RAIL et MEMOIRE

RAIL et MEMOIRE

BREAN Fernand

BRÉAN Fernand, Marcel




 © Photo Propriété famille BRÉAN pour R&M

    


Ajusteur à TRAPPES (78)

 

Date de naissance : 11 juin 1915

Lieu de naissance : SEPTEUIL (78)

Date de décès : 28 juillet 1944

Lieu de décès : SACHSENHAUSEN

Circonstances : Mort en déportation

 

 

 éthode de recherche Rail & Mémoire pour cette notice :

Relevé du monument aux morts SNCF de TRAPPES (78)

Notre métier n°82 de novembre 1946.

« SACHSO » page 450 et 451 collection terre humaine / Ed Minuit PLON

Contact famille : Mr Bernard Bréan, son neveu, avec tous nos remerciements pour les informations et la photo fournies.

 -----------------------

 

 

Fernand BRÉAN, était cheminot à Trappes (78), il est ajusteur.

 Il est né et a grandi à Septeuil (78), son père était maçon et sa mère, lavandière matelassière.

 Il est le second d’une famille de 4 enfants, Léon,  Fernand est le deuxième, puis suivent Eugène et Denise.

 Très sportif c’est un excellent nageur.

Il s’embauche à la SNCF en février 1937 et devient rapidement ajusteur,

Engagé politiquement à gauche et proche du parti socialiste, il s’engage rapidement dans la Résistance, suivant ainsi l’exemple de son frère ainé,  Léon qui est réfractaire/ résistant en Normandie.

 « Avec son groupe FTP il détruisit plusieurs locomotives, sabote des rails et fait sauter le transformateur des « quatre pavés du roi ». Le 26 Novembre 1942, il est  arrêté à son domicile, incarcéré à Fresnes, puis transféré debut janvier 1943 au Fronstalag 122 à Compiègne. Il est déporté  par le convoi I 74 parti le 24 janvier 1943 pour le camp de concentration de SACHSENHAUSEN où il est enregistré sous le numéro de matricule 59048. Il passe par les Blocks 58 et successivement les 4 , 18, 16, 34, 37, 38…      « Au camp il continue la lutte sous une forme moins spectaculaire mais aussi efficace…    … Il est dénoncé par un Français,  LIEBESKIND, et   affecté  au bâtiment cellulaire où il est supplicié et ne parle pas », il décède le 28 Juillet 1944.

Au retour des camps,  son épouse, Raymonde interroge les survivants, apprenant sa fin tragique, elle se jettera dans les étangs de Sainte Apolline près de TRAPPES, laissant un fils âgé de neuf ans.  Leur fils, Jean Claude sera élevé par Denise la sœur de Fernand, il est aujourd’hui décédé.

A Trappes et à Septeuil, une rue Fernand Bréan honore sa mémoire.

 

 


Fernand et Raymonde , une victime indirecte de cette tragédie 



30/01/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 112 autres membres