RAIL et MEMOIRE

RAIL et MEMOIRE

BRAS Jean

BRAS Jean

 

 

Chauffeur à RENNES (35)

 

Date de naissance : 30 août 1899

Lieu de naissance : ETRELLES (35)

Date de décès : 30 décembre 1942

Lieu de décès : LA MALTIERE

Circonstances : Fusillé

 

 

Méthode de recherche Rail et Mémoire pour cette notice :

 

Revue « Notre métier » n° 82 de novembre 1946

Site http://assoc.orange.fr/memoiredeguerre/biogr/bras.htm

 

 

Né à Étrelles, près de Vitré, le 30 août 1899, Jean Bras fit son service miliaire dans l'infanterie et servit dans les zouaves au Maroc de 1920 à 1922. Il fut chauffeur aux Chemins de fer de l'Ouest, puis travailla à l'Arsenal de Rennes de septembre 1939 à août 1940, avant de retourner aux chemins de fer.

Dès septembre 1940, il participe activement aux activités de résistance du Parti Communiste de la SNCF. Il réalise des sabotages de matériel de transport allemand, fait de la propagande antiallemande et distribue tracts et journaux clandestins. Arrêté le 13 juillet 1942 par les Allemands, il est condamné à mort   par le Tribunal militaire et fusillé le 30 décembre 1942 à la Maltière  en Saint-Jacques-de-la-Lande, avec 24 autres résistants.

A titre posthume, jean Bras est titulaire d'une citation à l'Ordre du Régiment comportant attribution de la Croix de Guerre et de la médaille Militaire.

 

La Maltière , nous vous invitons à visiter le site

http://assoc.pagespro-orange.fr/memoiredeguerre/malti/maltiere.htm

 

Avant la deuxième Guerre Mondiale, le lieu-dit La Maltière " était un terrain militaire qui servait à entreposer des munitions. Dans ce terrain, un stand de tir (Le Polygone) avait été aménagé, où les recrues cantonnées à la Caserne Foch à Rennes allaient s'entraîner.

En 1940, après l'arrivée des Allemands, tous les bâtiments et casernes militaires turent occupés et utilisés c'est ainsi que le stand de tir situé à la Maltière fut le lieu d'exécution de patriotes.

Au cours du mois de septembre 1942, 25 membres du parti communiste, pour la plupart des cheminots, ont été arrêtés par la SPAC (Police anti-communiste), traduits devant un tribunal de guerre allemand le 22 décembre 1942 et fusillés le 30 décembre 1942, à la Maltière.



30/01/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 112 autres membres