RAIL et MEMOIRE

RAIL et MEMOIRE

COIGNAUD François

COIGNAUD François  Auguste

 

Facteur aux Ecritures en gare de LENS (62)

 

 

Date de naissance : 11 février 1900

Lieu de naissance : SAINT HILAIRE DE CHALEONS (44)

Date de décès : 05 janvier 1943

Lieu de décès : MAUTHAUSEN

Circonstances : Mort en Déportation 

 

 

Méthode de recherches Rail &mémoire pour cette notice :

 

Relevé de la plaque de LENS (62)

Notre Métier   N° 82 de novembre 1946

Photo: Des cheminots de Lens Avion Méricourt Dans la Résistance, de Robert VANSTEENKISTE.  Brochure éditée en aout 1994.

Le Maitron => Cheminots et Militants, un siècle de syndicalisme ferroviaire, sous la direction de Marie-Louise GOERGEN, Collection Jean MAITRON (Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, Les Editions de l’Atelier, 2003

Livre Mémorial de la FMD page 526 Tome 1

 

 

François COIGNAUD était cheminot en gare de LENS,  militant syndical à la CGT et au parti communiste, il est  trésorier de la fédération du Pas De calais jusqu'à sa dissolution à l’automne 1939.

Syndicaliste fidele à ses idéaux,  il rejoint la CGT clandestine et il est chargé de la collecte des fonds de solidarité pour les familles des résistants FTPF passés dans la clandestinité.

Arrêté  en février 1942 boulevard DEMAILLY à AVION (62) par la police de Vichy suite à une dénonciation, il est remis à la Gestapo et incarcéré à la prison de CUINCY près de DOUAI (59),

 

 Déporté par le convoi I 59 parti de Douai le 23 octobre 1942 pour le camp de Breendonk en Belgique

Il est transféré pour le camp de concentration de MAUTHAUSEN où il est enregistré sous le numéro de matricule 14500, il est affecté au kommando de GUZEN puis rapatrié épuisé au camp de Mauthausen où il décède le 05 janvier 1943

 

 

COIGNAUD Auguste [COIGNAUD François, Xavier, Auguste].  Né le 11 février 1900 à Saint-Hilaire-de-Chaléons (Loire-Inférieure,  Loire- Atlantique), mort en déportation à Mauthausen (Autriche) le 5 janvier 1943 ;  cheminot ; militant communiste du Pas-de-Calais.  Coigneau était facteur du matériel à la Compagnie des Chemins de fer du Nord au  dépôt de Lens (Pas-de-Calais). Militant du Parti communiste, il occupait, au début des  années trente, le poste de secrétaire de la cellule de la fosse n° 4 des mines de Lens  (voir Léon Cheneau*). Très actif, Coignaud devint, en 1939, trésorier de la Région  communiste du Pas-de-Calais dont le siège était à Lens (voir Auguste Lecoeur*). Il était  chargé en particulier de la gestion de  l’organe de presse de cette Région, L’Enchaîné  du Pas-de-Calais, imprimé à Vendin-le-Vieil, qui tirait alors à 17 500 exemplaires.

Arrêté pendant l’Occupation, Auguste Coignaud mourut en déportation.

SOURCES : Arch. Dép. Pas-de-Calais, M  5221 et M 5142. — État civil de Saint- Hilaire-de-Chaléons.

Yves Le Maner



23/03/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 118 autres membres