RAIL et MEMOIRE

RAIL et MEMOIRE

BOUCHARD Léon

 

BOUCHARD Léon

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

Conducteur à Migennes (Yonne)

 

Capitaine F.T.P.

 

 

 

 

 

 

Date de naissance : 09 aout 1913

Lieu de naissance : MASSANGIS (89 Yonne)

Date du décès : 24  avril 1945

Lieu de décès : Bergen-Belsen  Allemagne

Circonstances : Mort en déportation

 

 

 

 Méthode de recherche Rail & Mémoire pour cette notice :

 

Relevé de la Plaque commémorative S.N.C.F. 1939-1945 à Migennes (89)

Revue Notre Métier n°82

Dictionnaire biographique des militants cheminots : Marie-Louise GOERGEN

 

----------------------------

 

 

BOUCHARD Léon.

 

 

Né le 9 août 1913 à Massanges (Yonne), mort le 24 avril 1945 en

déportation à Bergen-Belsen ; cheminot dans l’Yonne ; syndicaliste

militant ; communiste ; résistant ; responsable départemental des FTP de

Saône-et-Loire.

Fils d’un tailleur de pierres, Léon Bouchard était conducteur SNCF et domicilié à

Migennes (Yonne). Militant syndicaliste et responsable communiste local, Léon

Bouchard renoua en 1941 des contacts avec les militants cheminots clandestins de la

gare de Lyon ; par l’intermédiaire de ces derniers, il se mit à recevoir des paquets de

tracts à distribuer. Après les arrestations qui décapitèrent la direction communiste

icaunaise fin 1941 et début 1942, le domicile de Léon et Geneviève Bouchard servit de

point de chute au nouveau responsable départemental, Marcel Mugnier. Lorsque ce

dernier fut muté dans l’Est de la France à la mi-octobre, il proposa tout naturellement

que Léon Bouchard prenne la direction du PCF dans le département de l’Yonne, épaulé

par Georges Chabanna et Henri Surier. Sous les pseudonymes de Allain puis Georges,

il fut responsable départemental des FTP de Saône-et-Loire en 1943 et exerçait

cette fonction simultanément avec celle d’adjoint de l’interrégion. . Il avait donc la

responsabilité d’une partie de l’interrégion, les départements de Saône-et-Loire et de

Côte d’Or.

Cette nouvelle direction fédérale fut rapidement repérée par le commissaire Grégoire,

responsable des RG de l’Yonne, qui décida de la faire arrêter. Le 21 décembre 1942,

prévenu à temps, Bouchard échappa à l’arrestation et put se cacher durant quelque

temps. Il reçut alors de Paris des instructions lui enjoignant de gagner l’Aube. Il fut

arrêté le 25 mars 1944 lors d’un mission à Chalon-sur-Saône et déporté au camp de

Bergen-Belsen, où il fut porté disparu en le 24 avril 1945.

 

Capitaine FTP, il fut homologué lieutenant FFI.

Il s’était marié en décembre 1934 dans sa commune natale avec Geneviève Guénot, le

couple eut trois enfants.

Son épouse Geneviève, elle aussi déportée, se remaria après la Libération avec Paul

Verneiges et exerça d’importantes responsabilités politiques départementales et

nationales au sein du PCF.

SOURCES : Robert Simon, Biographie édifiante de Geneviève Verneiges, brochure

publiée par l’ADIRP de l’Yonne en 1992. — DMPA, BMC, dossier. —

Renseignements fournis par Guy Lavrat.

 

 

Note de Jean-Pierre Besse , Guy Lavrat

 

 

 

---------------------------------------

 

Il fut déporté par le convoi  I.223 (2064 hommes) parti  le 4 juin 1944 de Compiègne et arrivé le 7 juin à Neuengamme. A une date inconnue il est transféré à « Hannover Stocken n° 33.439, Block4 »    puis au  camp de Bergen-Belsen, où il fut porté disparu  le 24 avril 1945.

 

 



26/09/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 112 autres membres