RAIL et MEMOIRE

RAIL et MEMOIRE

SEMARD Pierre

SEMARD Pierre

photo IHS CGT Cheminots

 

Embauché « aux écritures » en 1911 puis affecté au « service des trains » en 1915                  

Secrétaire Général du Parti Communiste Français de 1924 à 1928

Secrétaire Général de la CGT Cheminots en 1934                                                                                

conseiller général de Drancy  en 1935         

il fut l'un des quatre administrateurs de la SNCF à sa création

 

Date de naissance : 15 Février 1887

Lieu de naissance :  BRAGNY SUR SAONE (71)

Date de décès : 7 mars 1942

Lieu de décès : EVREUX (27)

Circonstances : Fusillé

 

 

 

 

Méthode  de recherche Rail & Mémoire pour cette notice :

 

Relevé de la plaque de la gare de EVREUX

Le Maitron => Cheminots et Militants, un siècle de syndicalisme ferroviaire, sous la direction de Marie-Louise GOERGEN, Collection Jean MAITRON (Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, Les Editions de l'Atelier, 2003

 

Marie Louise GOERGEN : Cheminots engagés 9500 biographies en mémoire

Collection Maîtron Editions de l'atelier 2007 (avec CD rom)

http://railetmemoire.blog4ever.com/blog/lirarticle-203016-771697.html

 Plaque en hommage à Pierre SEMARD Siège Fédération CGT Cheminots (Cliquez ici )

Cadre Hommage à Pierre SEMARD : IHS CGT Cheminots (cliquez ici)

Cheminot résistant, né le 15 février 1887 en Saone et Loire d'un père cantonnier et d'une mère garde-barrière. Il a été secrétaire général de la Fédération CGT

Il entre au chemin de fer en 1911, aux écritures. En 1915 il est versé au service des trains. Opposé au RIF, il ira à la prison de la Santé en 1927 et sera libéré en 1928. Il sera révoqué du Conseil d'Administration de la SNCF pour avoir signé des tracts appellant à la grève en 1938. Il sera même traduit devant le Conseil de discipline.

De nouveau arrété en 1939 il retourne à la Santé. En 1940, deuxième révocation de la SNCF et transfert à Fresnes puis Bourges. Ses proches seront aussi victimes de la répression. Il sera transféré à Gaillon début 1942 et se retrouvera avec les droits communs. Transféré le 6 mars 1942 à Evreux, il sera fusillé le lendemain à la demande des autorités allemandes en tant qu'otage. Sa mort sera un choc pour la corporation.

Plusieurs places ou rues de la gare furent renommées en hommage à Pierre Semard. Mais certaines plaques comportent des erreurs ...

 

 

 

Pierre SEMARD écrivait le 07 Mars 1942 :

 

" Je meurs avec la certitude de la libération de la France
Dites
à mes amis les cheminots qu'ils ne fassent rien qui puisse aider les nazis
Les cheminots me comprendront, ils m'entendront, ils agiront ! J'en suis convaincu
Adieu chers amis, l'heure de mourir est proche.
Mais je sais que les nazis qui vont me fusiller sont déjà vaincus
et que la France saura poursuivre le bon combat..."

 

Note complémentaire

Marie Louise GOERGEN : Cheminots engagés 9500 biographies en mémoire

Collection Maîtron Editions de l'atelier 2007 (avec CD rom)

http://railetmemoire.blog4ever.com/blog/lirarticle-203016-771697.html

 

 

SEMARD Pierre, Victor.

Né le 15 février 1887 à Bragny-sur-Saône (Saône-et-Loire), mort le 7 mars 1942 à la prison d'Évreux (Eure), fusillé ; secrétaire général de la Fédération des cheminots ; secrétaire général du Parti communiste (1924- 1928).

Le nom de Semard, certainement l'un des plus familiers — nombre de cités, places et rues portent son nom — est devenu, après 1945, emblématique de l'action syndicale et patriotique des cheminots. Semard est un des dirigeants ouvriers dont le souvenir a été entretenu durablement, dans les années d'après-guerre, par des commémorations organisées par le PCF et la CGT. Pourtant la personne de Semard, ainsi que son rôle, comme dirigeant, sont peu ou mal connus.

Pierre Semard passa son enfance dans la campagne bourguignonne. Son père, cantonnier des chemins de fer, était un bon vivant qui regrettait l'Algérie où, comme militaire, il avait passé sa jeunesse et gardé des attaches. Sa mère, garde-barrière, était autoritaire et plutôt revêche. Le jeune garçon, malgré de bons résultats scolaires dut, sitôt passé son certificat d'études, quitter sa famille pour aller travailler. Dès 1898 il commença à travailler, dans l'Yonne, chez un notaire, puis chez de nombreux employeurs où il exerça des activités subalternes. .

suite CD ROM Cheminots Engagés



16/05/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 116 autres membres