RAIL et MEMOIRE

RAIL et MEMOIRE

MOUTON Albert

MOUTON Albert

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

APPRENTI  au CENTRE DE BEZIERS (34)

 

 

 

Date de naissance : 25 octobre 1927

Lieu de naissance : ESPALION (12)

Date de déces : 22 décembre 1944

Lieu de décès : FLOSSENBURG

Circonstances : Mort en déportation

 

Méthode de recherche Rail & mémoire pour cette notice :

 

 

Relevé de la plaque de BEZIERS (34)

Site Internet de Gerard Paramon , «  les apprentis du chemins de fer » http://gparam.free.fr/index2.html

Livre mémorial de la FMD page 1150 tome 2 + texte présentation du convoi I 240 de Maurice VOUTEY et Arnaud BOULLIGNY,  extrait du livre Mémorial de la déportation de la FMD page 1081 / 1082 tome 2.

J.O.R.F. n° 290 du 14/12/1997

Photo envoyée par le syndicat des cheminots CGT de Béziers ; merci à Jean Marc BIAU

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Né le 25/10/1927 à Espalion (12 Albert MOUTON  est Déporté par le convoi I 240 dit « Train de la Mort » parti de COMPIEGNE le 02 juillet 1944. Il enregistré sous le numéro 77204 à DACHAU puis il est transféré à Hersbruck  et flossenburg où il décède le 22 decembre 1944

 

Une Allée et une Rue Albert Mouton honore sa mémoire à Béziers.

 

 voir aussi la Notice consacrée à FORESTIER Noel, Apprenti de Beziers Mort en Déportation

 

 

 

 

 

 

Ce transport est le cinquième parti de France à prendre la direction du KL Dachau depuis le débarquement de Normandie. C'est aussi le plus important qui ait jamais quitté Compiègne. Il est resté tristement célèbre sous le nom de « Train de la mort » en raison du nombre élevé des décès survenus durant le voyage.

Le dimanche 2 juillet 1944, vers 9 heures 15, le train n°7909 s'ébranle sous une légère bruine de la gare de Compiègne en direction de l'Allemagne. Dans chacun des 22 wagons, les nazis ont entassé une centaine d'hommes. Avant Soissons, le soleil fait son apparition et la chaleur envahit rapidement les wagons, d'autant plus que le train roule lentement et observe des arrêts fréquents. A 11 heures 05, le sabotage de la voie l'oblige à stopper au niveau de Saint-Brice, quelques kilomètres avant Reims. Les dégâts sont peu importants et le transport reprend sa route après trois heures d'arrêt sous un soleil de plomb. Il s'immobilise ensuite une première fois en gare de Reims. La chaleur, le manque d'eau et l'asphyxie sont déjà à l'origine d'une centaine de décès. Le convoi repart vers 15 heures 10, mais, après un court trajet, un nouveau sabotage est à l'origine du déraillement de la locomotive au niveau de l'aiguillage du dépôt de Bétheny. Les wagons sont ramenés par un tracteur de manœuvre à la gare de Reims, sur une voie de garage, où ils stationnent en plein soleil en attendant le relèvement de la locomotive. Les morts se succèdent pendant ce long arrêt alors que la chaleur est devenue suffocante. Des détenus médecins appellent les services sanitaires et les nazis entrouvrent quelques portes. Dans certains wagons, les hommes, poussés par la folie, s'entretuent. Enfin, vers 20 heures, le train reprend sa route vers l'Est et roule toute la nuit. 
Le 3 juillet, en fin de matinée, le transport s'arrête à Revigny, à quelques kilomètres au nord-ouest de Bar-le-Duc. Les cadavres de la veille commencent à se décomposer et les Allemands décident d'ouvrir les portes. Ils font descendre les survivants et en désignent quelques-uns pour enlever les corps et les transporter dans des voitures libérées à cet effet. Les agonisants sont achevés sur le ballast d'une balle dans la tête. D'autres détenus sont chargés du ravitaillement en eau, alors que la pluie tombe à torrent. Ces opérations terminées, les détenus sont regroupés dans les wagons, puis le n°7909 quitte Revigny vers 15 heures. Les scènes de violence se poursuivent et le calme ne revient qu'en soirée, alors que le convoi franchit la Moselle et s'arrête vers 21 heures 50 en gare de Novéant, devenue gare-frontière depuis l'annexion de fait de l'Alsace-Moselle Le 4 au matin, le train quitte Novéant vers 7 heures 15 en direction de Sarrebourg où il s'immobilise en fin de matinée. Les portes s'ouvrent et des infirmières de la Croix-Rouge allemande s'avancent pour distribuer de la soupe et de l'eau. Mais, vers 15 heures 15, les Allemands interrompent brutalement le ravitaillement et ordonnent le départ. Le train rejoint Strasbourg par la trouée de Saverne, puis il s'enfonce en Allemagne en passant par Karlsruhe, Pforzheim, Stuttgart, Ulm, Burgau, Augsbourg et Munich. Après un dernier arrêt dans cette ville, il arrive à Dachau-gare le mercredi 5 juillet vers 15 heures. Une heure et demie plus tard, les survivants font leur entrée au KL Dachau alors que les corps sans vie sont retirés du train, puis transportés directement au crématoire sans être enregistrés.

