RAIL et MEMOIRE

RAIL et MEMOIRE

RINGUET Marcel François

RINGUET Marcel Francois

 

 

 

DOCTEUR à LEXOS ( 82)

http://www.milhars.com/lexos.pdf

Date de naissance : ?

Lieu de naissance : ?

Date de décès : 2 Juillet 1944

Lieu de décès : DACHAU

Circonstances : Meurt asphyxié Dans le dernier train de déportés partant de COMPIEGNE

 

Méthode de recherche Rail & Mémoire pour cette notice :

Relevé plaque de LEXOS

 ARCHIVES SNCF  Les infos medicales juillet oct  45

http://www.milhars.com/lexos.pdf

 

 

SNCF

 

 

 

 

----------------------------------------------------------------------

Tout près de l’église en bordure de route se trouve une stèle, en pierres extraites du rocher, élevée et inaugurée le 28 juillet 1946 à la mémoire du Docteur Marcel François RINGUET médecin bienfaiteur enlevé à son domicile le 1 juin 1944 par la police allemande ( présente et contrôlant en gare de Lexos à ce moment); il meurt dans le dernier train de déportés partant de COMPIEGNE le 2 juillet 1944 pour DACHAU en Allemagne. (Compiègne regroupait les ennemis politiques de l’Allemagne qui avaient été dénoncés). Partant à 2166 dans les wagons surchargés, ils arrivèrent vivants 1630 et 536 moururent durant le transport.

D’après le récit de rescapés, le Docteur RINGUET mourut d’épuisement, étouffé dans un wagon près de la gare de REVIGNY aux environs de REIMS le 3 juillet 1944, lors d’un des innombrables arrêts du convoi dus aux coupures de voies provoquées par les bombardements aériens et cela sous la chaleur torride de début de l’été. Sa dépouille fut retirée du wagon pour être hissée dans un autre avec d’autres victimes pour continuer vers Dachau où son corps fut incinéré. Très estimé et vénéré dans le pays, le docteur Ringuet était venu tout jeune à Lexos vers 1906 où il exerça jusqu’à son enlèvement. Il avait 68 ans et était décoré de la Croix de guerre de 1914-1918 et de la Légion d’Honneur. ( lire « le train de la mort » de Christian BERNADAC - éditions FRANCE EMPIRE; « VAREN » de Félix BOUZINAC ; « le convoi de la mort du 2 juillet 1944 » par un survivant Albert CANAC dans la Revue du Tarn N°24 de décembre 1961 et « L’attente de la mort dans les camps du Neckar » par le Dr BENT qui évoque le Dr RINGUET ).

- Jean-Paul MARION – 81170 MILHARS



27/02/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 113 autres membres