RAIL et MEMOIRE

RAIL et MEMOIRE

LEVANT Pierre

LEVANT Pierre

 

© AD 44 , on peut voir les menottes

sur la photo prise à l'issue de son arrestation

 

 Agent de la voie à NANTES   (44)

 

 

Date de naissance : 3 août 1909

Lieu de naissance : LA ROCHELLE (17)

Date de décès : 27 octobre 1943

Lieu de décès : ANGERS (49)

Circonstances : Fusillé

 

 

Méthode de recherches Rail et Mémoire pour cette notice :

 Merci à sa petite fille Christine 

- A.D.L.A. : cotes 1668 W 20, 1694 W 113, 27 J 39

- Les cahiers de LA RESISTANCE POPULAIRE n° 6/7. Edités par le C.E.R.P. dans les Côtes-du-Nord - Décembre 1998. Une étude d'Alain PRIGENT. Pages 36 à 42.

 

            Note rédigée par Carlos Fernandez correspondant de Rail et Mémoire.

 

 

       Pierre Levant entre au chemin de fer le 16 novembre 1936 à Seguigny (Eure) en qualité d'ajusteur. C'est à cette époque qu'il adhère au Parti Communiste Français. Muté à Nantes le 1er juin 1939 au Service de la Voie il ne mène aucune activité particulière jusqu'au mois de février 1943. C'est à cette date qu'il est sollicité par un camarade de travail, Michel Huet, pour adhérer au P.C. clandestin ; ce qu'il accepte. Puis il est mis en relation avec « André » qui n'est autre que Léon Renard le responsable politique régional. Ils se rencontrent à plusieurs reprises et finalement Pierre Levant accepte la proposition d' »André » de reconstituer la section de Nantes-Ville du P.C. clandestin qui est pratiquement démembrée suite à de nombreuses arrestations. Pierre Levant renoue des contacts, répartit et distribue la presse clandestine : « L'Humanité » et « La Vie Ouvrière ». De plus il s'occupe du collectage des cotisations des membres de cellules du P.C. qu'il remet à « André ».

 

       S'il regrette de ne pas consacrer plus de temps à la bonne marche de la Section Clandestine de Nantes-Ville en raison de ses nombreux déplacements que lui imposent son travail et sa vie familiale puisqu'il est marié et père de 2 enfants. Il tisse cependant des liens qui renforcent l'organisation.

 

       « André », Léon Renard, le responsable régional fixe un rendez-vous à Pierre Levant pour le samedi 10 juillet à 22 heures au passage à niveau de Chantenay avec une double mission : rencontrer « Jean », le responsable du F.T.P., qui n'est autre que Marcel Lerbret (voir cette notice) et l'assister pour un attentat sur le voie ferrée qui relie Nantes à Couëron. Mais en fait c'est un guet-apens très bien organisé par les polices allemandes et françaises. Ils ont été trahis.

 

       Arrêté et torturé Pierre Levant est ensuite incarcéré dans l'attente de son jugement par un tribunal militaire allemand à Angers.

 

       Le 16 septembre 1943 sa fille aînée Jeannine, décède lors des bombardements alliés opérés sur Nantes. Malgré des demandes de clémence effectuée auprès de différentes autorités, rien n'y fera.

 

       Pierre Levant est jugé et condamné à mort le 13 octobre 1943 et fusillé le 27 octobre 1943 à Angers - Belle Beille (Maine et Loire) en même temps que Marcel Lerbret (voir notice Cliquez ici) et Pierre Legendre.



02/02/2010
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 116 autres membres