RAIL et MEMOIRE

RAIL et MEMOIRE

CAMPION Camille

CAMPION Camille

 

 

 

 

Cheminot, homme d 'équipe à Arras (62)

 

Date de naissance : 19 janvier 1913

Lieu de naissance : Mont st Eloi (62)

Date de décès : ??/ 01/1945  

Lieu de décès : environs de Teplitz.

Circonstances : Mort en Déportation

 Abattu par un S.S au cours de la marche d’évacuation vers Flossenbürg qui débute le 21 janvier 1945

Classé N&N

 

Méthode de recherche Rail & Mémoire pour cette notice :

 

Relevé du Monument aux Morts de la gare d'ARRAS (62)

Recoupement avec le Monument aux Morts «Réseau Sylvestre Farmer Buckmaster » à Lille (59)

Livre mémorial de la FMD Page 764 livre mémorial tome II. Article de présentation de Laurent Thiery

Centre Archives Historiques de la SNCF au Mans : CAHLM  en ligne Cote 118LM110/2

Recherche de Cécile Bara, Correspondante R&M, Nord Pas de Calais et Aisne.

La Coupole, Centre d'Histoire et de Mémoire du Nord-Pas-de-Calais –

Livre « La Resistance, Action Buckmaster , Sylvestre Farmer avec le capitaine Michel » tome  1 / Danielle Lheureux aux Editions le geai bleu /  01 11 2001

 

 -------------------------------------------- 

CAMPION Camille

résumé du livre de Danièle LHEUREUX :

 

SYLVESTRE-FARMER Résistants W.O. De l'ombre à la lumière ; les éditions Nord Avril

 

né le 19 janvier 1913 de Léopold et Célinie CAMPION .

Le fils reçoit les prénoms de Gervais, Camille, Alphonse.

Appelé couramment Camille, le jeune garçon passe son enfance et suit sa scolarité dans le village de Mont Saint-Eloi (Pas-de-Calais).

Il n’a que 10 ans lorsque sa mère décède.

Le père et le fils ne s'accordant pas, Camille est élevé par une tante Jeanne Valet.

Camille a fait la connaissance d'Elise THILGEN, une jeune fille de Maroeuil, village

voisin de Mont Saint-Eloi. Mais les jeunes gens rencontrent des oppositions à leur

relation. De plus, les rapports entre le père et le fils ne s'améliorent pas avec le temps.

 

Alors, dès ses 18 ans, pour fuir ce climat conflictuel, Camille s'engage dans l'armée.

A l'issue de sa formation militaire, Camille CAMPION est nommé sergent et affecté

au 2ème Régiment des Tirailleurs Marocains et envoyé au Maroc (1931).

Pendant ce temps en France, Elise donne naissance à une fille qu'elle prénomme

Gabrielle le 6 mars 1932 à Maroeuil.

 A son retour définitif en France, Camille épouse Elise le 10 décembre 1934.

En 1935 naît un fils René mais il décède à l'âge de 8 mois.

La venue de Marie-Louise le 13 août 1938 vient compléter la famille qui habite alors

Impasse des Dominicains à Arras.

 

Depuis octobre 1936 , Camille CAMPION est homme d'équipe à la SNCF.

Le 6 décembre 1938, après passage au Centre Militaire de Cambrai, il est déclaré apte

au service. Militaire dans l'âme, il souhaite être incorporé dans l'armée mais le 27

novembre 1938, reçoit sa réquisition à son poste en gare d'Arras.

Début 1943, Camille s'installe 12 rue Stephenson, à quelques pas de la gare d'Arras,

dans une maison de cheminots de la « Cité de Bucquoy ».

Fin juillet 1943, après un entretien avec le fils du boulanger Henri DEWISPELAERE, Camille rejoint le réseau résistant du Capitaine Michel. (les livraisons de matériel s'enchaînent, les hommes du réseau font du renseignements et des actions en fonction de leurs possibilités en attendant la décision de Londres concernant les terrains pour les « livraisons »).

Vu son poste, Camille CAMPION a reçu la mission de surveiller et de relever les

mouvements des trains ennemis. A chaque occasion, il déclenche aussi des incendies

dans les wagons allemands remplis de fourrage, de paille, de lin etc. Ces sabotages à

répétition agacent l'occupant.

