RAIL et MEMOIRE

RAIL et MEMOIRE

DERRIEN Paul François Marie

DERRIEN Paul  François Marie

DERRIEN Paul.JPG

Médecin du corps médical de la SNCF secteur Argences (14)

 

Date de naissance : 05 février 1893

Lieu de naissance : Plouaret (22)

Date de décès : 06 juin 1944

Lieu de décès : prison de Caen

Circonstances : Fusillé

 

 

----------------------------------------

 

 

 Méthode de recherche RAIL & MÉMOIRE pour cette notice

Revue Les Informations médicales de la  SNCF Janvier 1945

MASSACRES NAZIS EN NORMANDIE Jean Quellien - Jacques Vico Code ISBN : 2-84706-153-3

Livre mémorial des victimes du nazisme dans le Calvados , Françoise Passera, Jean Quellien, Université de Caen. Centre de recherche d'histoire quantitative, Conseil général du Calvados 2004

   Site Internet mairie ARGENCES  http://www.argences.com/tourisme-et-loisir/le-patrimoine/le-buste-du-docteur-paul-derrien

 Site Internet Mémorial GENWEB

--------------------------------

 

 

art derrien nouvelles medicales .JPG

Revue Les Informations médicales de la  SNCF Janvier 1945

 

--------------------------

 

 

Paul François Marie DERRIEN est né 05 février 1893 à Plouaret dans les Cotes du Nord ; il est le Fils de Joseph Marie DERRIEN et de Marie Françoise OMNES.

C’est un ancien combattant de la guerre  1914/1918.  médecin du village d’Argences  depuis 1927. Il faisait partie du corps médical de la SNCF comme médecin de secteur des personnels cheminot .

Figure emblématique de la résistance Argençaise dans le Calvados ; Résistant de la première heure , dès octobre 1940 , Membre du réseau Hector démantelé en 1941, puis de "Ceux de la Résistance" qui est intégré dans l'OCM , cadre de l'ORA dont il implante les structures préparant l'insurrection et le soutien aux Alliés en surveillant les dispositifs et transports ennemis. il cache des réfractaires au Service du Travail Obligatoire  dans des fermes.

le 2 juin 1944 ; il est arrêté avec son amie,  Raymonde  Vayssier, à son domicile qui s'élevait à la place du square qui porte aujourd'hui son nom ;  rue Maréchal Joffre . torturé dans sa maison,  il est incarcéré à la prison de Caen.

Le 6 juin au matin, les allemands l’exécutent avec 80 détenus dont Raymonde Vayssier sa compagne et  9 cheminots résistants de la gare de Caen* .

Jusqu'au 20 juillet, sa maison abrita des éléments de la Gestapo repliés de Caen qui continuaient d'arrêter et de torturer. Les victimes furent enterrées dans des trous de bombes à St- Pierre-du-Jonquet . 

maison derrien.JPG

Le 20 juillet 1944, toute la population du village partit en évacuation). Vers 17.00 h,  sa  maison fut dynamitée.

 

Capture.JPG

à son emplacement , le square Paul Derrien 

 

 

------------------

Cité à l'ordre de la légion d'honneur pour faits de résistance

Un square et une École élémentaire publique à  Argences , le Groupe scolaire Docteur Derrien honorent sa mémoire…

 

 Le nom du Docteur Paul DERRIEN ne figure pas sur la plaque commémorative SNCF de la gare de Caen  … Nous le regretons

 

------------------------------

(*2)  les 9 cheminots résistants de la gare de Caen fusillés le 06 juin 1944 .

 Toutes ces notices sont à consulter sur le blog

 

 

ARROT Maurice , les deux frères, BOUTROIS Achille et BOUTROIS Michel Désiré

DUTACQ Maurice Jules Marcel, LELIÈVRE Anatole Jacques

PICQUENOT Bernard Charles Joseph et PICQUENOT Joseph Jules Charles (père et fils )

RENOUF Désiré Auguste Bienaimé et RENOUF Louis Jules Eugène (père et fils )

 

------------------------------

 

 

 

 

 

MASSACRES NAZIS EN NORMANDIE Jean Quellien - Jacques Vico

Code ISBN : 2-84706-153-3

Le 6 juin 1944, alors que les Alliés prenaient pied sur les côtes normandes, les nazis fusillaient froidement 70 à 80 des prisonniers détenus à la maison d'arrêt de Caen. La plupart étaient des résistants arrêtés par la Gestapo ou ses agents français appartenant à la sinistre « Bande à Hervé » dans les semaines ou les jours précédents le Débarquement.

Les bourreaux ont tenté de dissimuler leur crime en le recouvrant d'un voile de « nuit » et de « brouillard ». Ils ont fait disparaître les archives de la prison et emmené les corps des suppliciés vers une destination demeurée aujourd'hui encore inconnue.S'appuyant sur des documents et des témoignages inédits, Jacques Vico et Jean Quellien nous présentent le récit complet de cette tragédie, sans négliger aucun de ses aspects.

Leur ambition principale est de rendre ici un hommage aux victimes, de faire connaître à tous leurs noms, leurs visages, le sens de l'engagement et du combat qui les conduisirent jusqu'à la mort, en leur redonnant à jamais une vie devant l'Histoire.Au-delà, ce livre se veut un hommage rendu à la Résistance et à tous ceux qui firent le sacrifice de leur vie pour hâter la fin de l'oppression et le retour de la liberté.

 art quellien.JPG

---------------------------



05/06/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 112 autres membres