RAIL et MEMOIRE

RAIL et MEMOIRE

FAYOL Léon

FAYOLLE Léon

 

 

Cheminot,  Porteur en Gare ; Commissionnaire public  

 

Date de naissance : 28 Juillet 1893

Lieu de naissance : BOULOGNE sur MER

Date de décès : 25 Février 1944

Lieu de décès : BONDUES (59)

Circonstances : Fusillé au Fort LOBAU (59)

 

 

 Méthode de recherches Rail &mémoire pour cette notice :

 

Tout nos Remerciements à Hélène PRIEGO / Musée de la Résistance 59587 BONDUES pour l'intégralité de la notice et la photo. //www.ville-bondues.fr/musee/index.htm

 

 

 voir notice Alphonse HUYGUES et Henri LEBRUN

 

Léon FAYOLLE était  Cheminot, communiste, résistant FTP.

Membre du Front National    (le bon !!  Mouvement de résistance des FTPF  Communiste),   Il était domicilié 8 rue de l'église à Wimereux. Son épouse Germaine Ternisien  arrêtée en même temps que lui fut déportée par le convoi I 208 pour la prison de LOOS LES LILLE puis à la forteresse de WALDHEIM

 

-------------

·         Francs Tireurs et Partisans Français (FTPF) : Léon FAYOLLE   appartient au groupe composé d'Emile Allain, Rémy Pillard, Gaston Lelong, Albert Nabor, Clément Debremme, Jean Guelton, Charles Sauvage et Alphonse Mann. (*)

 

Ce groupe a participé à de nombreuses attaques et sabotages contre l'armée d'occupation. Ils ont notamment attaqué la mairie de St Léonard, l'hôtel des Postes, le commissariat de Boulogne, les perceptions de St Martin et de Phalempin, afin d'obtenir tickets de rationnement et argent pour les clandestins. Ils ont aussi saboté la Centrale électrique de Calais.  

En février 43 Fayolle sabote la voie ferrée à Wimereux.

Le 17 septembre 1943, un groupe composé de Roger Dubois, Emile Allain et Rémy Pillard, sous les ordres de Rouvillois, attaque un transporteur lors d'un transfert de fonds des Postes de Boulogne.

Le 18 septembre 43, le commando composé du chef du groupe, Emile Allain, de Rémy Pillard, de Gaston Lelong, Léon Fayolle, Alphonse Mann, Charles Sauvage et Louis Collin attaque l'entrepôt de tabacs de Boulogne car la direction FTPF souhaite faire une distribution aux clandestins. L'utilité de cette opération est très discutée mais Jean-Baptiste Rouvillois accepte à nouveau de se charger de la préparation.

 

Fayolle reçoit ses ordres de René Beauvois et Lenglet (tué lors du sabotage de la centrale de Calais).

Il est peut-être aussi en relation avec le Dr André Croquelois, qui réunit le Comité de coordination pour la Libération à Pont de Briques le 3 février 43.

  • Meurtre d'Henry Gross : Gaston Lelong suggère au groupe de tuer Henry Gross, rédacteur en chef du « Télégramme du Pas-de-Calais » et collaborateur notoire. L'opération a lieu le 11 septembre 43 : Gross, son épouse et sa sœur sont ligotés chez eux. Gaston Lelong tire à plusieurs reprises sur Gross puis le groupe quitte les lieux. Le commando, composé d'Allain, Pillard et Lelong était couvert à l'extérieur par Fayolle, Mann et Sauvage.

 

  • Arrestation : Le 29 décembre 43, Emile Allain est arrêté dans un café de Lille. Fouillant sa chambre d'hôtel, la police y découvre également Rémy Pillard.

Le 8 janvier 44, Georges Sommerard, agent OCM (Organisation Civile et Militaire) qui fait la liaison avec le Front National (de lutte pour la Libération et l'Indépendance de la France), est arrêté alors qu'il se trouve dans l'atelier de Mann et Sauvage à Pont de Briques. En même temps, Fayolle est arrêté avec son épouse à Wimereux. Lors de la perquisition, on trouve chez lui des armes, munitions et explosifs.

Le groupe est jugé  du 12 au 14 février 44 par le tribunal militaire de Lille : Sommerard est déporté (il sera libéré par les Américains). Les autres sont condamnés à mort et exécutés le 25 février 44.

 

*Les noms en italiques sont ceux de résistants fusillés au Fort de Bondues



12/07/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 117 autres membres