RAIL et MEMOIRE

RAIL et MEMOIRE

SERVANT Georges

SERVANT Georges

 

Ajusteur  à MONTLUCON (03)

 

 

Date de naissance : 11 novembre 1903

Lieu de naissance : MONTLUCON (03)

Date de décès : 14 août 1944

Lieu de décès : PREMILHAT (03)

Circonstances : Fusillé

 

 

 

Méthode de recherches Rail et Mémoire pour cette notice :

 

Relevé gare de Montluçon

Site => //coll-ferry-montlucon.planet-allier.com/crimena.htm

 

Georges SERVANT demeure à Montluçon,  23 impasse Barathon , il est marié sans enfant

 

Il est fusillé le 14/08/1944 à Carrière des Grises PREMILHAT 03

 

voir aussi notices :   SAVIOT, CHATEAU, DAMOUR

 

Le massacre de la carrière des Grises

La gestapo, la feldgendarmerie et le PPF ( Parti Populaire Français ) avaient effectué dans la région de nombreuses arrestations de patriotes qu’ils avaient emprisonnés à la caserne Richemont.
Le 14 août 1944 vers 5 heures du matin, 42 otages furent extraits de leurs geôles et durent monter dans un camion, encadrés de deux autres camions de soldats allemands et d’une voiture légère avec quatre officiers.
A trois kilomètres du village de Quinssaines, le convoi tourna à gauche en direction du lieu dit « Les Grises » qui à cette époque était un terrain d’exercice militaire et où l’avant-veille avait été creusée une fosse. L’exécution commença vers 6 h 20 dans des cris épouvantables; les otages , par groupes de cinq furent abattus par derrière pour tomber la face contre terre. A 7 heures, leur triste besogne terminée, les 80 assassins reprenaient la route.
M. Picandet, un témoin qui avait entendu des cris et des coups de feu prévint les autorités: le Maire, M Méchain et le Sous-préfet M. Féa. Ce dernier alla demander à l’État major allemand, à l’hôtel Terminus, s’il avait connaissance des faits. Mais on lui répondit que les fusillades dépendaient de la gestapo. M. Féa demanda l’autorisation, d’abord refusée, au chef de cette organisation criminelle, de pouvoir exhumer les corps et de leur donner une sépulture convenable ce qui fut fait l’après-midi même. Sous la surveillance des gardes mobiles et des « maquisards », en présence des autorités judiciaires et policières, on exhuma les corps et on fit leur « toilette ». Mais ce n’est que le lendemain que les victimes furent enterrées au cimetière de Prémilhat où l’on déposa sur la fosse commune une superbe couronne de fleurs.
Après la libération de Montluçon, une cérémonie à la mémoire des 42 otages fusillés fut organisée le 17 septembre 1944 à l’Hôtel de ville. Cependant 4 personnes n’ont jamais pu être identifiées.



26/02/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 117 autres membres