Bien des incertitudes ont longtemps plané sur le nombre de décès pendant le transport, mais aussi sur le nombre exact des déportés partis de Compiègne. Christian Bernadac était ainsi parvenu à identifier 536 morts durant le transport, chiffre repris par l'Amicale de Dachau. Paul Berben avançait, quant à lui, le chiffre de 984 morts. Pour les partisans de l'hypothèse haute, il subsisterait en effet des parts d'ombre. A la halte de Revigny, par exemple, les détenus ont été autorisés à descendre afin de « recompléter » les wagons. A ce moment, selon certains témoins, des cadavres auraient été laissés sur place par les Allemands au moment de repartir. Cependant, d'autres survivants de ce voyage, parmi les derniers remontés à bord, affirment n'avoir rien vu de tel. Les recherches du groupe de Caen. ont permis d'identifier avec certitude les noms de 519 morts, corrigeant ainsi un peu à la baisse le chiffre de Christian Bernadac qui avait comptabilisé quelques hommes déportés en réalité dans des transports partis de Compiègne avant ou après le « Train de la mort ». Ce chiffre ne reste cependant qu'une estimation du fait de l'absence d'une liste de départ de Compiègne. Même revu à la baisse, il ne minimise en rien le drame qui s'est déroulé le 2 juillet 1944.
La conjonction de plusieurs facteurs permet d'expliquer cette hécatombe. La chaleur et l'absence de vent, l'entassement dans les wagons, une aération insuffisante, et de longues haltes en plein soleil, ont entraîné toute une série de phénomènes et en premier lieu l'asphyxie des détenus. Dans les wagons, les discussions, les gesticulations et les bagarres, notamment au sujet du manque d'eau, n'ont fait qu'aggraver une situation déjà mal engagée. L'hyperthermie provoquée par cette atmosphère viciée a déclenché chez certains des crises de folie sanguinaires et de violentes bagarres entraînant la mort de dizaines de personnes dans des conditions insoutenables. Pourtant, dans huit wagons, aucune victime n'a été recensée. Leurs occupants sont parvenus à nommer des responsables, à rationner l'eau, à mettre en place des rotations vers les lucarnes afin que tout le monde puisse bénéficier de l'air frais. Ces wagons se sont pour la plupart organisés autour d'un noyau de résistants qui a su imposer la discipline. En revanche, dans les autres wagons, la « loi du plus fort » s'est vite instaurée et les victimes se sont comptées par dizaines.

Extrait du livre Mémorial de la déportation de la FMD page 1082 tome 2

 

 

Albert MOUTON  est transféré  pour  HERSBRUCK

 

Hersbruck : Aménagé entre mars et septembre 1944 sur un ancien terrain du service du travail allemand, à 30 km à l'est de Nuremberg, ce Kommando a été créé pour installer une usine souterraine fabriquant des moteurs d'avion. Le travail des détenus consiste à déblayer les roches, préalablement dynamitées, afin d'aménager les galeries. 10000 détenus environ sont passés par ce camp annexe, 4000 y sont morts. En avril 1945, la SS évacue 1600 malades par train et 3800 à pied vers Dachau. Plus de 600 meurent en route.

 

 



02/04/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 112 autres membres