RAIL et MEMOIRE

RAIL et MEMOIRE

FOURNIER Fernand

FOURNIER Fernand Marcellin



Cheminot aux Ateliers à Arles (13)

 Aide Ouvrier 


Date de naissance : 24 mai 1903

Lieu de naissance : ARLES (13)

Date de décès : 25 janvier  1944

Lieu de décès : TOULON (83)

Circonstances : Mort des suites de son incarcération

 

Méthode de recherches Rail et Mémoire pour cette notice :


 contact famille, Frédéric IMBERT son arrière petit neveu , avec tous nos remerciements pour son aide et les photo fournies 


CAH SNCF Le Mans 

 

Dictionnaire biographique des militants cheminots Marie Louise GOERGEN  collection MAITRON (Cliquez ici)

 

-------------------------------------


Fernand Fournier était marié et père de deux enfants de enfants âgés de 18 et 12 ans, il était domicilié au 74 rue Lortagnel à Arles .

 il fut arrêté le 06 juin 1941 pour détention d'un numéro de l Humanité et d'un numéro de la vie ouvrière ; il fut déféré au parquet de Tarascon pour menées communistes ...


---------------------------------------









Notice Maîtron :

 

FOURNIER Fernand, Marcellin.

Né le 24 mai 1903 à Arles (Bouches-du-Rhône), mort le 25 janvier 1944 à Toulon (Var) ; cheminot ; syndicaliste CGTU et président de la FSGT à Arles ; résistant.

Fils d'un employé au BDR à Arles, Fernand Fournier obtint le certificat d'études primaires puis fut embauché au PLM à Arles le 25 novembre 1928 et travailla aux Ateliers du chemin de fer. Il adhéra à la CGTU entre 1930 et 1935 avec Gontiers. Il organisa le syndicat et la lutte des ouvriers agricoles de Camargue en 1933-1935. Il assista au congrès d'Arles du PCF en 1937 (décembre).

Fournier fut le créateur et le président de la FSGT à Arles, en 1936. Il dirigeait le club de football arlésien qui parvint en finale du championnat de France FSGT contre Anzin (vainqueur) à Ivry, devant Maurice Thorez, lequel organisa une réception en l'honneur des deux équipes.

Pendant la guerre, il fut mobilisé avec le grade de sergent.

Pendant l'Occupation, Fernand Fournier fit partie de la Résistance ; arrêté pour ce motif, il fut condamné à vingt ans de travaux forcés et fut interné à la prison Saint-Roch à Toulon. Il mourut le 25 janvier 1944 à l'hôpital civil de Toulon. Il était à peine âgé de quarante ans.

Ses obsèques à Arles, le 31 janvier 1944, rassemblèrent 4 000 personnes et prirent l'allure d'une manifestation antinazie.

Adrien Mouton a qualifié Fernand Fournier de « militant admirable ».

SOURCES : Biographie transmise par G. Righetti et complétée par les souvenirs d'Adrien Mouton, dans Notes d'un vétéran, op. cit., p. 119, 120, 181. Cf. aussi Rouge-Midi clandestin, (mars 1944).

ICONOGRAPHIE : Photo en grand au siège du Parti communiste à Arles.

Antoine Olivesi



09/01/2011
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 112 autres membres