RAIL et MEMOIRE

RAIL et MEMOIRE

CARON André

CARON André

Conducteur de Machines-outils

aux Ateliers de Moulin Neuf à Chambly (60)

Date de naissance : 31 août 1893

Lieu de naissance : BEAUVAIS (60)

Date de décès : 16 Juin 1945

Lieu de décès : LUBTHENN (Mecklembourg, Allemagne)

Circonstances : Mort en déportation

Enregistré sous le numéro de Matricule 30892 à Neuengamme

 

 

Méthode de recherche Rail & Mémoire pour cette fiche

 

Relevé de la plaque du MAM de Chambly.

Livre mémorial de la FMD

Site Internet :

http://www.ville-chambly.fr/article/fichedescview/308/1/47/

Dictionnaire biographique / CD cheminots engagés

http://railetmemoire.blog4ever.com/blog/lirarticle-203016-771697.html


André CARON est Déporté par le  convoi I 214 ; 2004 hommes, parti le Dimanche  21 Mai 1944 de Compiègne arrivé à Neuengamme le 24 mai 1944

Enregistré sous le numéro de Matricule 30892 à Neuengamme.

Transfert pour le kommando de Fallersleben-Laagberg à 27 Kilomètres au Nord – Est de Brunswick, Le siège de Wolfsburg des usines Volkswagen, 600 hommes y travaillent et sont également employés à des travaux de construction.

Transfert en Avril 1945 pour le Kommando de Wobelin,  jusqu'à la libération de ce camp par les américains, le 02 mai.

 Il est admis à l'hôpital Américain de Ludwigslust, mais y décède d'épuisement le 16 Juin 1945.

 

D'après l'article de Thomas Fontaine, Gérard Fournier, et Guillaume Quesnée.

Page 659 , tome 2 du livre Mémorial de la FMD

« Lors de l'invasion de la France en 1940, le site de moulin-neuf est épargné par les bombardements ennemis. Mais, dès les premiers jours de l'occupation, le chantier est administré par les Allemands, à cause de son importance stratégique. A partir de 1941, la résistance s'organise sur le chantier. De nombreux cheminots prennent part à des sabotages et diffusent des tracts, certains au péril de leur vie. D'autres sont envoyés dans des camps de concentration, comme André Caron qui a laissé son nom à de nombreux endroits de la ville.
Le site est bombardé à plusieurs reprises, et particulièrement en 1944. Le 2 mai, plus de 1200 bombes explosives et incendiaires furent larguées par la Royale Air Force, occasionnant d'importantes destructions aux ateliers en épargnant la cité. Le 31 août 1944, Chambly est libéré, les allemands quittent le chantier. »

 

http://www.ville-chambly.fr/article/fichedescview/308/1/47/

 

 

CARON André, Aristide.

Né à le 31 août 1893 à Beauvais (Oise), mort en déportation le 16 juin 1945 à Lübthenn (Mecklenbourg, Allemagne) ; cheminot ; militant socialiste et syndicaliste dans l'Oise résistant ; déporté.

André Caron était domicilié à Chambly (Oise) où il exerça successivement la profession de brossier puis d'employé des chemins de fer.

Secrétaire de la section socialiste SFIO locale, la plus à gauche du département, de 1933 à la guerre, il devint en 1939 membre de la commission fédérale de propagande. Élu conseiller municipal lors de partielles en 1932, il fut réélu au premier tour en 1935 avec 581 voix sur 888 suffrages exprimés et 1 014 inscrits. Le conseil municipal fut

dissout par Vichy en décembre 1940. Nommé conseiller municipal en février 1941, il démissionna dès le mois de septembre.

André Caron participa avec Jean Biondi et Marcel Mérigonde à la reconstitution du parti clandestin. Il appartenait en outre au réseau Brutus. Arrêté en avril 1944, il fut déporté le 21 mai 1944 vers Neuengamme et mourut après la libération des camps avant son rapatriement.

SOURCES : Arch. Dép. Oise, séries M et W. — Le Cri populaire de l'Oise, 1924-

1939.

Jean-Pierre Besse

Cd cheminots militants



13/05/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 114 autres membres