RAIL et MEMOIRE

RAIL et MEMOIRE

POTREAU Théophile

POTREAU Théophile

 

 

Cheminot à VERSAILLES CHANTIERS (78)

 

Date de naissance : 25 avril 1895

Lieu de naissance : LES FORGES (79)

Date de décès : 24 novembre 1943

Lieu de décès : SURESNES – MONT VALERIEN (92)

Circonstances : Fusillé

 

 

Méthode  de recherche Rail & Mémoire pour cette notice :

 

Relevé Plaque gare de Versailles Chantiers

Relevé Plaque de gare de Paris Montparnasse

Monument aux Morts de Versailles

Archives Famille POTREAU

DVD-Rom « La Résistance en Ile-de-France », Collection AERI (2004) – Commentaire réalisé par Fabrice BOURREE

 

 

Théophile Isidore POTREAU est né le 25 avril 1895 aux Forges, canton de Ménigoute (Deux-Sèvres). Le 17 décembre 1914, il est incorporé au 135e régiment d'infanterie puis passe au 217e le 22 juin 1915. Le 15 décembre 1917, il passe dans la réserve de l'armée d'active mais est maintenu sous les drapeaux avant d'être démobilisé le 11 septembre 1919. Il est affecté le 5 mai 1921 à la 4e section des chemins de fer de campagne où il occupe un poste de graisseur de trains, puis à la gare de Paris-Invalides.

En 1937, il adhère à la section de Versailles du Parti communiste. Il est surtout actif dans le quartier des Chantiers où il réside. Il milite également au sein du syndicat cheminot. Enfin il appartient au Secours rouge international. Parti en exode le 10 juin 1940, il revient à Versailles le mois suivant.

En avril 1941, contacté par un camarade d'avant-guerre nommé Herniox, employé à la gare de Versailles rive droite, il rejoint le PC clandestin. Théophile POTREAU commence à distribuer des tracts et des journaux, notamment L'Humanité et Le Journal des cheminots. Il confectionne également chez lui des papillons avec une imprimerie d'enfant. Ces tracts et journaux sont jetés dans les rues de Versailles et dans les bureaux SNCF de la gare des Chantiers.

En décembre 1942, POTREAU est sollicité pour rejoindre les rangs des FTP. En janvier 1943, il est nommé commandant FTP pour la région Ouest de Versailles sous le pseudonyme de Jean II.

Le 16 janvier 1943, il participe au jet de bouteilles incendiaires sur un train transportant des troupes allemandes à Jouy-en-Josas. Lors de son interrogatoire par la BS2, il évoquera cet attentat en ces termes :
"J'avais repéré au cours de mon service le passage journaliser, vers 20h, ou plutôt périodique, de convois de troupes allemandes se dirigeant vers Massy. J'avais également remarqué que du pont Albert il était facile de projeter des engins sur ces convois. Le 16 janvier 43, j'ai retrouvé "Raymond" vers 19h à proximité de la gare des Chantiers. Il était muni de deux bouteilles incendiaires. Nous nous sommes rendus au pont Albert où nous avons attendu le passage du train repéré. Lorsque le train est passé sous le pont nous avons jeté simultanément nos bouteilles sur les premiers wagons. Les bouteilles en se brisant ont pris feu et ont incendié les premiers wagons". (Archives de la PP, affaire Guyonnet).

Le 26 février, il attaque seul une plate forme transportant du matériel allemand au Pont Colbert avec des bouteilles incendiaires : "A 20h15, un wagon plate-forme chargé de munitions et de paille a pris feu à la sortie de la gare des Chantiers à hauteur du pont Colbert. Les employés s'étant aperçu assez tôt du sinistre ont pu isoler le wagon et limiter ainsi les dégâts. A la suite de l'explosion des munitions, le wagon a sauté, provoquant une rupture du fil de haute tension. Les autorités allemandes ont pris la direction de l'enquête" (AN, F60 1526). Au mois d'avril, il attaque seul, couché dans un remblai, un train de munitions recouvert de paille, toujours avec des bouteilles incendiaires. En juin, il incendie un train de fourrage destiné à l'organisation Todt. Un mois plus tard, le 31 juillet,  il incendie un avion transporté sur un train à la gare des Chantiers à Versailles. Enfin, le 11 juillet, il provoque l'explosion d'un train transportant des munitions en gare de Massy-Palaiseau. C'est sa femme qui confectionnait les engins incendiaires, tandis que leurs deux fils, Bernard et Jean, servaient d'agents de liaison au sein des FTP. Théophile POTREAU dissimulait ses engins incendiaires dans son casier personnel à la gare des Chantiers.

Il est arrêté le 9 août 1943 par trois inspecteurs de la Brigade Spéciale n°2, à la suite d'une dénonciation. Jugé le 9 novembre 1943 au tribunal de Saint-Cloud, il est condamné à mort puis fusillé le 24 novembre au Mont Valérien. Théophile POTREAU a été homologué le 22 mai 1947 au grade de capitaine FFI.

Une plaque commémorative apposée à la gare Montparnasse rappelle son sacrifice. En 1979, la cellule communiste de la gare des Chantiers à Versailles prend la dénomination de cellule "Théophile Potreau".

Décorations :
Chevalier de la Légion d'Honneur Croix de guerre 1914-1918, Croix de guerre 1939-1945 avec palme, Médaille de la Résistance, Médaille des internés résistants.

 

 

LETTRES……… à sa femme , ses enfants, sa famille

 

Avis de l'exécution de Théophile POTREAU

par les administratifs de Vichy

Plaque de la gare de Versailles Chantiers

 

Détail Plaque de la gare de Paris Montparnasse

 

Détail Monument aux Morts de Versailles

et Monument en son entier

 



07/01/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 118 autres membres