RAIL et MEMOIRE

RAIL et MEMOIRE

BERGERON Georges

BERGERON  Georges

BERGERON Georges2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cheminot, CANTONNIER à GUERET.

 

 

Date de naissance : 16 mai 1895

Lieu de naissance : GUERET

Date de décès : 08 juin 1944

Lieu de décès : Le Verger, Commune de Sainte FEYRE ( 23)

 

Méthode de recherche Rail& Mémoire pour cette notice :

Relevé de la plaque SNCF  de GUERET (23)

Histoire de la Résistance en creuse Le temps du maquis: page 554 de Marc PARROTIN

IMP d’Aubusson 1981

 Contact Famille : son petit fils Jean Claude VACHON , avec tous nos remerciements pour son aide et les photographies mises à notre disposition .

 

 Centre Archives Historiques de la SNCF  Le Mans CAHLM cote du dossier CAHLM 118Lm

 

 

-----------------------------

 

 

Georges BERGERON est né le 16 mai 1895 à GUERET . Il était cheminot à la  SNCF, Cantonnier à la Gare de Guéret.

 Il s’est marié le 20 Décembre 1919 à Saint Fiel ( 23 ) avec Pauline, Jeanne GIRAUD qui est née le 9 mars 1894 à Saint Fiel également.

 

 

La famille residait au lieu-dit « Le Verger « , commune de Sainte Feyre ( 23 ), ils ont eu trois enfants :

Léontine, Yvonne BERGERON née le 22/10/1920, mariée à Georges VACHON le 22/10/1938. Employés tous les deux à la SNCF, elle en qualité de Garde-Barrière et lui de cheminot, ils ont eu deux enfants : Jacques, né le 9/11/1941 et Jean Claude né le 29/01/1947.(En poste à Aubusson au PN 272 lorsqu’elle a pris sa retraite le 22/10/1975, elle est décédée le 3 novembre 2013…)

Paul BERGERON, né le 20 mars 1923 à Champsanglard,

Jean BERGERON, né le 26 juin 1933.

 

 

 

 

le 8 juin 44 , une colonne de soldats allemands se portant au secours de la garnison allemande  attaquée à Guéret par les FFI fut prise à partie par le maquis au lieu-dit « le verger », non loin de la propriété des Bergeron.

 « Leur fille Léontine, donc ma mère, se trouvait ce jour-là chez ses parents avec mon frère Jacques. Cachée derrière le même mur que sa mère, elle a été blessée à la jambe par, a priori, la même balle qui a tué ma grand-mère. »

Les allemands incendièrent la fermette et une vive fusillade éclata, Jeanne Bergeron et sa fille Léontine Vachon qui tenait dans ses bras son fils Jacques, âgé de trois ans, fuirent leur domicile et se refugièrent derrière un mur de pierre, les allemands les aperçurent et tirèrent dessus, Jeanne Bergeron fut tuée et sa fille blessée à la jambe. Leur fils Jean, 11 ans,  réussi à fuir en se cachant avec un voisin et à échapper  au massacre.

Georges Bergeron, qui rentrait de son travail, vers  12h 30  ne put qu’assister au drame ; en voulant porter secours à sa famille, il tomba sur les soldats allemands qui le firent prisonnier, l’entrainèrent à une cinquantaine de mètres et le fusillèrent au bord la route de Montluçon .

 

 

 

 

BERGERON STELE.JPG

 

 Une plaque a été érigée sur les lieux de ce drame et rend hommage à cette famille. 

 

----------------------------------

 

BERGERON Georges et Jeanne .JPG

 

 



25/06/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 118 autres membres