RAIL et MEMOIRE

RAIL et MEMOIRE

LAFOSSE Camille Adrien

LAFOSSE Camille Adrien

artimage_203016_1141209_201004113946322.jpeg

 

 

 

 

 

 

 

 

Cheminot, Manœuvre à Epernay, Marne (51)

 

 

 

Date de naissance : 11 janvier 1912

Lieu de naissance : Suriauville (88) Vosges

Date de décès : 22 novembre 1943

Lieu de décès : DIJON (21)

Circonstances : Fusillé

 

 

 

Méthode de recherche Rail & Mémoire pour cette notice

 

Relevé de la plaque SNCF des  ATELIERS DE EPERNAY ( 51 )

Site Internet de la ville de MAGENTA / //www.ville-magenta.fr/ct-menu-item-1/ct-menu-item-5/ct-menu-item-13

 

CAHLM   (en ligne) cote 118LM120/6 et 118LM109/2

 

 

-----------------------------------

 

  

Camille Adrien LAFOSSE, Fils de Camille Arthur et de BERARD Marie-Marthe, marié en 1937 avec MOROY Raymonde . était cheminot, il était  Manœuvre Graisseur de locomotive à MAGENTA , le couple résidait au 24 rue de la République à Magenta dans l’Aisne .

 Il fut arrêté par la police française et fut révoqué en octobre 1941 sous le motif suivant « Se livrait à l'extérieur des ateliers à une activité communiste. Monsieur. R….d   a prononcé la révocation d'office par application du décret du 09 avril 1940. »

 Le 10 décembre suite à un non-lieu, une note propose de substituer à la révocation,  le licenciement par application de la loi du 14 octobre 1941  « Il convient de ne pas retenir le non-lieu dont a bénéficié l'intéressé, nous affaiblissant ;  plutôt la proposition de la SNCF en transformant la révocation déjà acquise en licenciement »

 

Le 12 décembre 1942 il est de nouveau arrêté par les Autorités Allemandes pour  le même motif. Interné au camp de PITHIVIERS dans le Loiret, il parvient à s’évader  le  6 juin 1943 et  rejoint le maquis.

                                               .                      

Camille Lafosse a été fait prisonnier le 6 septembre 1943 à la ferme de la Lochère lors d'une opération contre le maquis FTPF de Cessey-sur-Tille menée, à la suite d'une dénonciation, par la Sipo SD, appuyée par des troupes de la Wehrmacht.

Un rapport du préfet du 13 novembre 1943 le présente comme le chef régional du groupe « Profit » et signale ses antécédents, en particulier son évasion le 6 juin 1943 du camp de Pithiviers où il était interné depuis septembre 1942 pour "activité communiste".

 

Il est condamné à mort le 11 novembre 1943 par le tribunal de la Feld-Kommandantur 669 de Dijon pour « actes de franc-tireur », il est fusillé le 22 novembre 1943 à Dijon, en même temps que 14 de ses camarades arrêtés et jugés avec lui.

 

 

 

Il est à titre posthume, homologué dans le grade de Capitaine de 1ere classe des Forces Françaises Combattantes

 « MORT POUR LA FRANCE » à l’âge de 31 ans

 

 

-----------------------------------------------



16/12/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 117 autres membres