RAIL et MEMOIRE

RAIL et MEMOIRE

BOUSCAND Jean

BOUSCAND Jean

Chef de Train à DIJON (21)

 

 

Date de naissance : 17 février 1893

Lieu de naissance : BAGNOT (21)

Date de décès : 10 août 1942

Lieu de décès : AUSCHWITZ  (Pologne)

Circonstances : Mort en déportation

Enregistré à AUSCHWITZ  sous le matricule 45292

Voir convoi des 45000 (lien)

 

 

 

Méthode  de recherche Rail & Mémoire pour cette notice :

 

Relevé de la plaque du MAM* de la gare de DIJON

Site Mémoire Vive

Le Maitron => Cheminots et Militants, un siècle de syndicalisme ferroviaire, sous la direction de Marie-Louise GOERGEN, Collection Jean MAITRON (Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, Les Editions de l'Atelier, 2003

Revue « Notre Métier » n°82 du 29 novembre 1946

 

 

 

Jean BOUSCAND est Chef de Train à DIJON Région Sud est ; il réside à DIJON (21)

Il est arrêté le 21-6-41 transféré à Compiègne, puis déporté le 6 juillet 1942 à Auschwitz par le convoi des 45000 Convoi I 42

 

----------------------------------

 

NOTE COMPLEMENTAIRE

 

BOUSCAND Jean.

Né le 17 février 1893 à Bagnot (Côte-d'Or), mort en déportation le 10 août 1942 à Auschwitz (Pologne) ; chef de train ; militant syndicaliste et communiste ; résistant.

Fils naturel d'une manouvrière qui le reconnut officiellement à l'occasion de son mariage en 1920, Jean Bouscand, chef de train au PLM, était, en 1933, peut-être antérieurement, secrétaire du syndicat CGTU des cheminots de Dijon. Dès 1925, il était membre du Parti communiste, cellule 26 de Dijon, dont Valentin Rabier était secrétaire.

Par la suite, gérant du journal communiste Le Travailleur, secrétaire du comité départemental du PC et du rayon communiste de Dijon, il fut candidat communiste aux élections législatives de mai 1932 (à Châtillon-sur-Seine) et d'avril-mai 1936 (2e circonscription de Dijon), aux élections cantonales d'octobre 1934 (Dijon-Sud), enfin tête de liste aux élections municipales en 1934 et 1935. Très actif pendant la période du Front populaire comme secrétaire régional du PC (Côte-d'Or et Yonne), Jean Bouscand prit la parole dans de très nombreux meetings et écrivit les éditoriaux du Travailleur de Bourgogne dont il était administrateur.

Résistant pendant la Seconde Guerre mondiale, Jean Bouscand fut arrêté, déporté et mourut au camp d'Auschwitz (Pologne). Marié une première fois en 1920 à Dijon avec Suzanne Simonet, il était veuf de Jeanne Colin, qu'il avait épousée en 1922 à Dijon.

 

SOURCES : Arch. Nat. F7/13686. — Le Travailleur de Bourgogne, 1933-1939. — L'Avenir de la Côte-d'Or, 2 juin 1945. — Claudine Cardon-Hamet, Les 45 000, Mille otages pour Auschwitz du 6 juillet 1942, Éditions Graphein et Fondation pour la mémoire de la déportation, 1997. — Note de Jean-Pierre Besse. — État civil.

Pierre Lévêque

Le MAITRON



01/06/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 118 autres membres