RAIL et MEMOIRE

RAIL et MEMOIRE

CADEAU Robert Jules

CADEAU Robert




Cheminot :

Ouvrier à l'atelier des voitures et des wagons de Tergnier,

Secrétaire et trésorier du syndicat de Tergnier pendant l'occupation

Date de naissance : 04 Mai 1913                                                                          

Lieu de naissance : Paris

Date de décès : 30AOUT 1944

Lieu de décès : LAON

Circonstances : Fusillé 

                                                                                                    

Méthode de recherche Rail & Mémoire pour cette fiche

relevé de la plaque de (cliquez pour voir cette plaque ) >  TERGNIER (02) Technicentre Plaque 2 

Sources courrier Picard 06 août 1974.

Site Internet : http://ville-tergnier.fr/service/histoireville2.html

Dictionnaire biographique des militants cheminots.

Photo :  site internet Mémorial GENWEB 

Les villes de  Molinchart ,  Tergnier et  Laon ont honoré Robert Cadeau en donnant son nom à une de leur rue. 

 --------------------------

 CADEAU Robert Jules 


Robert CADEAU est né le 4 mai 1913 à Paris (XVIIIe arr.), fusillé le 30 août 1944 à Molinchart (Aisne) ; cheminot ; socialiste et résistant ; responsable départemental de Libé-Nord dans l'Aisne.

Robert Cadeau adhéra à dix-sept ans aux Jeunesses socialistes et devint très rapidement secrétaire fédéral de cette organisation. Les sources divergent sur sa commune de domicile : Tergnier, Quessy-cité ou Beaumont-en-Beine (Aisne).

Prisonnier en 1940, il fut libéré dès septembre 1940 en raison de sa profession. Il entra très rapidement dans la Résistance ayant des contacts avec l'Intelligence service et les premiers groupes de Libération-Nord dont il devint le chef départemental en 1941.

Après l'arrestation de Lionel Lefèvre, le 26 novembre 1943, il devint secrétaire fédéral de la SFIO. Alya Aglan le dit pour Libé-Nord mais, selon Paul Lambin, Lionel Lefèvre était délégué de Libé-Nord pour le département de l'Aisne et fut remplacé après son arrestation par Rault, alias Grison.

Son dossier à la DMPA dit qu'il remplaça en novembre 1943, Lionel Lefèvre comme responsable départemental (chef civil) de Libé-Nord. On est à nouveau confronté à l'éternelle difficulté de séparer les directions départementales de Libé-Nord et de la SFIO.

Robert Cadeau fut tué par les Allemands en déroute à Molinchart (Aisne) le 30 août 1944. Il fut inhumé en 1946 à Tergnier.

SOURCES : DMPA, BMC, dossier. — Alya Aglan, La résistance sacrifiée, le mouvement Libé-Nord, Flammarion, 1999. — Paul Lambin, La résistance dans l'arrondissement de Château-Thierry, Reims, 1971. — L'Aisne libre, 1945-1946.

Jean-Pierre Besse  in  Dictionnaire biographique des militants cheminots.

---------------------------------------

« A Tergnier, il s'agit de : Libération-Nord, F.T.P. (Francs Tireurs et Partisans), O.C.M. (Organisation Civile et Militaire), Défense de la France, Réseaux de renseignements Libération Nord, plus communément appelée Libé-Nord, prend naissance à Tergnier en février 1941 ; le fondateur et chef suprême en est Henri Ribière, Délégué National de la Résistance en France, et « Patron » du Mouvement Libération-Nord.

A cette date, et par un souci de prudence parfaitement compréhensible, les efforts de recrutement restent limités. Le noyau de la région ternoise constitué, c'est à partir de lui que se réalise et s'accroît Libération-Nord Aisne.                                                                                                                           De février 1941 à décembre 1942, Libé-Nord Tergnier oriente son action dans une triple direction : constitution de groupe francs (commandos), organisation d'un réseau de renseignements, distribution du journal « Libération ».                                                                                                               A partir de décembre 1942, les 1er et 2ème groupes de sabotage sont prêts, munis de tout le matériel nécessaire et d'un assez bon armement destiné à protéger leur action.                                                                                                         Le 1er groupe est chargé du sabotage ou de la destruction du matériel passant par les ateliers SNCF ; le 2ème groupe, du sabotage du matériel transporté par voie de chemin de fer dans le triage….                                           …A partir de janvier 1943, les actions de sabotage sont poussées activement dans tous les domaines et particulièrement les transports de matériel de guerre ennemis pour lesquels la mission est de saboter à tout prix.

Les actions de Libé-Nord :

Janvier 1943 : sabotage de la sous-station du matériel roulant.

1943 : Nombreux sabotages sur les rames 850 et les boîtes de graissage, nombreux sabotage de camions, avions, moteurs… transportés par wagons.

Octobre 1943 : sabotage d'une aiguille, déraillement d'un train d'avions, déraillement de 5 machines…

Novembre 1943 : sabotage de la grue de 32 tonnes entre Tergnier et Chauny ; effectif engagé : 13 hommes.

Sabotage de la voie ferrée au kilomètre 127, 780, entre Tergnier et Chauny ; effectif engagé : 12 hommes.

En mars 1944 : sabotage de la ligne de chemin de fer entre Tergnier et Chauny avec 16 hommes engagés.

« Bouclage » de la ligne Paris-Bruxelles.

14 juillet : sabotage de la voie ferrée entre Tergnier et Chauny ; 8 hommes engagés. » 

Source :Site de la ville de Tergnier  http://ville-tergnier.fr/service/histoireville2.html

 ------------------------------



14/05/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 118 autres membres