à la caserne du 43e régiment d'artillerie en représailles d'attentats commis contre des soldats de la Wehrmacht en divers points de France.

 

 

Une RUE JEAN BECAR honore sa mémoire à LONGUYON

 

------------------------------

 

« Le 9 mai, au matin: trois détenus de la maison centrale de Beaulieu, Pierre Faures, Jean Becar ajusteur et militant communiste à Longuyon et Pierre Mangel (Pierre Marcel sur la stèle des fusillés), sont passés par les armes à la caserne du 43e d'artillerie.

 

//sgmcaen.free.fr/chronique-occupation.htm

 

-----------------------

 

Pendant la guerre et l'occupation, la maison centrale reste principalement sous l'autorité de l'administration française, contrairement à la maison d'arrêt (prison Cellulaire sur le plan). Désormais, on y emprisonne aussi des condamnés politiques, tels que Paul Collette, auteur de l'attentat contre Laval, mais surtout des communistes condamnés aux travaux forcés par les sections spéciales du régime de Vichy. Certains d'entre eux seront désignés comme otages par les autorités allemandes pour être fusillés à la caserne du 43e régiment d'artillerie en représailles d'attentats commis contre des soldats de la Wehrmacht en divers points de France. Au cours de l'été 1942, les Allemands ordonnent l'évacuation de la totalité des détenus de la maison centrale qui sont transférés vers les prisons de Fontevraud, Villeneuve-Saint-Georges, Hauteville près de Dijon et du Haut-Clos, à Troyes. A l'automne 1943, Beaulieu est reconvertie en prison de femmes, et accueille le 6 octobre 170 condamnées provenant de Fresnes et de La Roquette escortées par 80 Gardes Mobiles, 15 surveillants et 15 religieuses.

 

Sources: CD AERI Calvados Archives de Jean Quellien



21/12/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 117 autres membres