RAIL et MEMOIRE

RAIL et MEMOIRE

HUGUET Jean

 

HUGUET Jean

 

Mineur Division des études Paris (75)

 

Date de naissance : 10 mai 1922

Lieu de naissance : Amiens (80)

Date de décès : 05 Juin 1944

Lieu de décès : GUSEN

Circonstances : Mort en Déportation

 

FILS DE HUGUET GASTON VOIR CETTE NOTICE (cliquez ici )

 

 

 

 

Méthode de recherches Rail & Mémoire pour cette notice :

Notre Métier  N° 27 du 07 sept 1945

Livre mémorial de la FMD page 51 tome 2

 

 Jean Huguet est un jeune cheminot , il travaille en tant que mineur à la direction des études à Paris , probablement avec son père, Gaston.

Il est réfractaire au STO il est domicilié rue Phanie Leleu à Taverny.  Arrêté en septembre 1943, il est déporté par le convoi  I 172 parti de Compiègne le 22 janvier 1944 à destination de  BUCHENWALD où il est enregistré sous le numéro de matricule 42070. Apres la quarantaine, il est transféré à MAUTHAUSEN puis GUSEN II * , il est affecté au creusement des tunnels… Il  décède le 05 juin 1944.

Notre Metier n 27 du 7 septembre 1947

 

 

 

* A Gusen, les Nazis exploitent les carrières de granit, grâce notamment à l'envoi dès 1940 de milliers de Républicains espagnols. A partir de 1943, les détenus y sont massivement utilisés dans les usines installées par les firmes Steyr, Daimler, Puch et Messerschmitt pour la fabrication des pièces de fusils et des moteurs d'avions. En 1944, pour parer aux attaques aériennes, des galeries souterraines abritent progressivement des chaînes de montage. Gusen II voit ainsi le jour pour recevoir les milliers de prisonniers nécessaires à ces travaux de creusement.

 

 

HUGUET Jean

Né le 10 mai 1922 à Amiens (Somme) – Mort en déportation le 5 juin 1944 à Gusen (Autriche).

Jean (Louis) Huguet est un jeune célibataire de 21 ans, employé à la SNCF à Taverny (Seine-et-Oise) où, pendant la Seconde Guerre mondiale, il réside le long de la voie ferrée, au 25, rue Phanie-Leleu. Le 15 juin 1943, il signe son contrat de travailleur requis pour l’Allemagne, document qui porte le cachet de la SNCF, service Exploitation, région du Nord, au bureau de placement allemand du 129, boulevard Lafayette, dans le xe arrondissement de Paris. Il part à Hambourg pour occuper un emploi d’ouvrier au service marchandises de la Reichsbahn, au service marchandises. Revenu en France à une date inconnue, il entre alors au réseau belge de renseignement Zéro-France.

Il est arrêté au début du mois d’octobre 1943, à Paris, sans doute au cours d’une réunion de membres de la Résistance. Le 8 octobre, son père, Gaston Huguet*, inspecteur de 1re classe à la SNCF et chef de secteur de Zéro-France, est lui aussi arrêté par la police allemande à son bureau à Paris. Interné à Fresnes, Jean Huguet est ensuite conduit à Compiègne-Royallieu, avant sa déportation le 22 janvier 1944 aux côtés de plus de 2 000 hommes dans un wagon de marchandises d’un convoi en direction de Buchenwald. Deux jours après, il y reçoit le matricule 42070 et il est affecté au Block 57. Le 9 février 1944, il peut écrire quelques lignes à sa mère : « Chère Maman, je suis très content de pouvoir te donner de mes nouvelles. Je suis à Weimar en bonne santé, on peut envoyer des paquets de ravitaillement aussi lourds que vous pouvez, les lettres doivent être écrites en allemand, les paquets expédiés par chemin de fer en recommandé ou express. J’ai vu papa à Compiègne, il va bien et j’espère le voir ici. J’espère que tu es en bonne santé et je te demande d’avoir du courage et de l’espoir. Ton fils qui t’aime de plus en plus et t’embrasse bien. Jean. »

De Buchenwald, Jean Huguet ne connaît que le camp central. Dès le 22 février, il est embarqué avec un groupe de 500 détenus sur un wagon découvert en direction de Mauthausen, où il devient le matricule 53830. Le 16 mars, son père s’éteignait à Buchenwald. Après une période de quarantaine, Jean est envoyé au camp de Gusen avec 359 autres détenus le 28 avril 1944. Il y est utilisé comme dessinateur (Zeichner), profession qui avait été enregistrée à son arrivée, et travaille à la production d’armes pour le compte de la firme Messerschmitt qui fabrique notamment les avions de chasse Me 109 et Me 262. Jean Huguet meurt au Block 30 de Gusen le 5 juin 1944.

Reconnu « Mort pour la France », décoré de la Croix de guerre, le titre de Déporté résistant lui a été attribué en 1952.

Adeline Lee

Sources : SNCF, CXXV.2 118 LM 108/1 ; SHD DAVCC, 21 P 466520, 21 P 566515 (dossier de Gaston Huguet), MA 11/4, 16/2, 26/6, 26/13, 21 P 1132 (registre original du camp de Mauthausen), 26 P 2271 (Häftling Personalkarte) ; AP P. S. Choumoff ; RM ; CGC ; FMD.

 

Livre : CHEMINOTS VICTIMES DE LA RÉPRESSION 1940-1945 MÉMORIAL PERRIN / SNCF

 



29/05/2012
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 207 autres membres