RAIL et MEMOIRE

RAIL et MEMOIRE

DENEUX Marcel

DENEUX Marcel

 

Chef de bureau à PARIS (75)

 

 

Date de naissance : 23 juin 1907

Lieu de naissance : BREUIL le VERT (60)

Date de décès : 10 mai 1945

Lieu de décès : NEUENGAMME (Allemagne) 

Circonstances : Mort en déportation

 

 

Méthode  de recherche Rail & Mémoire pour cette notice :

 

CD-Rom « La Résistance dans l’Oise », Collection AERI (2003) – Commentaire écrit par Jean-Pierre BESSE

 

 

Fils d’un manouvrier, Marcel DENEUX naît le 23 juin 1907 à Breuil-le-Vert (Oise). Chef de bureau à la SNCF à Paris, il est domicilié à Nogent-sur-Oise (Oise).

Militant communiste, il participe aussi activement à la vie syndicale. Secrétaire de la section de Creil (Oise) en 1939, il est aussi membre du comité régional du Parti communiste français en 1939. Il s’affirme, à la veille de la Seconde Guerre mondiale, comme l’un des militants les plus actifs des organisations ouvrières dans la région de Creil (Oise).

Convoqué par la police le 2 décembre 1940, Marcel DENEUX a déjà pris des contacts pour reconstituer le Parti communiste clandestin.
Il met sur pied localement, puis au niveau régional, les premiers groupes armés de jeunes qui vont devenir les Bataillons de la jeunesse et, en liaison avec deux militants de la Somme, Armand DUVIVIER et Jean PETIT, il organise les premiers groupes de l’Organisation spéciale (OS). Les trois hommes mettent au point, fin 1941, une technique imparable de déraillement, celle du déboulonnage.

Recherché par les autorités d’Occupation et la police française, Marcel DENEUX entre dans la clandestinité le 15 décembre 1941. Il fait l’objet d’un mandat d’arrêt décerné en janvier 1942 par le juge d’instruction de Senlis et est envoyé, le 27 février 1942, devant la section spéciale de la cour d’appel d’Amiens qui le condamne à mort par contumace, le 21 mai 1942, pour propagande communiste.

Selon divers témoignages, Marcel DENEUX a déjà reçu des responsabilités militaires sur plusieurs départements au sein des FTP. Interrégional dans la région 27 (Normandie-Picardie), il dirige un moment la subdivision militaire de Normandie avant de devenir commissaire national adjoint aux opérations, où il remplace Jean PETIT au cours du deuxième trimestre 1943. Pendant l’hiver 1943-1944, Marcel DENEUX dirige l’école des cadres des FTP dans une petite ferme, au milieu des bois du département de l’Oise, avec le concours du colonel FABIEN.

Arrêté à Vierzon (Cher) le 26 mai 1944 puis déporté, Marcel DENEUX meurt à Neuengamme le 10 mai 1945. Les électrices et électeurs de Nogent-sur-Oise, qui ignorent son sort, l’élisent conseiller municipal en avril 1945.

Marcel DENEUX a le grade de colonel FTP.

Décoration : croix de guerre avec étoile d'argent (1947)

 

[AD Oise, série M, listes électorales et listes nominatives de recensement - AD Oise, 33 W 8 250 - AD Oise, 1 232 W 260 - Le Travailleur de l'Oise, 1944-1948, quotidien - Ouzoulias Albert, Les bataillons de la jeunesse, Paris, Editions sociales, 1967 - Ouzoulias Cécile, J'étais agent de liaison, Paris, Messidor, 1988 - Besse Jean-Pierre, L'Oise septembre 1940 - septembre 1944, Gouvieux, 1994, 218p.]



31/12/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 112 autres membres