RAIL et MEMOIRE

RAIL et MEMOIRE

DELRIEU Louis

 DELRIEU  Louis

 

Ouvrier à MONTAUBAN (82)

 

 

 

 

Date de naissance : 20 juillet 1925

Lieu de naissance : MONTAUBAN (82)  

Date de décès : 25 juillet 1944

Lieu de décès : CAYLUS (82)

Circonstances : Tué aux Combats de la libération

 

 

 

Méthode  de recherche Rail & Mémoire pour cette notice :

 

Relevé de la plaque de MONTAUBAN (82)

Journal Notre Métier de Décembre 1946

Site Internet Mémorial GENWEB //www.memorial-genweb.org/~memorial2/

Site Internet  //www.cheminsdememoire.gouv.fr

 

 

NB : sur Notre Métier il figure bien à Montauban,  mais sous l’orthographe erronée de                   « L DEBRIEN, Ex apprenti tué dans le maquis le 25 juillet 1944 »

 

Résistant, Mort pour la France - Tué au combat de Caylus (82) - Repose dans le caveau familial du cimetière de Montauban (82)

 

 

« A partir de mars 1944, la 2e SS Panzer Grenadier Division "Das Reich", composée de Waffen SS volontaires et de Wolksdeutshe, investit le sud de la France.  Ses éléments, commandés par général Lammerning, sont répartis dans une vingtaine de commune tarn-et-garonnaises, dont le camp de Caylus. Dès le mois de mai des éléments de la "Das Reich", cantonnés à Valence d'Agen et à Moissac, commandés par Dickmann, et d'autres bataillons (de Montauban, Nègrepelisse, Caylus) dirigés par le Werner sillonnent le département et commentent des exactions sur les civils. Les unités de la "Das Reich" se lancent dans une campagne d'éradication de la Résistance.  Le 1er juin, les troupes allemandes stationnées au camp de Caylus lancent des représailles en réponse à l'attaque du dépôt de munitions de Capdenac (Lot). Elles tuent des civils (neufs morts au total, assassinés ou fusillés) dans les communes du Lot de Limogne-en-Quercy, Cadrieu et Frontenac

 

Après guerre le camp est utilisé pour l'internement des prisonniers de guerre allemands. Par la suite, le camp de Caylus reprend ses fonctions au sein de la défnese nationale : il accueille l'infanterie, la cavalerie (devenue troupes motorisées), l'artillerie, l'aviation et des unités de gardes mobiles et de gendarmerie. Pendant un an environ, une unité Nord-africaine (le 14° tirailleurs) y est affectée avant d'être dissoute lors de l'indépendance de l'Afrique du Nord. En 1962, le camp sert aux manœuvres inter-alliées dans le cadre de l'OTAN.

Actuellement, le camp de Caylus s'étend sur plus de 5500 hectares. Il abrite l'Etablissement annexe de Commissariat de l'armée de terre »



22/12/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 118 autres membres