RAIL et MEMOIRE

RAIL et MEMOIRE

CASSETARI Paul

 CASSETARI  Paul André

 

CASSETARI Paul 001.jpg

                                                                                                                                        Photo Coll Famille Cassetari pour R&M 

 

 

 

Cheminot, Conducteur à NIMES puis  AVIGNON (84)

 

Date de naissance : 3 janvier 1900.

Lieu de naissance : Sollacaro (20)

Date de décès :  le 8 février 1944

Lieu de décès : BUCHENWALD

Circonstances : Mort en déportation

 

 

 

 

 

 

 

Méthode  de recherche Rail & Mémoire pour cette notice :

 

Relevé de la plaque SNCF de la gare d' Avignon

Livre mémorial de la FMD

CONTACT FAMILLE :  Sa fille LAURE, avec tous nos remerciements pour son aide et sa gentillesse , tous les documents présentés sont extrait du livre qu elle a ecrit et fait publier . (Livre totalement épuisé , il reste les bouquinistes , le Net   et la chance  ...)

 

Site internet :  L Insurgé http://bataillesocialiste.wordpress.com/revues/linsurge/

 

 CAHLM Centre Archives Historiques Le Mans SNCF (en ligne) cote 118LM108/1      

Site Internet /   FOLD3 HONORS  http://www.fold3.com/document/234160826/

 

 Site internet ; http://rail-en-vaucluse.blog4ever.com/blog/lirarticle-141963-515885.html

                       http://www.ac-nice.fr/picasso/matieres/histoire/HP-sollacaro/village.html

 

 

Le Maitron => Cheminots et Militants, un siècle de syndicalisme ferroviaire, sous la direction de Marie-Louise GOERGEN, Collection Jean MAITRON (Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, Les Editions de l'Atelier, 2003

 

 

---------------------------

 

  

Paul André Cassetari est né le  03 janvier 1900 à Sollacaro en Corse, à 13 ans il quitte son ile pour fuir  "A MISERIA" et rejoindre clandestinement Marseille. Depuis son plus jeune age, il est révolté par la misère et les injustices sociales, il devient très vite membre militant du jeune  Parti Communiste et de la CGT . Il s' embauche au chemins de fer en février  1924 et devient conducteur de trains à Nimes.

 

 

 

IMG_3927.JPG

 

il se marie en avril 1938 à Marie Louise XXX, professeure de lettres agrégée et militante éprise du même idéal .

Le couple avait une enfant, Laure née en  1939 ; la famille résidait  au 33 avenue Thiers ou au 37 rue Thiers ( registre de Buchenwald) à Avignon.  

 

Pendant la guerre d'Espagne, sensible au idées du POUM, membre du Secours Rouge International, il prète assistance aux réfugiés Républicains qui affluent lors de l'exode de l'armée républicaine,  il se séparera un temps, en mai 1938,  de la Centrale CGT suite à un fort désaccord au sujet d'un don effectué par la section locale au gouvernement du Front Populaire pour un ... emprunt de la défense Nationale et à un  refus d'aide financier aux républicains Espagnols  qui affluent , demunis de tout ...

Par solidarité, nombre de ses camarades du Syndicat du chemin de fer de Nîmes,  le suivent et démissionnent également .

Son exclusion temporaire sera rapidement abrogée et n'entamera en rien ses convictions qui en seront même renforcées à l'approche de la guerre qu' il sent inéluctable .

 

 

IMG_3929.JPG

 

Il participe des le début de la guerre, avec sa femme,  à la création d'un petit groupe local de la  résistance ; groupe de la tendance  Gauche Révolutionnaire du Parti Socialiste S.F.I.O de Marceau Pivert, alors au Mexique, que le couple implante en Avignon et dans le Languedoc . Il est  responsable du Vaucluse  pour la rédaction locale et la distribution clandestine  de la presse  L' Humanité , Combat, Les Lettres Françaises et particulièrement du journal clandestin  "L'Insurgé". Nom que prends le Groupe .

 

 

 

 

IMG_3930.JPG

 

 

IMG_3932.JPG

 

 En 40 sa femme, qui est enseignante,  est mutée disciplinairement à Carcassonne et lui au dépot d' Avignon, il sont obligés de confier leur fille , Laure,  agée de 2 ans à une tante de Paul André, Lina.

