RAIL et MEMOIRE

RAIL et MEMOIRE

SONDAG Joseph

SONDAG Joseph


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cantonnier à VILLEPERDUE  (37)

 

 

 

Date de naissance : 13 mars 1921

Lieu de naissance : LAUMESFELD (57)

Date de décès : 25 aout 1944

Commune du décès : MAILLÉ  (37)  Indre-et-Loire

Circonstances : massacré avec les 124 habitants de la commune

 

 http://famillemaasboutet.free.fr/canton1.htm   il serait natif de LAUMESFELD (57) mais orthographié SONTAG .

 

Méthode de recherche Rail & Mémoire pour cette notice :

 

 

 

 

Relevé de la plaque de  Bollwiller  57

 

Relevé de la gare de Maillé > MAILLÉ (37)

 

Photo ; « Aout 1944, MAILLE du crime à la Mémoire », Sébastien CHEVEREAU  /  Edition ANOVI > page 85

« Aout 1944, MAILLE du crime à la Mémoire », Sébastien CHEVEREAU

 

Sites Internet

 

Mémorial Gen Web http://www.memorial-genweb.org/~memorial2/html/fr/index.php

 

http://www.memoresist.org/spip.php?page=oublionspas_detail&id=1767

 

http://www.maille.fr/

 

http://www.fndirp.asso.fr/maille.htm

 

http://famillemaasboutet.free.fr/canton1.htm

 

 

-------------------------------

 

 

 

Joseph Sondag « revenait de toucher sa paye à Noyant et rentrait à son domicile de Buxueil (Vienne), il passait à côté de Maillé où il dut aller se cacher de peur de se faire arréter étant Lorrain, pouvant être ramassé et mis dans l’armée allemande.  Là, il fut emmené avec six autres de la société des chemins de fer français, mitraillé et brulé avec des plaquettes de phosphore, n’étant même pas achevé de mourir. Il reste de lui comme souvenir un morceau de portefeuille, ses brodequins, un morceau de sa culotte, une montre et son chapelet sont brulés mais on peut encore voir un peu le cadran de sa montre et les graines du chapelet noircies »

 Témoignage par courrier couple THIRY publié page  85 /86 Aout 1944, MAILLE du crime à la Mémoire », Sébastien CHEVEREAU 

 

 

il se réfugie dans la cave du garde-barrière Yvon MILLORY route de Draché à Maillé (37) en compagnie de Pierre GRANET, Auguste THERMEAU, Baptiste SORNIN, Achille BARÉ et André CHEVILLARD et sont emmenés par deux soldats allemands qui les tuent d'une rafale de pistolet mitrailleur près de la poste. »

 

 

 



27/11/2012
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 113 autres membres