RAIL et MEMOIRE

RAIL et MEMOIRE

BESNIER Gabriel

BESNIER Gabriel

 

Cheminot Retraité de Nantes (44)

 

 

Date de naissance :     25 juillet 1889

 

Lieu de naissance :     Paris (Seine) 20ème arrondissement

 

Date de décès :           06 mars 1941

 

Lieu de décès :           Camp d'Internement du Croisic (Loire-Inférieure) ( à ce jour 44)

 

Circonstances :           Mort en Déportation.

 

 

Méthode de recherches Rail et Mémoire pour cette notice :

 

- Documents fournis par la fille de Gabriel Besnier.

- A.D.L.A. : cotes 1693 W 117 et 118, 1694 W 43 et 45.

- Relevée de la nouvelle plaque en gare SNCF de Nantes.

 

 

Note rédigée par Carlos Fernandez correspondant Rail et Mémoire.

 

            Avant d'entrer au chemin de fer de l'Etat en 1918 Gabriel Besnier fut engagé plus de 12 ans dans la Marine Nationale d'où il en sortira avec le grade de Quartier Maître Manoeuvre. Jusqu'à la déclaration de la guerre en 1939, il ne semble avoir manifesté aucune activité syndicale, politique ou associative particulière en dehors du fait d'être membre des Anciens Marins Combattants.

 

Dans la marine

 

            Avant l'arrivée des allemands à Nantes, le 19 juin 1940, un certain nombre de dossiers de la police et des Renseignements Généraux ont été détruits. Parmi eux la liste des militants et dirigeants politiques et syndicaux. Ces listes seront reconstituées quelques mois plus tard de manière à procéder à l'arrestation et l'internement des militants communistes les plus notoires. C'est ainsi qu'apparaît pour la première fois, début 1941, le nom de Gabriel Besnier, retraité des chemins de fer et signalé comme « Propagandiste communiste ; (diffusion et apposition de tracts). » Une perquisition a lieu à son domicile le 17 février 1941 à 6h du matin par le Capitaine commandant la Section de la Gendarmerie de Nantes ainsi que des membres de la brigade de Pont-Rousseau faisant suite à un « arrêté préfectoral en date du 15 février 1941 astreignant BESNIER à résidence forcée ».

 

            Les gendarmes se veulent rassurant : « Vous prenez seulement une couverture car vous serez bientôt de retour », car ils observent l'état de santé précaire de l'intéressé qui était alité depuis près de 15 jours pour de graves problèmes pulmonaires.

 

            Incarcéré à la Maison d'Arrêt de Nantes, il est transféré le lendemain au Centre de Séjour Surveillé du Croisic ; le premier centre d'internement du département qui enfermera une trentaine de militants communistes dont le fils de cheminot, Emile David, fusillé le 22 octobre 1941.

 

Centre du Croisic (44)

 

            L'épouse de Gabriel Besnier qui, visiblement, n'est pas informée des activités présupposées de son mari s'adresse au préfet dès le 22 février pour l'alerter sur l'état de santé  très préoccupant de celui-ci. Dans le même courrier elle justifie la présence d'une arme trouvée lors de la perquisition en ces termes :

 

            « Chez nous on a trouvé un révolver mais c'était un souvenir, pénible sans doute, mais c'était celui avec lequel ma fille aînée Madeleine Besnier s'est tuée à l'âge de 18 ans au mois d'octobre 1932 ... ». Un passage surligné en rouge à la préfecture.

 

            Le couple s'écrit chaque jour. Des lettres poignantes qui révèlent détresse et révolte. Celle que Gabriel Besnier appelle affectueusement « Ma chère Lisa » écrit à son époux : « Je suis passée devant le cimetière mais je n'ai pas eu le courage d'entrer, mon cœur s'est serré en pensant au révolver et à tout le mal qu'il nous a fait ... ».

 

Avec sa fille Marcelle avant guerre

 

            Cette arrestation traumatisante liée à ce changement climatique où le froid et l'humidité côtière sont de mise en ce mois de février détériore rapidement la santé du détenu. Il attend 9 jours pour recevoir la visite d'un médecin qui constate l'état critique de son patient. Ce n'est que le 6 mars au matin qu'il est envisagé de l'envoyer à l'hôpital de Nantes mais le médecin s'y oppose. Il est trop tard. Gabriel Besnier décède à 12h15 ce jour là, d'une pleurésie, au camp d'internement du Croisic.

 

            Chacun ouvre son parapluie à commencer par le Préfet qui, le jour même, rédige un rapport stipulant que « le 27 février, je recevais le certificat médical du Docteur et je prenais des dispositions pour le faire admettre au sanatorium de Maubreuil par la procédure d'urgence ». Ce rapport est introuvable dans les archives ! De son côté le Capitaine Colonna, commandant la section de gendarmerie de Saint-Nazaire écrit le 7 mars : « j'avais prescrit au chef de poste ... de l'isoler dans une chambre dans ... le but de lui procurer le repos réclamé ... ». Un autre rapport introuvable (qui peut s'expliquer avec la disparition des archives de Saint-Nazaire suite aux bombardements). Quant à l'adjudant Kranz, commandant la brigade de gendarmerie de Pont-Rousseau, il écrira le 8 mars : « Le rapport établi à l'encontre de Mr Besnier l'a été en toute conscience et après mûre réflexion, en raison justement des mesures qu'il pouvait entraîner contre lui. » Sur ce même rapport le capitaine Persuy commandant la section de gendarmerie de Nantes apporte l'annotation suivante : « Les renseignements possédés sur l'activité de Besnier étaient indiscutables ». Dans les archives nous n'avons pas trouvé de rapport précis sur ces activités.

 

 

Sa dernière lettre

 

            Vous l'avez compris, le cas de Gabriel Besnier est épineux pour les autorités collaborationnistes. Ce malaise se répercute dans les rangs de la résistance communiste qui s'en saisit par voie de tracts clandestins cinglants, telle cette « LETTRE OUVERTE au Préfet - Fuhrer ASSASSIN - DUPARD

            ... Vous avez sur la conscience un horrible crime : vous avez assassiné un vieux travailleur malade, au camp du Croisic : Gabriel BESNIER ... »  Ce tract est rédigé fin mars 1941 et distribué à Nantes.

 

            Dans un autre tract le nom de G. Besnier sera associé au cheminot Marin Poirier, à Guy Mocquet, Emile David ... entrant ainsi dans cette longue martyrologie mise en évidence par le P. C.F.

 

Plaque Gare de Nantes

 

 



19/06/2009
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 117 autres membres