RAIL et MEMOIRE

RAIL et MEMOIRE

REGHEM Albert

REGHEM Albert

 

Chef du Wagon de secours à HIRSON (02)

 

Date de naissance : 28 mai 1910

Lieu de naissance : TRELON (59)

Date de décès : 08 avril 1944

Lieu de décès : SAINT QUENTIN (02) 

 Circonstances : Fusillé

 

 

Méthode de recherches Rail et mémoire pour cette notice :

 

Mémoire cheminote en Nord –Pas de Calais  édité par CE NORD PAS DE CALAIS

Page 77

 Dictionnaire biographique, Cheminots engagés sous la direction de Marie Louise Goergen , édition Maitron (cliquez ici)

 

 

Albert REGHEM est Chef du Wagon de secours à HIRSON, fils de cheminot, son père est mécanicien au Dépôt.

  il est délégué CGT il est résistant. Sa profession qui lui permet d'avoir un permis de circuler en apres le couvre feu lui permet de participer à de nombreuses activités de sabotages.

  Suite à la vague d'arrestation de patriotes de hirson, Avec son camarade Camille GRISOT, (voir cette notice ) il se charge d'éliminer le dénonciateur responsable des arrestations de nombreux camarades du dépôt d'Hirson, avec eux , Jean CARAMIN, un cheminot d' Hirson qui est en fait , un agent de la gestapo infiltré.

 

 Camille Grisot et Albert Reghem sont arrêtés deux heures après l'échec, de leur mission provoqué par Caramin.

 

Ils sont condamnés à mort et exécuté à Saint Quentin , à l'ancien champ de manœuvre « La Sentinelle », le 08 avril 1944.

 

Chevalier de la Légion d'honneur

Médaille de la résistance

Croix de guerre avec palme

Une rue d'Hirson honore sa mémoire.

Il repose au cimetière communal Saint-Georges de Périgueux (24)

 

Notice Maîtron :

 

RÉGHEM Albert.

Né vers 1905, mort en avril 1944 dans le Pas-de-Calais ; fusillé ; cheminot à Hirson (Aisne) ; résistant FTP.

Fils de cheminot, Albert Réghem était lui-même cheminot sous l'Occupation à Hirson (Aisne) où il demeurait. Il rejoignit très vite les FTP et participa à des actions de sabotages sur les voies ferrées. Un jour où il accompagnait une grue pour relever un train, un Allemand s'assit sur sa musette qui contenait des explosifs.

Albert Réghem fut dénoncé par un habitant d'Hirson d'idées opposées aux siennes. Il fut arrêté le 8 avril 1944 à son domicile ainsi que son épouse Suzanne Réghem. Une arme fut découverte lors de la perquisition de leur domicile. Albert Réghem fut fusillé peu après au champ de tir de la Route de Calais à Saint-Quentin, à moins de 40 ans.

Son épouse, Suzanne Réghem fut déportée à Ravensbruck. Elle ne survécut que quelques jours à la libération du camp. Les deux fils d'Albert Réghem et de Suzanne Réghem furent élevés par leurs grands-parents retirés à Périgueux. Aujourd'hui, une rue d'Hirson porte le nom d'Albert Réghem.



12/01/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 116 autres membres