RAIL et MEMOIRE

RAIL et MEMOIRE

CONAN Henri

CONAN Henri (Armand Marie)




 

AJUSTEUR à Auray (56)

 

Date de naissance : 1er janvier 1912

Lieu de naissance : SAINT NAZAIRE   (44)

Date de décès : 30 avril 1942

Lieu de décès : VANNES (56)

Circonstances : Fusillé

 

 

 

Méthode  de recherche Rail & Mémoire pour cette notice :

 

Relevé de la plaque de la gare de AURAY

Source : http://perso.orange.fr/marius.autran/fiches_mouvement_ouvrier/C/conan_henri.html

Le Maitron => Cheminots et Militants, un siècle de syndicalisme ferroviaire, sous la direction de Marie-Louise GOERGEN, Collection Jean MAITRON (Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, Les Editions de l'Atelier, 2003

Photo > " Les FTP de Bretagne : Maquisards, terroristes, patriotes ou bandits ? "de Roger Le HyaricISBN-10: 2950705006 / ISBN-13: 978-2950705006

Henri CONAN   (Armand, Marie) est né le 1er janvier 1912 à Saint-Nazaire (Loire-Inférieure), fusillé le 30 avril 1942 à Vannes ; cheminot ; syndicaliste et communiste d'Auray (Morbihan).Fils de Armand Conan, cheminot mécanicien, et Maggiorina Masotti, d'origine italienne qui fut buraliste à Lorient de 1930 à 1942, époux de Anne-Marie Morlaix, Henri Conan fut élève de l'école d'ajustage d'Auray, il obtint son diplôme de mécanicien mais au retour du service militaire il ne fut pas repris, sans doute en raison des ses opinions communistes. Il travailla alors au chantier de la Seyne (Var) avant d'être repris comme " aide ouvrier " aux chemins de fer, à Auray, à l'époque du Front populaire. Il était un militant syndicaliste de la CGTU puis de la CGT dans les années trente. Il aurait participé à des réunions du comité régional communiste Finistère-Morbihan.

Il fut arrêté par la police française, sur dénonciation, le 28 janvier 1942, transféré à Vannes. Condamné par un tribunal français à quatre ans et demi de prison, avec Jean Marca, pour distribution des tracts de la CGT, il fut livré aux Allemands et fusillé le 30 avril 1942 à Vannes avec celui-ci,. Il fut enterré au cimetière d'Auray en présence de mille à deux mille personnes.Son acte de décès porte la mention additive " Mort pour la France " : " Le dénommé Conan était soldat des Forces françaises de l'Intérieur. Avis du ministère des Anciens combattants, à Paris le 3 juin 1947. ". Son épouse, " veuve de Fusillé, Auray-Gare ", fut candidate sur la liste d'Union républicaine, résistante et antifasciste d'Auray, aux élections municipales de mai 1945.

SOURCES : Arch. Nat. F60/1525 (communiqué par M. Moreau). - Article de Roger Le Hyaric dans les Cahiers de l'Institut CGT d'histoire social de Bretagne, numéro spécial 1895-1995, le centenaire de la CGT. - L'Espoir du Morbihan, 1945. - Etat civil de Vannes et d'Auray. - Renseignements communiqués par Armand Conan, Eugène Kerbaul et l'Institut CGT d'histoire sociale de Bretagne.Claude Pennetier

Notice rédigée par jacques Girault

crédit photo => LE SOUVENIR FRANCAIS à AURAY

 http://sfauray.site.voila.fr/



05/05/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 118 autres membres