 

Et continuent leur tache .

 

 En juillet 1943, l'arrestation par la Gestapo, d' un des membre du groupe , Jalade, eut pour conséquence, en août 1943, la décapitation du mouvement dans la région, qui se solda par l'arrestation de Trégaro, de Garrigues, de Foray et de Fugère et  celle de  Paul André Cassetari le 10 aout 1943, ils furent tous incarcérés à la prison militaire du 32° RI  à Montpellier.

 

 

 Rapidement interné à Compiègne , il est déporté   avec Garrigues et Foray par le convoi I  145 parti de Compiègne le 28 octobre  1943 à destination du KL de Buchenwald où il est enregistré sous le numéro de matricule  31 015 et affecté au block 58.

 

  Son parcours dans le camp n' est pas connu,  il reste au grand camp et y décède au Revier le  08 février  1944 victime d 'une " exécution médicale" selon le témoignage d'un des rescapé retrouvé par son épouse , après la libération ... .

 

Parmi ses camarades de combat  ayant travaillé dans les réseaux languedocien du mouvement "l'Insurgé", quatre sont morts en déportation: Garrigues au parcours concentrationnaire quasi identique ,  Bérard, et Jalade.

 

-----------------------

 

 

 Son épouse Marie Louise , est arrêtée par la gestapo quelques jours après lui, elle est incarcérée et durement interrogée ;  malgré les tortures, Paul a nié constamment, farouchement la participation de sa femme à la Résistance ; elle est libérée et reprends avec son frère, son combat.

Pendant cette période, Laure, leur jeune enfant est confiée à la Tante Lina de Paul André, elle même résistante, elle sera arrêtée  début juin 1944 devant les yeux de la fillette et exécutée quelques jours après sur le pont de pierre de Pont Saint esprit , son corps jeté dans le Rhône ...

 

 

------------------------------------------- 

 

 

Pour en savoir plus, livre de sa fille sur ses parents Marie Louise  et Paul au destin tragique et exceptionnel 

 

 

 

 

 

CASSETARI livre Laure001.jpg

CASSETARI livre Laure002.jpg

 

 

 

 

 

----------

CASSETARI Paul et Laure .jpg

Paul et sa fille Laure ;

Quelques semaines avant son arrestation

 

 

------------------------------------------

 

 

 

 

liste des décès de Buchenwald le  08 fevrier  1944 Paul Cassetari figure sur la ligne du bas

 

 

 

---------------------------------

 

 

  
GROUPE FTPF DES  CHEMINOTS D'AVIGNON
VICTIMES DU FASCISME ILS ONT DONNE
LEUR VIE POUR NOS LIBERTES ET
ET POUR UN MONDE MEILLEUR
LE SYNDICAT CGT DES CHEMINOTS
D'AVIGNON NE LES OUBLIERA JAMAIS

 

 

 

  -------------------------------------

 

 

 

 

 monument aux morts de sollacaro

 

 Une rue Paul CASSETARI honore sa mémoire à NIMES

 

 

 

--------------------------------

 

 

N B : quelques divergences entre les dates de la notice du Maitron ; ci dessous et le renseignements figurant sur le livre Mémorial de la déportation

 

Le Maitron :  Cheminots et Militants, un siècle de syndicalisme ferroviaire, sous la direction de Marie-Louise GOERGEN, Collection Jean MAITRON (Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, Les Editions de l'Atelier, 2003

 

 

 

CASSETARI Paul, André.

Né le 3 janvier 1900 à Solacaro  ou Solaro ?  (Corse), mort en

Allemagne le 8 février 1945 ; cheminot ; militant communiste ; résistant.

Militant communiste, Paul Cassetari fut arrêté pour distribution de tracts le 10 septembre 1943, emprisonné à Montpellier puis à Compiègne, puis déporté à Weimar Buchenwald le 5 octobre 1943. Il mourut en Allemagne le 8 février 1945. Une cellule a porté son nom à Avignon.

SOURCES : Maitron Le Cri, n° 31, 7 mai 1945.  État civil de Solaro : recherches infructueuses.

 

 

 

 

 

 



30/05/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 116 autres membres