RAIL et MEMOIRE

RAIL et MEMOIRE

NAUDOT Louis Marcel Augustin

NAUDOT Louis Marcel Augustin

 

 

NAUDOT Louis portrait .JPG

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Employé SNCF

Ouvrier aux ateliers Voitures Voyageurs de Dijon Perrigny  (21 )

 

 

 

Date de naissance : 05 octobre 1892

Lieu de naissance : Sincey les Rouvrey (21)

Date de décès : 26 Mars 1945

Lieu de décès : Mauthausen

Circonstances : mort en Déportation

 

 

 

Méthode de recherche Rail & Mémoire pour cette notice :

 

 Relevé de la Plaque SNCF de l’Etablissement de Maintenance du Matériel de Chenove.

Site Internet de la Mairie de Chenove, avec nos remerciements au Maire, Mr Jean ESMONIN ainsi qu’au service communication pour nous avoir aidé à retrouvé la famille de Marcel Naudot .

 Contact famille , Madame Marie Gros, la petite fille de Marcel Naudot avec tous nos remerciements pour les Photo Familiales.

CAHLM . Centre d’Archives Historiques Le Mans (72)  de la SNCF : dossier cote 118 lm 108

 

 

----------------------------------------

 

 

 Marcel NAUDOT est né le  05 octobre 1892 à Sincey les Rouvrey en Cote D’or, il est le fils de Jean Pierre et de Marie Loisot, époux de Jeanne BERTHOUD avec qui il s’est marié le  03 mai 1920 à Dijon (21).

 

 

FAMILLE NAUDOT.JPG

 

 

Le couple a trois enfants, nés respectivement en  1922 ,1928 et 1930.  La famille réside au 14 rue Anatole France à Chenove. Marcel Naudot est employé à la SNCF, il est  Ouvrier aux ateliers Voitures Voyageurs de Dijon Perrigny  (21)

En  Septembre 1934,  Marcel NAUDOT est élu Maire de Chenôve (21) à la tête d’une liste  socialiste. Il developpe un programme social qui dynamise la ville de Chenove et vient considérablement en aide aux plus nécessiteux, aux familles nombreuses et aux vieillards ; il créée la première crêche garderie. Il ouvre de nouvelles classes scolaires.

Le 02 février 1944, au cimetière de Chenove, ceint de son écharpe tricolore, il assiste officièlement en tête d’une foule estimée à plus d’un millier de personnes aux obsèques de son collègue et Camarade cheminot, Maxime GUILLOT * .

  Rendu responsable de l’organisation de la manifestation patriotique qui s’en suit, il est arrété par la Gestapo le soir même et interné à Compiègne le 04 février 1944.

le 06 Avril 1944 ;  il est déporté par le convoi I 199  de 1489 hommes parti de Compiègne pour le camp de concentration de Mauthausen où il est enregistré sous le numéro de matricule  62884.

 Le 7 Mai 1944, avec un millier de détenus, il est affecté au kommando de GUSEN II,  au percement des galeries souterraines  pour abriter des attaques aeriennes alliées,  les chaînes de montage des usines installées par les firmes Steyr, Daimler, Puch et Messerschmitt pour la fabrication des pièces de fusils et des moteurs d'avions.

 

Le 13 Mars 1945 il est réaffecté au camp central où il décède le 26 Mars 1945. 

 

 

 

Une plaque, situé au premier étage de la mairie, honore sa mémoire.

 

 

 Une place de Chenôve porte son nom

 

* (Maxime GUILLOT, aide Ouvrier au même atelier SNCF Voitures que lui, résistant,  grièvement blessé lors de son arrestation par les allemands et qui se tirera une balle dans la tête plutôt que d’être pris vivant sera fait Compagnon de la Libération par le Général de Gaulle. (Voir cette notice )

----------------------------------

 



18/03/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 116 autres membres