RAIL et MEMOIRE

RAIL et MEMOIRE

VEYRAT Jean

VEYRAT Jean 

artimage_203016_1141209_201004113946322.jpeg

 

Cheminot, Employé de bureau Comptable à Grenoble

 

Méthode de recherche Rail & Mémoire pour cette notice :

 

Relevé de la plaque de Gare de Grenoble 

Revue Notre Métier N° 24 du 20 juillet 1945

Centre Archives Historiques de la SNCF : Le Mans : CAHLM , (en ligne), Cote 118LM109/1

Site Internet :

SGA DMPA AC-21P-167716

Memorial Gen-Web

http://www.guiderama-guide-accompagnateur.com/jean-prevost-resistance.htm

http://museedelaresistanceenligne.org/musee/doc/pdf/74.pdf

Cité dans le DVD-Rom La Résistance dans la Drôme et le Vercors, édition AERI-AERD, 2007 Auteur : Gilles Vergnon.

 

 

-------------------------------------------

 

 

Date de naissance :14 janvier 1913

Lieu de naissance : Lyon (69)

Date de décès : 01 aout 1944

Lieu de décès : Sassenage (38)  

Circonstances : fusillé par les allemands

 

 

----------------

 Jean VEYRAT  était cheminot à Grenoble, où il était Employé de bureau Comptable. Il était  marié, le couple avait deux enfants âgés de  7 et 11 ans en 1944.

La famille était domiciliée au 16 rue de Strasbourg à Grenoble.

 

 

 Très tôt il rejoint les rangs de la Résistance, et devient un des organisateurs des Maquis de la région, afin de procurer un abri aux Jeunes menacés par le STO .

Le 03 mars 1943, il est arrêté suite à une dénonciation par les autorités d’occupation Italienne pour «  avoir aidés des travailleurs français devant se rendre en Allemagne à se soustraire à leurs obligations » il est incarcéré et emprisonné en Italie d’ où il réussit à s’évader . il rejoint le Vercors et participe à l’organisation dans le secteur de Romans des Groupes-Francs.

Il est blessé,  à Roanne,  lors de sa deuxième arrestation par la milice ; mais il parvient à leur échapper.

 Il rejoint le Vercors où , devenu Lieutenant FFI, il fait partie de l’équipe de commandement et sert sous les ordres de l’écrivain Jean PREVOST dit Capitaine Goderville au Maquis du Vercors. (L’ inventeur du plan Montagnards destiné à faire du Vercors une base d'accueil et d'opérations pour des parachutistes alliés.)

 Le 1er août 1944 ; après la chute du Vercors, réfugiés dans une grotte,  Ils tentèrent une sortie dans le but de  rejoindre les maquis de l’Isère et continuer le combat. A la sortie des gorges d’Engins, au Pont Charvet sur la commune de Sassenage, Jean Veyrat et ses compagnons tombent sur une patrouille allemande, et sont abattus au cours d’un bref combat.

  

Il fut d’abord Inhumé à Grenoble le 31 octobre 1944, carré 19 tombe 4968, puis exhumé le 19 juillet 1950 , son corps repose à la Nécropole Nationale de  Saint-Nizier-du-Moucherotte  créée en 1947 ou ont été regroupés  100 Français et 2 Yougoslaves combattants du Vercors en 1944 .

 

  Une rue Jean VEYRAT honore sa mémoire à Grenoble

 

 

NM 24 20 07 45JPG.JPG

 

-----------------------------------------------------

 

 

http://museedelaresistanceenligne.org/musee/doc/pdf/74.pdf

« Le 9 juin 1944, la mobilisation des Résistants est décrétée sur tout le Massif. Les diverses compagnies civiles se rassemblent et vont occuper les sous-secteurs qui leur sont attribués par F. Huet.

Les groupes francs déjà mobilisés sont rassemblés pour former la compagnie Jean Prévost (Goderville, du nom d’un village normand du Pays de Caux auquel il est familialement attaché).

J. Prévost est un ami de P. Dalloz, l’initiateur du Projet Montagnards en 1943. Il a été un membre actif du premier comité de combat du Vercors.

C’est un brillant intellectuel, au dynamisme reconnu, officier de réserve, qui demande que lui

soit confié un poste de commandement.

 Cette unité est complétée par quelques nouveaux maquisards, arrivés début juin. J. Prévost est secondé par des jeunes chefs comme Louis Bouchier et Jean Veyrat qui deviennent ses lieutenants.

Les groupes francs sont attachés à leurs chefs respectifs. Autonomes, voire parfois

indépendants, ils accueillent avec une certaine réticence la désignation de leur nouveau

capitaine.

Dès le premier engagement, le voile se déchirera et J. Prévost deviendra un chef

incontesté et apprécié du fait de ses qualités humaines et de son autorité naturelle.

 

 

 

http://www.guiderama-guide-accompagnateur.com/jean-prevost-resistance.htm

 « Après la dislocation du maquis, Jean Prévost trouve refuge avec un petit groupe à la Grotte des Fées, au-dessus du hameau de La Rivière. Il tombe sous les balles le 1er août au Pont Charvet, près de Sassenage, avec quatre de ses camarades (André Jullien du Breuil, Afred Leizer, Charles Loysel et Jean Veyrat.

 

 

http://jaimelesmuseesetvieillespierres.blogs.midilibre.com/archive/2011/07/03/necropole-de-saint-nizier-de-moucherotte.html

La résistance héroique de ces hommes dirigés notamment par l'écrivain Jean Prévost (Capitaine Goderville), le Général Costa de Beauregard, le Capitaine Brissac et les lieutenants Chabal et Bouchier-Veyrat, constitue une des plus belles pages de la Résistance Française.

 

 

-------------------------------------

 

 

Capture1.JPG
ICI TOMBERENT POUR LA LIBERTE ET POUR LA FRANCE

LE 1ER AOUT 1944 A 7 HEURES DU MATIN CINQ COMBATTANTS DES MAQUIS DU VERCORS

JEAN PREVOST

CHARLES LOYSEL

ANDRE JULLIEN DU BREUIL

JEAN VEYRAT

ALFRED LEYSER

  

PASSANT ARRETE-TOI

 

 



26/08/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 112 autres membres