RAIL et MEMOIRE

RAIL et MEMOIRE

Les services publics et la Résistance en zone interdite et en Belgique, 1940-1944

                                                   

 

Les services publics et la Résistance en zone interdite et en Belgique, 1940-1944

colloque organisé à Bondues... le 31 janvier 2004 / par le Centre de recherche sur l'histoire de l'Europe du Nord-Ouest et la Ville de Bondues... ; Robert Vandenbussche, directeur. : Centre de recherche sur l'histoire de l'Europe du Nord-Ouest : CEGES, Centre de gestion de l'édition scientfique, Université Charles-de-Gaule-Lille 3

 

 

Impr. Université Charles-de-Gaulle-Lille 3

2005

216 p.

SBN 2-905637-50-1 (br.) : 25€

 

Des procès récents ont mis l'accent sur les responsabilités des services publics dans des exactions commises au cours de la Seconde Guerre mondiale. Il est vrai que les services publics sont au coeur des contradictions et des paradoxes qui caractérisent l'Occupation de 1940 à 1944. Se soumettre aux ordres de l'autorité d'occupation c'est accepter l'accommodement voire la collaboration. En revanche, s'y refuser c'est rompre avec une éthique classique chez les fonctionnaires et les personnels qui leur sont assimilés, c'est-à-dire celle du souci du service public dans le cadre de la loi et des réglementations. Dès lors, les choix sont difficiles et complexes.

En confrontant des situations différentes, des administrations diverses, des chercheurs du CEGES de Bruxelles, des universités de Lille et d'insti

tutions régionales, montrent que l'éventail des prises de position est large mais que les choix sont généralement individuels. Entrent en résistance non pas des services mais des fonctionnaires qui, tout en poursuivant leur mission ou leur fonction, font le choix de participer à des mouvements ou à des organisations de résistance extérieurs à leurs services.

Prudence liée à la vie clandestine du résistant mais aussi efficacité et respect de l'éthique professionnelle jouent un rôle décisif dans le comportement. Le deuxième colloque de Bondues, dans une perspective d'histoire sociale de la Résistance, apporte des éclairages nouveaux sur les années noires de l'Occupation en Belgique et dans la région du Nord-Pas-de-Calais.

 

 

Commentaires :

 

Contribution de Joël Forthoffer (membre de Rail & Mémoire) , « La résistance des cheminots en zone annexée », pp 83 à 100.

La présentation s’articule autour des points suivants : La résistance spontanée, les filières d’évasion, la résistance s’organise, les sabotages et le bilan d’une période sombre.



23/05/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 116 autres membres