RAIL et MEMOIRE

RAIL et MEMOIRE

GEIS Antoine

GEIS Antoine

  

Cheminot Société des Chemins de Fer d’ALSACE LORRAINE

 

Date de naissance : 7 juillet 1893

Lieu de naissance : WELFERDING  (Lorraine annexée , à ce jour Moselle)

Date de décès : 23 novembre 1944

Lieu de décès :   FLOSSENBURG (Allemagne)

Circonstances : Mort en Déportation

 

 

Méthode de recherche Rail & Mémoire pour cette notice : 

 

Le Maitron => Cheminots et Militants, un siècle de syndicalisme ferroviaire, sous la direction de Marie-Louise GOERGEN, Collection Jean MAITRON (Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, Les Editions de l’Atelier, 2003

 

 

GEIS Antoine (ou GEISS Antoine).

Né le 7 juillet 1893 à Welferding (Lorraine annexée, aujourd’hui commune de Sarreguemines, Moselle), mort le 23 novembre 1944 au camp de concentration de Flossenburg (Allemagne) ; cheminot à la Société des chemins de fer d’Alsace-Lorraine ; membre du comité dirigeant la section de Sarreguemines (Moselle) du syndicat unitaire des cheminots ; militant communiste ; résistant, conseiller municipal de Welferding (Moselle).

Fils d’un ouvrier-dessinateur aux faïenceries de Sarreguemines (Lorraine annexée), Antoine Geis résidait à Welferding et militait au syndicat unitaire des cheminots et au Parti communiste.

Il fut candidat aux élections municipales des 5 et 12 mai 1929 à Welferding sur la liste du Bloc ouvrier et paysan présentée par le Parti communiste. Il obtint au premier tour 113 voix sur 361 suffrages exprimés. Au second tour il rassembla 127 voix sur 365 suffrages exprimés et fut élu.

Il était, en 1932-1934, directeur politique de la cellule communiste 251 du dépôt des chemins de fer d’Alsace-Lorraine à Sarreguemines, qui comptait alors une vingtaine d’adhérents. À la fin de l’année 1934, il était membre du comité dirigeant la section de Sarreguemines du syndicat unitaire des cheminots qui comptait alors environ

250 adhérents.

Il se présenta à nouveau aux élections municipales des 5 et 12 mai 1935 à Welferding sur une liste « antifasciste » opposée à celle du maire sortant. Il obtint au premier tour 128 voix. Il fut finalement réélu au second tour.

En juillet 1935 il était membre du comité dirigeant le syndicat (réunifié) des cheminots CGT de Sarreguemines. En novembre 1937 il était toujours surveillé par la police de Sarreguemines en raison de ses activités politiques et syndicales.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Antoine Geis fit partie du groupe de résistance « Mario », le plus important du département de la Moselle, alors annexée à l’Allemagne. Ce groupe affilié au mouvement de résistance communiste Front national, avait été mis sur pied, au cours de l’été 1941, par l’instituteur messin Jean Burger aidé par les cheminots Charles Hoeffel et Georges Wodli. L’activité clandestine d’Antoine Geis lui valut d’être arrêté par la Gestapo le 6 septembre 1944 à son domicile et d’être emprisonné au Sonderlager de Neue Bremm près de Sarrebruck (Allemagne) avant d’être déporté au camp de Flossenburg (Allemagne) où il mourut le 23 novembre 1944.

Il était, avec Eugène Steinmetz et Frédéric Bohn, l’un des dirigeants de la résistance cheminote dans le secteur de Sarreguemines. Antoine Geis obtint à titre posthume le titre de déporté politique.

Marié le 15 mai 1922 avec Marie-Louise Schreiber, il fut père de trois enfants.



07/12/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 117 autres membres