RAIL et MEMOIRE

RAIL et MEMOIRE

LACHAMBRE Georges

 

LACHAMBRE   Georges

LACHAMBRE G portrait .JPG

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cheminot Auxiliaire  SNCF Service Voie et Bâtiments  réseau de l'Ouest

 

 

Date de naissance : 04 juillet  1926

Lieu de naissance : Paris

Date de décès : 27 aout 1944

Lieu de décès : le Blanc Mesnil (78)

Circonstance : Tué aux combats de la libération

 

 

 

Méthode de recherche Rail & Mémoire pour cette notice

Relevé de la plaque commémorative SNCF de Paris-St Lazare, escalier D, 1er étage.   

Revue Notre Metier N° 26 / du 31 aout 1945

Site internet la libération de Paris Gilles  PRIMOUT http://liberation-de-paris.gilles-primout.fr/

Site Internet SGA DMPA   / Cote AC 21 P 65524

Site Internet Mémorial GENWEB pour la photo

 

----------------------------------------------------------

 

 Extrait du Site internet la libération de Paris de Gilles  PRIMOUT http://liberation-de-paris.gilles-primout.fr/

http://liberation-de-paris.gilles-primout.fr/la-fete-est-finie-lattaque-de-laerodrome-du-bourget

 

La fête est finie, l’attaque de l’aérodrome du Bourget

Le 26 août 1944 au soir les flonflons de la folle liesse qui s'est emparée de Paris sont recouverts par le bruit assourdissant du dernier bombardement vengeur de la Luftwaffe. J'ai relevé deux cent cinquante victimes et les journaux parleront de plus de neuf cents blessés (voir l'épisode).

Le général Leclerc, qui a été avisé par son 2ème bureau des mouvements allemands sur Saint-Denis, La Courneuve, Le Bourget et Porte de la Chapelle, installe son poste de commandement avancé rue de la Chapelle dans le 18ème.

C'est là qu'est mortellement blessé, sans doute par un tireur des toits, le brigadier des spahis André Barraud, 23 ans; il décèdera le 28 août à l'hôpital de Suresnes.

On retrouvera, après guerre, dans les archives allemandes l'ordre suivant du Groupe d'Armées B :

"A tous : l'ennemi répand un soi-disant ordre du général von Choltitz de cesser la résistance à Paris. Cet ordre est faux ! Tous les points d'appui sont à défendre jusqu'au bout".          

Le LVIII Corps blindé (47ème et 48ème divisions d'infanterie appuyées par un groupement de la 9ème division blindée) est chargé "d'articuler la troupe en fonction de cette mission et de l'équiper de toutes les armes particulièrement propres au combat de rues". La poussée dans la capitale, pour réduire les foyers d'insurrection, doit s'opérer le 27 août. Cet ordre ne sera pas exécuté (peut-être faute de moyens ?) mais remplacé par une mission de barrage défensif, dévolue à la 47ème division d'infanterie aux ordres du général major Karl Wahle qui installe les 103ème, 104ème et 105ème régiments de grenadiers sur une ligne allant de Montmagny à Sevran.

Le général Leclerc envoie le G.T.D, groupement tactique Dio, vers l'aérodrome du Bourget et le G.T.L, groupement tactique Langlade, vers Stains et Montmagny. Pour plus de précisions voir l'organigramme de la 2ème D.B.

Le colonel Dio déploie le sous groupement Farret vers Dugny, le sous groupement Noiret au Bourget et le sous groupement Rouvillois au Blanc Mesnil pour envelopper le terrain d'aviation et s'en emparer.

Mais qu' il était dur quand même d'avoir si vite à quitter les douceurs qui sont la récompense des jeunes libérateurs … Paris dort encore, abruti par des journées échevelées, hurlantes … c'est la fin d'un carnaval fantastique … Paris est libre, mais la guerre n'est pas terminée comme le précise le général de brigade Duplay, alors lieutenant chef du peloton du 12ème Cuir à l'escadron de protection, dans la Revue historique des Armées n° 3 de 1974 d'où viennent bon nombre de ces précisions tactiques.

Le sous groupement Farret se battra contre le 105ème Grenadiers jusqu'à 18h00 au prix de pertes élevées et subira une violente contre attaque dans la nuit. L'enseigne de vaisseau de Gaulle, le fils du général, chef du 1er peloton du 3ème escadron de combat du R.B.F.M, est de la bataille. Le lieutenant Humbert Van der Cruis de Wazier, de la 1ère compagnie du 1er R.M.T et cousin du général Leclerc, est tué. Le sous groupement Noiret se heurte à des éléments des 105ème et 103ème Grenadiers sur le terrain d'aviation. Très bien enterrés et camouflés, les fantassins allemands opposent une résistance farouche et meurtrière. Le combat cessera à 19h30; les pertes sont très fortes du côté français, mais bien plus encore du côté allemand où l'on compte les morts par centaines, les hommes du 4ème escadron du 12ème Cuir n'ont pas fait de quartier, beaucoup des leurs ont été tués par traîtrise. Le sous groupement Rouvillois s'empare du Blanc-Mesnil et empêche le 103ème Grenadiers de venir à la rescousse. De nombreux F.F.I locaux participent à la bataille avec le sous groupement Rouvillois au Vieux Blanc-Mesnil, apportant en plus de leur rage de combattre la connaissance indispensable du terrain.

Le bilan est très lourd : vingt-neuf soldats de la 2ème Division blindée, plus d'une dizaine de F.F.I, des victimes civiles et deux colonels du 922ème Régiment de génie de l'U.S Air Force venus reconnaître l'état des pistes en pleine bataille pour les remettre immédiatement en fonction."

 

 

Parmi Les victimes : Georges Lachambre, 18 ans, de Paris 13ème, F.F.I tué au Vieux Blanc-Mesnil.

 

 

Pour lire l integralité de ce texte se reporter  au

Site internet la libération de Paris de Gilles  PRIMOUT http://liberation-de-paris.gilles-primout.fr/ 

Et http://liberation-de-paris.gilles-primout.fr/la-fete-est-finie-lattaque-de-laerodrome-du-bourget

 



14/05/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 113 autres membres