RAIL et MEMOIRE

RAIL et MEMOIRE

SOYEUX Roland

SOYEUX Roland

 

 

 

Cheminot à REIMS (51)

 

Date de naissance : 16 janvier 1912

Lieu de naissance : REIMS (51)

Date de décès : 14 septembre 1942

Lieu de décès : AUSCHWITZ   (Pologne)

Circonstances : Mort en déportation

Enregistré à AUSCHWITZ sous le matricule 46113 (probable)

 

Cheminot du convoi des 45000

 

 

Méthode  de recherche Rail & Mémoire pour cette notice :

 

Livre Mémorial FMD Tome I page 446

Relevé Plaque de Gare de Reims

Recherche Mme HUSSON

 

 

Marié, père de 2 enfants nés en 1934 et 1936

Employé à la SNCF, il fait partie de la cellule d'entreprise des cheminots. Il est signalé par les services de police comme militant très actif, en particulier pour ses prises de position contre les Accords de Munich.

Après l'armistice de 1940, il fonde avec rené Manceau et maurice Roussel ( arrêtés et déportés en même temps que lui ), Gaston Lelaurain ( arrêté dès le 24 juin 1941 et déporté en 1943 à oranienburg où il est mort en 1945 ) le premier groupe de résistance de la SNCF et il participe à des distributions de tracts et de journaux clandestins.

Il fait partie des 18 marnais arrêtés le 26 février 1942 par les autorités allemandes à reims et à Châlons-sur-marne dans la communauté juive et parmi les militants syndicaux et politiques, en représailles après des attentats contre des soldats allemands à Chalon-sur-saône et à Montceau-les-Mines.

Après avoir été interné à Compiègne, il a été déporté à Auschwitz par le convoi du 6 juillet 1942, comme otage et déporté résistant. Il a été immatriculé à Auschwitz sous le numéro 46 107

Il est mort à auschwitz le 14 septembre 1942.

Une plaque commémorative est apposée en 1947 par la municipalité de Reims, à son domicile 62, rue du docteur Thomas.

Son nom figure sur la plaque commémorative en gare de reims « à la mémoire des agents de la SNCF tués pour faits de guerre 1939-1945 ».

Sources : 

- Notice biographique dans L'Union du 19 juillet 1946.

- Recensement par André Aubert des déportés marnais non rentrés.

- Livre – Mémorial des déportés de France, FMD, 2004.

- Archives COSOR.

- Cardon-Hamet Claudine, Les "45 000", Mille otages pour Auschwitz, Le convoi du 6 juillet 1942, éditions Graphein, 1997, 557p.

 

 

 

Cheminot SNCF, il est un militant très connu de la cellule d'entreprise du Parti communiste, notamment au moment des accords de Munich (septembre 1938). Après l'armistice, il fonde le premier groupe de résistance de la SNCF, avec Maurice Roussel, René Manceau (eux aussi déportés le 6 juillet 1942), et Gaston Lelaurain (arrêté dès le 24 juin 1941, déporté en 1943 à Oranienbourg où il est mort en 1945).

 

Roland Soyeux est arrêté par des soldats de la Feldgendarmerie, comme 17 autres marnais, le 26 février 1942, à son domicile, le matin, après son travail de nuit. Il est détenu à la prison Robespierre de Reims, avant d'être interné au camp de Royallieu à Compiègne le 5 mars 1942. Il meurt à Auschwitz le 14 septembre 1942

Une plaque commémorative est apposée à son domicile, 62 rue du Dr Thomas. "Ici demeurait Roland Soyeux, patriote mort en déportation au camp de Birkenau (Allemagne) 1912-1943. Son nom figure sur la plaque commémorative apposée en gare de Reims : "A la mémoire des agents SNCF tués pour faits de guerre".

 

Sources :

Recherche de Mme Jocelyne Husson, professeur à Reims. Liste (incomplète) du convoi (archives FNDIRP). Fichier national des déplacés de la Seconde guerre mondiale (archives des ACVG). Les Livres des morts d'Auschwitz.



08/01/2009
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 113 autres membres