RAIL et MEMOIRE

RAIL et MEMOIRE

BENOIT Alphonse

BENOIT Alphonse

 

Agent Technique à AULNAY sous BOIS (93)

 

Date de naissance : 30 novembre 1888

Lieu de naissance : TOURCOING (59)

Date de décès : 5 novembre 1942

Lieu de décès : AUSCHWITZ

Circonstances : Mort en Déportation

Enregistré à AUSCHWITZ sous le matricule 45225

(voir convoi des 45000) cliquez

 

 

 

Méthode  de recherche Rail & Mémoire pour cette notice :

 

Site Mémoire Vive //www.memoire-vive.ibretagne.net/45000/Resistant.php?REF=73

Livre Mémorial FMD Tome I page 406

Journal « NOTRE METIER » numéro 82 du 29 novembre 1946, page 9

Le Maitron => Cheminots et Militants, un siècle de syndicalisme ferroviaire, sous la direction de Marie-Louise GOERGEN, Collection Jean MAITRON (Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, Les Editions de l'Atelier, 2003

 

 

 

Alphonse  BENOIT est arrêté le 25 ou 23 octobre 1940 n puis transféré à Compiègne et déporté le 6 juillet 1942 pour AUSCHWITZ où il décède le 5 novembre 1942

 

BENOIT Alphonse.

Né le 30 novembre 1888 à Tourcoing (Nord), mort le 5 novembre 1942 à Auschwitz ; cheminot communiste ; responsable communiste de Gagny (Seine-et-Oise, Seine-Saint-Denis).

Fils d'un fileur, Alphonse Benoit se maria en septembre 1919, à Gagny (Seine-et-Oise devenue Seine-Saint-Denis) où il résidait, avec Marie Acker. Il était en 1923 secrétaire du sous- rayon communiste de Gagny et fut candidat aux élections municipales de 1925 et 1929 à Gagny. Il obtint chaque fois 25 % des suffrages exprimés. En 1935, il fut élu premier adjoint du maire communiste Émile Cossonneau , la liste communiste l'ayant emporté au deuxième tour après fusion avec celle des socialistes et radicaux. Déchu en 1940, il se montra au début de l'occupation le militant le plus actif et populaire de Gagny. Après son internement au camp d'Aincourt (Seine-et-Oise, Val d'Oise), le 21 octobre 1940, la propagande communiste cessa localement. Durant son internement, il manifesta sa fidélité au PCF lors d'incidents avec ceux qui avaient rompu et fut remis aux occupants, le 27 juin 1941, au camp de Compiègne (Oise), d'où il fut déporté à Auschwitz.

En 1944, sa femme était membre du comité local de Libération de Gagny et fut élue conseillère municipale en 1945 sur la liste communiste.

SOURCES : Arch. Dép. ancienne Seine-et-Oise et Yvelines : 2 M 30/52, 30/63, 4 M 2/68, 1 W 71, 90, 221, 372 et 10061. — Arch. Dép. Seine-Saint-Denis : 2 M 93/1205. — État civil de Tourcoing

Nadia Ténine–Michel



04/07/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 117 autres membres