RAIL et MEMOIRE

RAIL et MEMOIRE

TASCHER Narcisse

TASCHER Narcisse

 

Cheminot à LAVAL (53)

 

Date de naissance : 29 juin 1889

Lieu de naissance : BRUZ (35)

Date de décès : 12 mars 1945

Lieu de décès : HAMBURG (Prison de)

Circonstances : Mort en Déportation

Enregistré à NEUENGAMME sous le matricule 43690

 

 

 

Méthode  de recherche Rail & Mémoire pour cette notice :

 

Relevé de la gare de Laval

Livre Mémorial FMD Tome III page 289

Thomas et Legrand - -"39-45 Finistère" - Le Finistère dans la guerre" -Éditions de la Cité  p308

Site : http://assoc.orange.fr/memoiredeguerre/convoi44/list-dep-train-tu.htm

 

 

Le dernier convoi de déportés de Rennes  dit "train de Langeais"
Dès le débarquement du 6 juin 1944, les polices allemandes de Bretagne regroupent sur Rennes la plupart de ses prisonniers résistants détenus jusqu'alors dans les prisons des autres départements bretons.

La veille de la Libération de la ville, les 3 et 4 août 1944 . Plus de 1500 personnes sont déportées vers l'Allemagne. On peut estimer que plus de la moitié d'entre-eux ne sont pas revenus des camps de la mort.
A la fin de Juillet 1944, devant la progression des Américains, les Allemands vident les prisons de Bretagne et regroupent les prisonniers sur Rennes. Début août, les Alliés se trouvent aux portes de Rennes. Tous les prisonniers politiques détenus dans la prison Jacques Cartier et du camp de détention de Margueritte ainsi que des  prisonniers de guerre alliés et des soldats allemands condamnés à passer devant le conseil de guerre, sont embarqués dans deux convois en direction de Redon.

Le dernier convoi passe à Messac 3 heures avant le passage d'une colonne américaine

A Nantes de nouveaux détenus sont embarqués. Au Lion-d'Angers, les deux convois sont réunis.

Le train camouflé sous des branchages et surveillé par des sentinelles, une pièce de D.C.A.  immobilisé par la destruction du pont de Cinq-Mars-la-Pile,  subit un mitraillage de l'aviation anglaise à Langeais les 6 et 7 août. Plus de 300 prisonniers réussirent à s'échapper. On relèvera 19 morts et 70 blessés . Les détenus sont alors conduits en camion ou à pied, à Saint-Pierre-des-Corps, près de Tours, où les attend un nouveau convoi. Ce dernier vient semble-t-il d'Angers.

Il repart le 7 août avec d'autres personnes arrêtées  dans le Maine-et-Loire, dans la Mayenne, en Charente-Maritime (venues de Poitiers), dans les Deux-Sèvres et en Indre-et-Loire. Dans ce groupe, figure une

quarantaine de gendarmes et de policiers de ce dernier département, raflés le 27 juillet 1944 à Loches, par la Gestapo et la Feldgendarmerie assistées de la Milice, avec une cinquantaine d'habitants ensuite relâchées.1
Le "voyage" pour atteindre Belfort durera 13 jours.

Certains furent libérés par miracle par un "Malgré-nous" à Belfort, mais la majorité  des déportés furent dirigés vers Natzweiller, Neuengamme, Dachau et Ravensbrück. 

Le 29 août 1944, le convoi n° 453 part de Belfort avec 702 prisonniers dont 639 Français. Il arrivera au  KL Neuengamme le 1er septembre .(Matricule 43475 à 44334)

 

Narcisse Tascher figure  sur le monument aux morts de Le Genest-Saint-Isle 53940.

 

PHOTOS PRISE par Rail & Mémoire en GARE DE LANGEAIS

 

 



27/12/2009
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 116 autres membres