RAIL et MEMOIRE

RAIL et MEMOIRE

BOULANGER Fernand

BOULANGER Fernand Edouard

 

Chauffeur de Manœuvre au dépôt d'AMIENS (80)

 

Date de naissance : 22 FEVRIER 1905

Lieu de naissance : AMIENS (80)

Date de décès : 06 Janvier 1943

Lieu de décès : AUSCHWITZ

Circonstances : Mort en Déportation

Enregistré sous le numéro de matricule 45282 à AUSCHWITZ

 

Méthode de recherches Rail et Mémoire pour cette notice

 

Relevé de la plaque de la gare du Nord d'AMIENS (80)

 

Site Internet : Mémoire Vive  //dev.memoirevive.org/spip.php?article31

Photo : Musée d'État d'Auschwitz-Birkenau, Oswiecim, Pologne. 
Collection Mémoire Vive. Droits réservés.

 

Claudine Cardon-Hamet,  docteur en Histoire, auteur des ouvrages :

 "Triangles rouges à Auschwitz, le convoi du 6 juillet 1942" Editions Autrement, 2005 Paris et de "Mille otages pour Auschwitz, le convoi du 6 juillet 1942 dit des « 45000 »",

 éditions Graphein, Paris 1997 et 2000 et son site :

//politique-auschwitz.blogspot.com/2010/10/liste-des-deportes-du-convoi-du-6.html

 

 

 

Fernand Boulanger né le 22 février 1905 à AMIENS. il résidait à AMIENS

Chauffeur de Manœuvre, militant du PCF clandestin, arrêté le 8 mai 1942 à la suite d'un sabotage au dépôt d'Amiens. Convoi I 42 parti de Compiègne le 6 juillet pour Auschwitz

Décédé le 06 janvier 1943 à AUSCHWITZ

 

 

 

Fernand BOULANGER (Édouard, Théophile)

 

Il naît le 22 février 1905 à Amiens (Territoire de Belfort - 90).
Au moment de son arrestation, il est domicilié à Amiens (Somme - 80) ; son adresse reste à préciser.
Sa profession reste à préciser.
À des dates et pour un motif restant à préciser, il est arrêté puis finalement interné au camp allemand de Royallieu à Compiègne (Oise - 60), administré et gardé par la Wehrmacht (Frontstalag 122 - Polizeihaftlager).
Entre fin avril et fin juin 1942, il est sélectionné avec plus d’un millier d’otages désignés comme communistes et une cinquantaine d’otages désignés comme juifs dont la déportation a été décidée en représailles des actions armées de la résistance communiste contre l’armée allemande (en application d’un ordre de Hitler).
Le 6 juillet 1942 à l’aube, les détenus sont conduits sous escorte allemande à la gare de Compiègne et entassés dans des wagons de marchandises. Le train part une fois les portes verrouillées, à 9 h 30. Le voyage dure deux jours. N’étant pas ravitaillés en eau, les déportés souffrent principalement de la soif.
Le 8 juillet 1942, Fernand Boulanger est enregistré au camp souche d’Auschwitz (Auschwitz-I) ; peut-être sous le numéro 45282 selon les listes reconstituées (la photo du détenu portant ce matricule a été retrouvée, mais n’a pu être identifiée à ce jour).
Il meurt à Auschwitz le 6 janvier 1943, d’après les registres du camp.

 

 

Sources :

- Claudine Cardon-Hamet, Triangles rouges à Auschwitz,

 Le convoi politique du 6 juillet 1942, éditions Autrement,

collection mémoires, Paris 2005, pages 369 et 396.

- Archives départementales de la Somme, Amiens,

 correspondance de la préfecture sous l'occupation, cotes 26w592.

- Death Books from Auschwitz, Remnants, Musée d'État

d'Auschwitz-Birkenau, K.G.Saur, 1995 ; relevé des registres (incomplets)

d'actes de décès du camp d'Auschwitz dans lesquels a été inscrit,

du 27 juillet 1941 au 31 décembre 1943, la mort de 68 864 détenus pour la plupart immatriculés dans le camp (sans indication du numéro attribué),

tome 2, page 123 (625/1943).

 



29/01/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 117 autres membres