RAIL et MEMOIRE

RAIL et MEMOIRE

DENUAULT Alphonse

DENUAULT Alphonse

 

 Cheminot Conducteur de locomotives ateliers Romilly (10)

 

Date de naissance : 25 juin 1890

Lieu de naissance : Chateau Gontier 53

Date de décès : courant aout 1944

Lieu de décès : BRESLAU (Allemagne)

Circonstances : Mort en Déportation

 

Méthode de recherche Rail & Mémoire pour cette notice :

 

« La déportation de répression dans l'AUBE »  Par REMI DAUPHINOT et SEBASTIEN TOUFFU

//www.afmd.asso.fr/IMG/pdf/D_portation__CNRD_et_AFMD_.pdf

Livre mémorial de la FMD page 519 tome 1

Site Internet : //crdp.ac-reims.fr/cddp10/actions/cnrd/download/DEA.pdf

JO RF page 37 du 27 avril 2008

 CAH SNCF Le Mans en ligne

 

Alphonse DENUAULT était cheminot (dans l'Aube , il était marié,  il faisait partie du mouvement de résistance Front National , il fut arrêté le 29 juillet 1942 et incarcéré à Troyes et au Cherche Midi , il est déporté par le convoi I 57 parti de Paris le 22 octobre 1942 de la Gare de l'EST pour Le camp spécial d'Hinzert (situé à une centaine de kilomètres de Cologne) le 23 octobre 1942, il est successivement transféré à WOLFENBUTTEL,  puis à Breslau  à la prison de SCHWEIDNITZ,  puis au Camp de concentration de GROSS ROSEN puis au camp de DORA .

Il décède courant aout 1944.

 

NB : quelques divergences sur le parcours concentrationnaire 

Entre le Mémorial de la FMD et les recherches de REMI DAUPHINOT et SEBASTIEN TOUFFU.

 

 Voir les  notices de Mary FAVIN ; René REAUX  et de Lucien SEVESTRE  tous les trois cheminots dans l'aube aux parcours similaires arrêtés pour les mêmes raisons,  déportés par le même convoi et tous décédés …

______________________

 

« De 1942  à 1943,  les motifs de déportation des  "NN" montrent une grande unité.  Il  s'agit  alors pour  les Allemands de  réprimer  la Résistance communiste,  très active dans  le département aubois. Cette  répression marque  incontestablement des points avec  le démantèlement de groupes locaux du parti communiste, du Front National et des Francs tireurs et partisans. Treize FTP sont ainsi arrêtés dans l'Aube de juin à juillet 1942 et dix-neuf membres du Front National aubois sont arrêtés à la même époque, dont 16 rien que dans la ville de Romilly-sur-Seine le 29 juillet 1942.

Ils  sont  déportés  dans  le  convoi  du  22  octobre  1942  à  destination  d'Hinzert.  Dix  d'entre  eux  décèdent  au  cours  de  leur  parcours

concentrationnaire.  C'est  le  cas  de Marcel  Bardin,  Boitard  Calixte,  Alphonse  Denuault,  Franck  Fandard, Mary  Favin,  René  Guidet,  René Michelot, Maurice Pérard, René Réaux et Lucien Sevestre… »   

                                                                                                                                  

In Notice de Rémi Dauphinot :

Pour lire la totalité de cet article consulter le lien :  //www.afmd.asso.fr/IMG/pdf/D_portation__CNRD_et_AFMD_.pdf

 

 

 

 

« Observant les recommandations du parti  communiste clandestin,  la direction auboise  conçut des groupes de 3 membres. En janvier 1941, 33 à 35 groupes, les Troïkas fonctionnaient dans le département. Ils se composaient de triangles dans lesquels seulement 3 personnes se connaissaient (dont l'une possédant une autorité supérieure).

 

   Leurs  activités  se  concentraient  particulièrement sur les diffusions de documents, le détournement des affiches et des panneaux de propagande. Le système des liaisons entre les différents triangles reposait exclusivement sur les femmes et les jeunes filles.

 

   En mars 1941, dans la zone romillonne, Raymond BIRER puis Marcel BULARD  devinrent les deux principaux représentants locaux avec Lucien ROY et se placèrent sous  l'égide de BOUHELIER, chef de secteur. Initialement, 5 triangles existèrent à Romilly.

Les 3 premiers furent fondés aux ateliers de la Société Nationale des Chemins de Fer  (S.N.C.F.) :

 

Le 1er avec Maurice PERARD, habitant à Gélannes ; Alphonse DENUAULT de Romilly ;   Lucien SEVESTRE de Romilly.

Le 2ème avec Aimé POIGNANT, Paul LELEU, René REAUX, trois romillons.

Le 3ème avec Constant LUCOT de Romilly ; Mary FAVIN de Romilly ; Eugène VERGET

de Conflans.

 

   Les triangles de la S.N.C.F. oeuvraient au sabotage sur le matériel et pratiquaient la  recherche de renseignements concernant le trafic ferroviaire. Ceux de Châtres et de la Belle  Idée rendaient inutilisables les installations électriques et confiaient des informations sur

les mouvements constatés au camp d'aviation. »

 

Pour lire la totalité de cet article consulter le lien :

//crdp.ac-reims.fr/cddp10/actions/cnrd/download/DEA.pdf



13/01/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 118 autres membres