RAIL et MEMOIRE

RAIL et MEMOIRE

CESSOU Jean Marie

CESSOU Jean Marie

Pseudo POULAIN Marcel  

  

Coll  Famille Cessou pour R&M    

OUVRIER AJUSTEUR à ACHERES (78)

 

Date de naissance : xx xx  1925

Lieu de naissance : FINISTERE

Date de décès : 29 juin 1944

Lieu de décès : LA ROCHELLE NORMANDE (50)

Circonstances : Fusillé

 

 

 

 

Méthode de recherche Rail & Mémoire pour cette notice :

 

Relevé  MONUMENT AUX MORTS  Ateliers SNCF - EMT - route forestière à Achères

Relevé  MONUMENT AUX MORTS  en  gare d'Achères

Contact famille : Marie Thérèse , sa soeur , avec tous nos remerciements

Revue « Notre Métier » de novembre 1946

Site Internet : http://beaucoudray.free.fr/1940.htm

Magazine municipal Les MUREAUX juillet aout 2009 page 13

Site Internet  http://lesmureaux.fr/UserFiles/File/journaux%20ville/2009/vivacite_2_juill.pdf

 

 

Texte paru dans la revue Notre Métier 

« CESSOU Jean, Marie

 Pseudo POULAIN Marcel

Ouvrier ajusteur à ACHERES (78)

Arrêté 29 juin 1944 à Avranches

Emmené à la kommandantur , conduit au café Robidout à Pont sous Avranches ligoté (avec un autre camarade ensemble)  embarqué dans un camion pour une destination inconnue ; aurait été envoyé au château le La Rochelle-Normande où se trouvait la Gestapo » 

 

« ….En automne, Jean VAUZELLE (Jean II) dirige vers le " maquis " de Ste-Pience deux jeunes réfractaires au S.T.O.: André LEGALI, ouvrier au château, et Jean CESSOU, placé dans une ferme à La Rochelle Normande….                                                                                                                                        … Le lendemain 6 avril, vers 5 heures. à la suite de la découverte par la police allemande, dans le portefeuille de Raymond MANCEL, de l'adresse à laquelle on pouvait écrire à Jean VAUZELLE, la Gestapo arrête Émile CUNY et sa femme, le propriétaire du château de Ste-Pience, Henri PLAUT et sa fille Isabelle, Madame CHENU, restauratrice, boîte aux lettres du mouvement, ayant hébergé des membres de la Résistance. Cependant, deux membres du groupe, André LE GALL (Albert) et Jean CESSOU (Alfred), installés dans les communs, réussissent à s'enfuir par une lucarne, bien que le premier ait été atteint d'une balle au cours de la poursuite. Une perquisition chez Émile CUNY fait découvrir deux postes de radio dissimulés depuis peu dans le potager du château. Roué de coups, Émile CUNY ne livre, ni la résidence de Jean VAUZELLE, ni celle de son fils Jacques employé depuis la veille à la teinturerie GEORGEL à Avranches. »

http://beaucoudray.free.fr/1940.htm

 

 

Jean-Marie Cessou, le jeune résistant muriautin a été fusillé le 29 juin 1944 à l'âge de 19 ans par les nazis; une rue des Mureaux honore sa mémoire. Le lieu et les circonstances de sa disparition viennent d'être connus et un hommage lui a été rendu le 8 février dernier sur le lieu même de sa mort, le village de La Rochelle Normande et une plaque commémorative a été inaugurée. Né en 1925 dans le Finistère, c'est aux Mureaux, où son père employé des Chemins de fer est nommé, qu'il passera sa jeunesse. À partir de1943, il fait partie du réseau « résistance-fer ». En mars 44, à sa demande, il rejoint Jean Vauzelle autre résistant, pour une mission dans le Sud-Manche au château de Saint-Pience. Le 6 avril, le château étant cerné par les Allemands, il arrive à s'enfuir et il est recueilli par les époux Marcel et Emilienne Mabille à la ferme de la Lande d'Airou. Jean Vauzelle, lui, est arrêté par la Gestapo, interné à la prison de Saint-Lô et condamné à mort. Il arrive à s'échapper et rejoint Jean-Marie Cessou (connu sous le nom de Marcel Poulain) chez les Mabille. Ils se rendront à Avranches avec pour mission de rejoindre les alliés pour leur transmettre les positions allemandes. Le 29 juin, Jean-Marie Cessou est arrêté par une patrouille allemande (Jean Vauzelle réussit à s'échapper) puis est fusillé. À sa mort, le maire de l'époque, Monsieur Mancel, a demandé vainement aux Allemands d'enregistrer le décès. Des années plus tard, Thérèse Mancel, habitante de la Rochelle normande, en voyant une photo, a reconnu le jeune homme souriant dont elle avait gardé intact le souvenir.

In Magazine municipal Les MUREAUX juillet aout 2009 page 13

 Devoir de mémoire Par l'Union Nationale des Combattants



11/12/2009
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 112 autres membres