RAIL et MEMOIRE

RAIL et MEMOIRE

THIEUX Louis-Auguste

THIEUX Auguste Louis


Photo coll THIEUX pour R&M 


 

Mécanicien de route au Dépôt d'AMIENS (80)  

 

Date de naissance : 29 janvier 1895

Lieu de naissance : AMIENS (80)

Date de décès : 18 février 1944

Lieu de décès : AMIENS (80)

Circonstances : tué au cours du bombardement aérien de la prison d'Amiens, Opération Jéricho, destinée à libérer les prisonniers résistants dont il faisait partie. 

Méthode de recherche Rail & Mémoire pour cette notice : 

Relevé de gare d'Amiens 80

Contact Famille : Guy et Margot THIEUX,  son fils,  avec tous nos remerciements

Archives familiales …

 

 -------------------------- 

Auguste THIEUX  était mécanicien de route au dépôt d'Amiens. 

Son père était compagnon du tour de France, cordonnier et sa mère tenait un café auberge qui devint vite la « Cayenne » des apprentis compagnons de passage à Amiens. 

 Très jeune, dès son certificat d'étude en poche,  Auguste, très bon élève, commence à travailler comme coupeur de chemise dans une entreprise de confection. 

 D'un esprit ouvert,  attiré par la vie des apprentis qu'il fréquente, il adhère aux idées progressistes de ce milieu qui œuvre pour l'entraide et la fraternité. 

 Il est mobilisé en 1915 au 120 eme régiment d'infanterie et traverse la guerre , il en sort avec une blessure et un sentiment de révolte puisque dans son unité, on fusille pour l'exemple certain de ces camarades . 

A son retour, Il décide de travailler aux chemins de fer, pour conduire les locomotives, c'est un métier  prestigieux et moderne. Et s'embauche en février 1919. 

Il commence par être manœuvre puis chauffeur, l'homme chargé de pelleter le charbon. et très rapidement adhère au parti communiste où il restera adhèrent et militant jusqu'à l'interdiction de 1940. Par son intelligence et la qualité de son travail, il devient rapidement élève mécanicien, puis aide  et enfin mécanicien de route. 

 le 15 novembre 1919, il se marie avec Andrée Juliette Alfréda  GRENU née le 16 décembre 1902 à Amiens, institutrice. Le couple aura deux enfants,  Andrée née le 21 janvier 1922 et Guy né le 08 février 1932. La famille réside 134 route de Doullens à Amiens. 

 La guerre de 39/40 rattrape  Auguste THIEUX  qui rapidement va tenter et réussir  à rentrer dans un mouvement de résistance. 

Comme la famille possède au bord de la mer, un petit chalet à Merlimont,  il fait souvent le déplacement et note l'avancement de la construction des défenses et des blockhaus allemands sur les dunes ainsi que celles  du terrain d'aviation que ces derniers construisent, il  transmet ses informations qui parviennent aux alliés. 

 En 1942 il fait alors partie d'une filière d'évasions et cache des  pilotes anglais dans le tender de sa locomotive, après les avoir habillés en cheminots. 

Très certainement suite à une dénonciation,  Il est arrêté par la gestapo le jour de son anniversaire, le 29 janvier 1944, à son domicile, en présence de sa famille. Sa fille qui a vu la voiture des allemands arriver et qui est au courant de ses activités de résistant, lui propose de s'échapper. Pour protéger les siens, il refuse et attends les allemands. 

  Incarcéré à la prison d'Amiens, au secret, son épouse met plus d'une semaine à le retrouver et obtient avec l'aide du préfet de la Somme un droit de visite, sous surveillance d'une «  souris grise ». La communication est réduite au strict minimum, voire impossible,  deux semaines plus tard, Mme Thieux reçoit un courrier l'invitant à venir chercher les affaires de son époux ce qui laisse craindre à la famille une exécution ou une déportation imminente. Elle se rend à la prison le 18 février au matin. Cette fois il n'y a pas de visite … 

 Le 18 février 1944 à midi, la prison d'Amiens est bombardée par la RAF lors de l'opération RAMROD 564 dite JERICHO organisée pour libérer la centaine de résistants  Français qui doivent  y être exécutés par les allemands.

 Si de nombreux résistants réussissent à s'enfuir pendant ce bombardement,  Auguste THIEUX, prisonnier politique résistant, est tué dans le bombardement de la prison.

Son corps, décapité, est identifié par la famille grâce au pull-over tricoté par sa fille Andrée, 22 ans. 

Il est inhumé Plaine D - Allée des Coquelicots cimetière St Pierre d'Amiens (80) 

---------------------------------------- 

Le nom d'Auguste THIEUX figure sur la stèle de l'Etablissement de Maintenance et de Traction de Haute-Picardie à Amiens (39, rue Riolan) et sur le Monument aux Morts de la Gare du Nord d'Amiens.


                                                 



Carte de circulation ausweis de Auguste THIEUX



19/02/2010
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 116 autres membres