RAIL et MEMOIRE

RAIL et MEMOIRE

PERRIOT Lucien

PERRIOT Lucien

 

Ouvrier Ferreur aux Ateliers Matériel Roulant de Drancy  (93)

 

Date de naissance : 17 janvier 1896

Lieu de naissance : FONTAINE FRNACAISE (21)

Date de décès : 2 septembre 1942

Lieu de décès : AUSCHWITZ

Circonstances : Mort en Déportation

Enregistré à AUSCHWITZ sous le matricule 45 969 (à confirmer)

 

Cheminot du Convoi des 45 000

 

 

Méthode de recherches Rail & Mémoire pour cette notice :

 

Le Maîtron CD  => Cheminots engagés (voir notre bibliographie)

Pierre LABATE in AD Paris  note du 17 nov1941 application du décret du 18 nov 1939  occupation allemande

Site Mémoire Vive => http://dev.memoirevive.org/biographies/45969.html

 

 

Notice Mémoire Vive :

 

Né le 17 janvier 1896 à Fontaine-Française (Côte-d'Or - 21), il est le fils d'un plâtrier.
Il est mobilisé sur le front au cours de la guerre 1914-1918.
Au moment de son arrestation, il est domicilié au 6, rue Myrrha à Paris 18e (75).
Il est ouvrier ferreur à la SNCF, aux ateliers du matériel roulant de Drancy* (Seine-Saint-Denis - 93).
C'est un militant syndicaliste, secrétaire du syndicat CGT du dépôt du Bourget durant plusieurs années.
Pendant la "drôle de guerre", bien qu'ancien combattant de la précédente, il est mobilisé dans une unité d'infanterie.
Sous l'occupation, il œuvre à la réorganisation syndicale des ouvriers dans les ateliers.
Il est arrêté sur son lieu de travail.
Le 17 octobre 1941, date correspondant probablement à son arrestation, le préfet de police de Paris signe l'arrêté ordonnant son internement administratif. Le 10 novembre 1941, il fait partie d'un groupe de 58 militants communistes transféré au « centre de séjour surveillé » (CSS) de Rouillé, au sud-ouest de Poitiers (Vienne - 86).
Le 22 mai 1942 - avec 148 autres internés qui seront pour la plupart déportés avec lui - il est remis aux autorités d'occupation à la demande de celles-ci et conduit au camp allemand de Royallieu à Compiègne (Oise - 60), administré et gardé par la Wehrmacht (Frontstalag 122 - Polizeihaftlager).
Entre fin avril et fin juin 1942, il est sélectionné avec plus d'un millier d'otages désignés comme communistes et une cinquantaine d'otages désignés comme juifs dont la déportation a été décidée en représailles des actions armées de la résistance communiste contre l'armée allemande (en application d'un ordre de Hitler).
Le 6 juillet 1942 à l'aube, les détenus sont conduits sous escorte allemande à la gare de Compiègne et entassés dans des wagons de marchandises. Le train part une fois les portes verrouillées, à 9 h 30. Le voyage dure deux jours. N'étant pas ravitaillés en eau, les déportés souffrent principalement de la soif.
Le 8 juillet 1942, Lucien Perriot est enregistré au camp souche d'Auschwitz (Auschwitz-I) ; peut-être sous le numéro 45969, selon les listes reconstituées (sa photo d'immatriculation n'a pas été retrouvée).
Il meurt à Auschwitz le 2 septembre 1942, d'après les registres du camp.
À Drancy, son nom a été donné à une école primaire, démolie, puis reconstruite en 1986, rue Raymond-Lefèvre. Sa mémoire « est honorée lors de la cérémonie du 8 mai, chaque année ».
La mention "Mort en déportation" est apposée sur son acte de décès (J.O. du 8-03-1997).

 

 

Notice Maîtron :

 

PERRIOT Lucien.

Né le 17 janvier 1896 à Fontaine-Française (Côte-d'Or), mort en 1942 à Auschwitz (Pologne) ; cheminot ; syndicaliste unitaire.

Fils d'un plâtrier, Lucien Perriot, employé à la Compagnie des chemins de fer du Nord depuis 1919, domicilié à Paris (XVIIIe arr.), était en 1926 ouvrier au service du matériel roulant aux ateliers du Bourget. À cette date, il était secrétaire du syndicat unitaire des cheminots du Bourget et l'un des fondateurs de la cellule communiste de la gare du Bourget-Drancy dont le bulletin s'intitulait l'OEil de Moscou (voir Jean-Baptiste Laumond). En juillet 1925, il avait assisté au congrès contre la guerre tenu à Paris. Il resta sans doute militant communiste mais nous n'avons pas de précisions sur ses activités entre 1926 et la guerre.

Lucien Perriot fut arrêté le 8 septembre 1941 pour distribution de tracts et quêtes pour les internés politiques. Il séjourna aux camps de Rouillé et Compiègne avant d'être déporté le 6 juillet 1942 à Auschwitz où il mourut peu après.



20/12/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 118 autres membres