 Avec l'arrivée du matériel, l'activité des hommes changent. Avec son expérience militaire, Camille est désigné pour l'instruction aux recrues inexpérimentées.

 

Camille organise les séances en dehors de la Cité des cheminots, le lieu n'étant pas assez discret. Il effectue des démonstrations de montage et de démontage des armes devant deux ou trois apprentis à la fois et leur apprend leur maniement.

(le plan du Capitaine Michel se déroule comme prévu quand survient une succession d'événements malheureux -trahison qui entraîne l'arrestation d'une cinquantaine des premiers membres des groupes de Lille, du Valenciennois, d'Abbeville et de l'Aisne sont arrêtés entre le 20 et 27 août 1943.

 Le 26 novembre 1943, le Capitaine Michel apprend que les Allemands prévoient des arrestations le soir même. Il se fait malheureusement toucher par balles au ventre et à la poitrine et meurt à 9h le matin du 27 novembre.)

Les hommes arrêtés le 27 novembre résistent aux interrogatoires brutaux une quinzaine de jours, délai de silence conseillé pour permettre la fuite aux rescapés de la rafle. Sous la torture,  épuisés, ils lâchent quelques informations.  Alors, dans la nuit du 13 au 14 décembre 1943, des Feldgendarmes surgissent dans la Cité des cheminots à Arras. Vers 1 h 15, ils sont devant le domicile des CAMPION.

Des coups violents donnés dans la porte réveillent la famille. Camille ouvre et se trouve face à quatre hommes. A la question de l'un d'eux « vous êtes Camille Campion », il répond par la négative mais, s'exprimant sans accent (donc un français), un feldgendarme affirme « Si, vous êtes Camille Campion ». Bousculant rudement le Français, le groupe pénètre dans la maison. L'épouse effrayée assiste à côté de son mari à la fouille minutieuse de la pièce d'habitation. Leur « travail » terminé, les Allemands partent avec Camille Campion.

Les arrestations menées cette nuit là anéantissent le réseau dans le secteur d'Arras. 4

cheminots sont arrêtés :

Camille CAMPION,

Edmond DELCOURT commis 2e classe,

Georges FOURNIER facteur enregistrant,

Florimont ROGER commis 2e classe, tous les quatre décédés en déportation.

 

Camille CAMPION est conduit à la prison de Cuincy et subit ses premiers interrogatoires. Il avise son épouse de son lieu d'emprisonnement et le couple va s'écrire régulièrement, l'épouse rendra visite à Camille aussi souvent que possible.

Le 1er mars 1944, Camille CAMPION est transféré à la prison Saint Nicaise d'Arras où il occupe la cellule 53. (3 lettres sont retranscrites dans le livre)

Le 1er mai, des détenus, dont Camille et des membres de Sylvestre-Farmer, quittent la prison d'Arras à destination de celle de Loos. Il s'agit d'une opération de regroupement de prisonniers soumis à la procédure N.N. En vue de leur départ. Dès que le convoi est complété, il prend la route de l'Allemagne. Après un bref arrêt à la prison de St Gilles de Bruxelles, il poursuit son terrible voyage et passe par Köln.

Le 19 mai, le train s'arrête à la Forteresse de Gross Strehlitz, en Haute Silésie. Camille reçoit le matricule 48269.

Après l'abrogation de la procédure NN en septembre 1944, la totalité des détenus NN, jugés ou non, est dirigé sur Gross Rosen.

Des Français, parmi eux Camille CAMPION, et des Belges composent en majorité le convoi qui est formé le 30 octobre 1944.

Par la suite, le kommando part pour le camp de Blechammer.

Devant l'avance des troupes russes, les Allemands décident l'évacuation du camp.

Le 21 janvier 1945, le convoi se lance sur la route pour Flossenbürg mais Camille

CAMPION n'y arrivera jamais. D'après le courrier de son compagnon d'infortune Léon Simons, Camille Campion était encore en marche le 29 janvier.

Mais, à bout de force, il sera abattu par un soldat S.S. dans les environs de Teplitz.

 

-------------------------------------

 

 

 

 

Livre La Resistance Action Buckmaster Sylvestre Farmer avec le capitaine Michel tome  1

Edition le geai bleu /  1 11 2001 Danielle Lheureux

 

----------------------------------------

 

 

 

 

 

Une rue Camille Campion l'honore à  ACHICOURT 62 217



20/05/2008
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 118 autres membres